À 30 ans, Charles Rondeau, le nouvel entraîneur des Inouk, ne se gêne pas pour dire qu’il est ambitieux.

Charles Rondeau dirigera les Inouk

« J’arrive et je prends l’équipe telle qu’elle est, aujourd’hui. Ce que je veux, c’est m’assurer que l’équipe soit parmi les quatre premières au classement de notre division et qu’on fasse les séries. »

Charles Rondeau (il préfère qu’on l’appelle ainsi plutôt qu’Allaire-Rondeau) est le nouvel entraîneur en chef des Inouk. Et lorsqu’il a rencontré les médias, mercredi après-midi, il a bien pris soin de ne pas créer d’attentes.

« Honnêtement, je ne connais pas beaucoup l’équipe, a-t-il repris. Ça me semble évident qu’elle a du potentiel, mais je vais constater tout ça par moi-même. J’ai deux séances d’entraînement avant mon premier match, qui aura lieu dimanche à Terrebonne. »

Rondeau, 30 ans, n’est pas inconnu des partisans des Inouk. Il a été l’adjoint de Patrick Bergeron puis de Marco Bernard lors de la saison 2011-2012, soit lorsque Bergeron a été remercié une première fois. Il s’est aussi plus tard occupé du développement des joueurs.

Un homme occupé

Depuis, il a œuvré pour le programme de hockey des Gaulois de Saint-Hyacinthe et de l’école secondaire De Mortagne, à chaque fois au niveau midget espoir, avant de se retrouver à la tête du programme de hockey du Collège Saint-Hilaire, où il dirige aussi la formation M-18.

Ajoutez à cela qu’il est courtier hypothécaire et qu’il est père de deux jeunes enfants et vous avez là un homme assez occupé, merci !

« J’aime le hockey, j’adore le hockey, je suis ambitieux et je veux monter », a ajouté celui qui fera la navette Beloeil-Granby tous les jours.

Charles Rondeau n’a pas voulu dire quand il a été approché par les Inouk. Mais s’il s’est montré rapidement intéressé par le poste d’entraîneur de l’équipe, il a dû d’abord voir s’il lui était possible de concilier le hockey de la Ligue junior AAA avec toutes ses autres occupations.

« J’ai regardé ça comme il faut avec ma conjointe et hier (mardi), j’ai dit oui aux Inouk. Je ne laisserai tomber aucune de mes activités, mais il me faudra être très organisé, c’est certain. »

Organisé. Voilà d’ailleurs le mot qui décrit le mieux Rondeau, selon le directeur général François Graveline.

« Je veux ramener du positif dans le vestiaire et dans l‘entourage de l’équipe, a encore dit Rondeau. Et je veux que les gars comprennent que c’est correct d’avoir des objectifs personnels, mais que ces objectifs doivent être en harmonie avec ceux de l’équipe. »

Rondeau a aussi parlé de discipline.

« Je constate qu’on prend beaucoup de pénalités, plus que toutes les équipes de notre division. C’est difficile de gagner quand tu passes ton temps au banc des punitions. »

Rondeau s’est enfin dit excité par le nouveau défi qu’il a à relever.

« Le junior AAA, c’est une grosse ligue et les Inouk, c’est une équipe importante dans le circuit. Je suis content qu’on ait pensé à moi. »

Rondeau a retenu les services de Gabriel Doyon, qui était déjà l’adjoint de Bergeron, pour travailler avec lui. Même chose pour David Casabon, qui est l’entraîneur des gardiens. 

Christopher Benoit retourne dans la LHJMQ.

CHRISTOPHER BENOIT À SHERBROOKE

En même temps qu’il s’installait dans son petit bureau du centre sportif Léonard-Grondin, Charles Rondeau apprenait que Christopher Benoit, un de ses meilleurs attaquants, se joignait au Phoenix de Sherbrooke… au moins jusqu’à Noël.

Le Phoenix a acquis les droits de Benoit du Drakkar de Baie-Comeau. À 20 ans, le Sherbrookois a la chance de finir sa carrière junior en beauté, chez lui.

« On fait du hockey de développement et on se doit d’être heureux quand un de nos joueurs se retrouve en haut », a commenté le directeur général François Graveline.

En 18 matchs avec les Inouk, Benoit a amassé 21 points, dont 10 buts.