Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La promotion de Wilfried Nancy au poste d’entraîneur-chef constitue probablement le changement le plus important chez le CF Montréal.
La promotion de Wilfried Nancy au poste d’entraîneur-chef constitue probablement le changement le plus important chez le CF Montréal.

CF Montréal: «Faire les séries, ce serait déjà un exploit»

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la saison 2021 du Club de Foot de Montréal s’amorce sous le signe du renouveau : alignement remodelé, nouvelle identité et changement de garde sur les lignes de côté. Chargé d’analyser les matchs de l’équipe sur les ondes du 91.9 Sports, le Granbyen d’origine Raphaël Doucet estime que les attentes doivent demeurer modestes.

« Je vois vraiment ça comme une saison de transition », résume le journaliste de 34 ans, qui a notamment fait ses classes au sein de l’équipe de La Voix de l’Est.

« Je regarde les changements de personnel dans la Conférence de l’Est et je me dis que juste faire les séries, ce serait déjà un exploit. »

Les sept meilleures équipes de chaque conférence (elles seront 14 dans l’Est cette saison) participeront aux éliminatoires.

La problématique entourant la frontière compliquera à nouveau la vie des équipes canadiennes de la Major League Soccer cette année.

Après de longs séjours au New Jersey l’automne dernier, le CF Montréal disputera ses matchs locaux au DRV PNK Stadium, domicile de l’Inter Miami, jusqu’à nouvel ordre. En commençant par celui de samedi après-midi face au Toronto FC.

« L’équipe passera beaucoup de temps sur la route. Il ne faut jamais oublier que les athlètes sont avant tout des humains. Je sais que certains auront leurs blondes et leurs enfants avec eux, mais être à l’hôtel ou dans un condo en Floride, ce n’est pas comme être à la maison. Ça peut avoir un impact sur le mental, et éventuellement sur les performances », souligne Raphaël Doucet.

Ce dernier et le descripteur Olivier Brett travailleront donc en studio jusqu’au retour du CF Montréal chez lui, au Stade Saputo. L’ex-hockeyeur Georges Laraque s’installera alors tout près du terrain pour recueillir des commentaires.

Raphaël Doucet analysera les matchs du CF Montréal sur les ondes du 91.9 Sports, nouveau diffuseur de l’équipe à la radio.

Des noms à surveiller

L’alignement montréalais comprend une dizaine de nouveaux visages et semble plus jeune que jamais. Il n’en demeure pas moins que le changement le plus important a sans doute été effectué au poste d’entraîneur-chef.

Wilfried Nancy aura de grands souliers à chausser, lui qui succède au légendaire Thierry Henry.

« J’aime bien cette nomination. Nancy a vécu l’exil aux États-Unis et il est habitué de travailler avec des jeunes joueurs. Je crois que ça va donner de bons résultats », fait valoir Doucet.

Le directeur sportif Olivier Renard n’a pas fait de grands coups d’éclat durant l’entre-saison. Quelques recrues ont néanmoins attiré l’attention de Doucet lors du camp d’entraînement tenu à Montréal.

« On attend un milieu créatif depuis le départ de Nacho Piatti. J’ai hâte de voir si un gars comme l’Égyptien Ahmed Hamdi peut contribuer de ce côté-là », mentionne l’ancien rédacteur en chef de Hockey Le Magazine, qui propose aussi une chronique bimensuelle dans les pages du Granby Express.

« En attaque, Bjørn Johnsen s’amène après avoir fait le tour du monde. Avec son gabarit de 6 pieds et 4 pouces, il peut être drôlement fatigant pour les défenseurs adverses. Sa présence pourrait créer de l’espace pour Romell Quioto, qui devrait jouer un peu plus en retrait, décalé sur un côté. »

Il surveillera aussi les débuts du jeune Nigérian Sunusi Ibrahim — « un petit pitbull fort comme un cheval » — et du Slovène Kiki Struna, qui pourrait remplir un rôle important en défense centrale.

La perte du joueur désigné Saphir Taïder, parti en Arabie saoudite à la mi-octobre, demeure probablement la plus lourde. En revanche, Doucet croit que le CF Montréal pourra très bien se débrouiller sans Bojan et Maxi Urruti.

« Bojan a tout le talent du monde, mais il se présentait seulement un match sur deux. Je déteste les joueurs qui sont aussi inconstants. Et sincèrement, je ne crois pas qu’on s’ennuiera de Urruti… »

Au final, il demeure difficile d’évaluer le potentiel réel de cette équipe. La bonne nouvelle, c’est que la haute direction du club s’est assurée de garder le niveau de pression aussi bas que possible.

« Puisque personne ne s’attend à grand-chose, le mandat sera de surprendre », conclut Raphaël Doucet.

Raphaël Doucet surveillera notamment les débuts du jeune Nigérian Sunusi Ibrahim (à droite), «un petit pitbull fort comme un cheval».

«SI L'ÉQUIPE GAGNE, ON VA OUBLIER LE LOGO ASSEZ RAPIDEMENT»

Le « rebranding » de l’Impact de Montréal a fait couler beaucoup d’encre et suscité la grogne de nombreux partisans depuis la mi-janvier. Raphaël Doucet se demande lui aussi si ce changement de cap était réellement nécessaire.

« Même avec du recul, le nouveau nom et le logo me semblent plutôt drabes », avoue le Granbyen d’origine. 

« Je joue au soccer depuis toujours et j’ai grandi avec l’Impact. J’étais attaché à cette identité. » 

Le président du Club de Foot Montréal, Kevin Gilmore, souhaitait ainsi rendre l’organisation plus « globale », augmenter son rayonnement sur la scène internationale. 

Doucet, lui, estime qu’il aurait été préférable d’apporter ces changements dès l’entrée de l’équipe en MLS, en 2012.

« Les gens auraient compris, la transition aurait été beaucoup plus naturelle à ce moment-là. » 

« Par contre, je commence à m’habituer et je laisse une chance au coureur. En bout de ligne, c’est que les partisans veulent, c’est des victoires. Si l’équipe gagne, on va oublier le logo assez rapidement. »