«À Granby, 100% de l’argent qui va rentrer dans les coffres de l’équipe va être réinvesti dans l’équipe. On a déménagé précisément afin de se donner les moyens de nos ambitions», explique le grand patron des Bisons, Christian Roy.

Christian Roy veut prendre soin de ses Bisons

La question se pose : combien d’amateurs franchiront les tourniquets du centre sportif Léonard-Grondin, samedi soir, à l’occasion de l’ouverture locale des Bisons ?

« Je n’ai pas d’objectif précis en matière de chiffres, affirme le grand patron de la nouvelle équipe de hockey de Granby, Christian Roy. Mon grand objectif, honnêtement, est que les gens quittent l’aréna, vers 22 h 30 ou 23 h, en étant heureux de la soirée qu’ils viendront de passer. Car s’ils ont apprécié, ils vont revenir. »

N’empêche que les Bisons ont attiré plus de 600 spectateurs lors de leurs deux matchs préparatoires présentés à Granby. Ce qui laisse supposer une excellente foule samedi alors que le Formule Fitness de Bécancour débarquera en ville. Seront-ils 1000 dans les gradins ? Faudra voir.

« Je pense que les gens voient qu’on veut bâtir quelque chose d’intéressant et de sérieux, reprend Roy, qui portera le chapeau de président. Nos résultats en matchs préparatoires laissent clairement entrevoir de belles choses. Personnellement, j’aime l’idée qu’on ait une équipe rapide et agile. »

Les hommes de hockey de l’organisation ont travaillé fort au cours de l’été afin d’ajouter du talent et surtout de la profondeur à l’équipe.

« David Lapierre l’a dit dans La Voix de l’Est : on veut donner aux gens de Granby une équipe dont ils seront fiers. »

Des crochets

Christian Roy ne se présente pas comme un expert en hockey. Et lorsque le déménagement des Maroons a été confirmé, il a tôt fait de demander à David Lapierre et à Miguel Fortin de lui faire une liste de ce qui rendrait les joueurs heureux à Granby. À part l’argent, bien entendu…

« Les joueurs sont attentifs aux détails, explique-t-il. Ils aiment qu’on prenne soin d’eux. J’ai une belle liste et je fais des crochets à chaque fois que je réussis à leur offrir quelque chose qu’ils ont demandé. Ce que je veux, c’est que les Bisons soient l’équipe avec le plus de crochets de la Ligue senior AAA du Québec ! »

À cet effet, Roy a tenu à souligner le soutien des autorités municipales, « qui collaborent vraiment de très belle façon ».

« À Granby, 100% de l’argent qui va rentrer dans les coffres de l’équipe va être réinvesti dans l’équipe. C’est dommage, mais on ne pouvait pas faire ça à Waterloo. On a déménagé précisément afin de se donner les moyens de nos ambitions. »

De l’apprentissage

Christian Roy est en période d’apprentissage. Il apprend à se familiariser véritablement avec le monde du hockey — en particulier avec le hockey senior, une bibitte pas comme les autres — et il apprend à composer avec les médias, lui qui n’a jamais couru après les journalistes.

« Mais vous savez quoi ? J’ai rarement eu autant de plaisir dans ma vie !, lance-t-il. Je découvre des choses à chaque jour et ça, j’aime ça. Je ne suis pas un connaisseur, mais je pense que je suis bien entouré. »

Et s’il ne peut prédire comment ses Bisons vont se comporter sur la patinoire samedi, il promet un bel avant-match aux partisans. Au menu : un tailgate à partir de 18 h, un band pour mettre de l’ambiance à compter de 19 h et une présentation des joueurs qu’il veut spectaculaire à 20 h.

« On a de bons joueurs et plein de joueurs de chez nous. On veut les mettre en évidence et on veut que les gens apprennent à les connaître », ajoute Roy, qui avoue ressentir une certaine nervosité en pensant à la soirée qui s’en vient.