Joslin Coderre, propriétaire du club de golf de Waterloo, peut toujours compter sur les services de Christian « Pitou » Lamoureux en tant que capitaine.

Christian Lamoureux, capitaine depuis 40 ans

CHRONIQUE / L’anecdote remonte à 2012. Quelques mois après l’acquisition du club de golf de Waterloo par Joslin Coderre, celui-ci m’a invité à jouer sur ses deux parcours, le Napoléon et le Waterloo. Après, je suis devenu membre. Sachant que des qualifications pour former des équipes interclubs allaient se dérouler dans quelques jours, il m’a demandé d’y participer, ce que j’ai fait, bien entendu.

Ayant franchi avec succès le stade des qualifications, je me suis retrouvé au sein d’une des trois formations qui allaient représenter le club. Mon équipe devait d’ailleurs se rendre à North Hatley pour disputer un match.

Après les qualifications, j’ai reçu un appel d’un certain Christian Lamoureux. Il me demandait de me présenter au chalet du club le vendredi soir suivant pour assister à une courte réunion. Une fois sur place, je croise l’ami Hugo Hamelin, que j’avais connu dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec, où il a été, notamment, l’adjoint de Jocelyn Thibault avec les défunts Faucons de Sherbrooke. Quand je lui ai dit que je venais à la rencontre de « Monsieur Lamoureux », il a failli s’étouffer !

« Dan, ça paraît que c’est ta première année à Waterloo, qu’il m’a lancé. Tu dois être le seul à l’appeler “Monsieur Lamoureux” ! »  

— Pourquoi ?, que je lui ai demandé.

— Parce que tout le monde qui le connaît l’appelle « Pitou »!  D’ailleurs, je me demande combien savent qu’il se nomme Christian !

Sept ans plus tard, presque jour pour jour, quand j’ai raconté cette anecdote au principal intéressé, même s’il l’a trouvée bien bonne, il n’a pas semblé surpris.

« Hugo avait bien raison, a-t-il avoué. Les gens m’ont toujours surnommé “Pitou” ! » 

Mais d’où vient ce surnom ? 

« Je m’en rappelle comme si c’était hier, lance Pitou. J’étais dans un tournoi de balle à Austin avec la famille Sanschagrin. C’était en 1977. Lors d’un match, quand je me suis présenté au bâton, ma femme (Manon
Brodeur) m’a crié “Let’s go mon pitou!”. Depuis, ce surnom me colle à la peau ! » 

De son union avec Manon, Christian a eu une fille, Karine, aujourd’hui propriétaire du vignoble Le Coteau des artisans, à Béthanie.  

Quand on pense à Christian Lamoureux, outre le fait qu’il répond au sobriquet de Pitou, un mot nous vient immédiatement en tête est « loyauté ». 

Employé de la Laiterie Chagnon de Waterloo depuis 43 ans, il fête aussi cette année ses
40 ans en tant que capitaine du club de golf de l’endroit. « Même si je sais que l’heure de la retraite approche, j’ai toujours autant de fun à travailler à la laiterie, dit-il. J’aimerais d’ailleurs en profiter pour remercier la famille Chagnon de m’avoir donné ma chance à la fin des années 70. » 

« Pour la “capitainerie”, mon rôle consiste non seulement à organiser des activités pour les membres, mais aussi à en recruter de nouveaux. Je veille à faire appliquer les règlements, à représenter le club dans de nombreuses occasions, etc. Comme je connais pas mal de gens, disons que j’ai beaucoup de plaisir à le faire ».

« De toute façon, je ne me verrais pas dans un autre rôle ni dans un autre endroit, poursuit-il. J’ai toujours aimé organiser des activités. Étant l’aîné d’une famille de dix enfants, je n’avais pas le choix de me débrouiller et de trouver des choses à faire pour tout le monde. Même chose en vieillissant. J’ai toujours été impliqué au sein des loisirs de Saint-Joachim-de-Shefford. » 

Christian Lamoureux officie également des matchs à l’aréna Jacques-Chagnon de Waterloo, et ce, depuis 35 ans.  

« D’un autre côté, le club de golf représente en quelque sorte mon deuxième chez moi. J’ai commencé à y jouer alors que Guy Brousseau et Denis Pelletier y étaient capitaines et, un peu plus tard, j’ai pris leur relève. »  

« J’ai déjà reçu une offre de la part des dirigeants du club de Valcourt qui désiraient m’avoir, mais j’ai refusé… Je suis trop bien traité ici par Joslin et les membres de sa famille. » 

Quand on vous parlait de loyauté.

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Vous me permettrez, en cette période de rentrée scolaire, de remercier, au nom de milliers de parents dont je fais partie, tous les intervenants impliqués de près ou de loin au sein des différents camps de jour qui se sont déroulés tout au long de la saison estivale dans notre belle région. En ce qui a trait à notre famille, notre petit amour a participé à ceux dispensés par le Pile ou Face (dek-hockey), le Complexe sportif Artopex (camp Viva-Cité), le club de golf Les Cèdres, ainsi qu’au fameux camp de hockey Power Play, au centre sportif Léonard-
Grondin. Et, sincèrement, même s’il a littéralement compté les dodos lors de la semaine précédant ce dernier tellement il l’avait aimé en août 2018, ils les a tous adorés. Il faisait bon de le voir se lever tôt chaque matin pour ne manquer aucune minute de la programmation offerte par l’un ou l’autre de ces camps. Quand j’allais le chercher à la fin de la journée, il voulait toujours rester encore quelques minutes. C’est vous dire ! Bref, un gros merci à tout ce beau monde, et à l’été prochain !