Françoise Abanda a livré une solide performance, hier, pour vaincre la coriace Américaine, Alexandra Mueller, en deux manches de 7-5 et 6-4.

Challenger de Granby : Abanda gagne malgré une forte opposition

La jeune étoile montante du tennis québécois, Françoise Abanda, en a mis plein la vue aux nombreux amateurs massés dans les gradins du court central des Tennis Saint-Luc, hier soir, en prenant la mesure de l'Américaine Alexandra Mueller (7-5, 6-4). Sa coriace adversaire ne lui a toutefois pas fait de fleurs, répliquant coup pour coup à ses attaques.
«Les gens peuvent s'attendre à une belle bataille. Je devrai être bien préparée parce qu'elle va tout faire pour avoir sa revanche», a indiqué la joueuse montréalaise en entrevue avec La Voix de l'Est, en marge du duel. C'est exactement ce à quoi le public a eu droit, hier. Rappelons qu'Abanda avait battu Mueller en deux manches expéditives de 6-1 et 6-2, pour accéder aux quarts de finale du Challenger Banque Nationale de Gatineau il y a quelques jours à peine. Elle s'est par la suite inclinée en finale contre la Française Stéphanie Foretz.
D'entrée de jeu, Abanda a eu de la difficulté à établir son service. D'ailleurs, les deux concurrentes se sont livré une chaude lutte en première manche, multipliant les coups de puissance de part et d'autre. Mueller a même réussi à menotter Abanda avec des frappes canon à quelques reprises. En fait, dès que la Québécoise poussait sa rivale à la limite, celle-ci élevait son jeu d'un cran. Bien que l'Américaine ait démontré beaucoup de hargne tout au long de la partie, sa vis-à-vis est demeurée calme. Force est d'admettre que sa condition physique et mentale était optimale.
Pour arriver à vaincre sa concurrente, la joueuse de tennis de 17 ans voulait miser «sur des coups lourds et précis». C'est par ailleurs ce qui lui a permis de déstabiliser l'athlète devant elle. Alors que le compte était de 5-5, la foule était sur le bout de son siège quand Abanda a pris les devants en marquant le point décisif avec un as. Elle a ensuite mis la gomme pour briser son adversaire, lui arrachant la manche initiale 7-5.
Tous les détails dans notre édition de jeudi