Tomas Tatar, Max Domi et Carey Price ne peuvent que constater les dommages à la suite du but de David Krejci, qui a donné les devants 3-0 aux Bruins de Boston en troisième période.

Les Bruins dominent le Canadien 4-0

Comme ils ne reverront pas leurs partisans avant le 3 janvier, les joueurs du Canadien de Montréal avaient une chance de les quitter sur une note positive lundi soir. Or, ils ne sont jamais venus près de leur faire plaisir.

Colby Cave a obtenu deux points, dont son premier but dans la Ligue nationale de hockey, et il a mené les Bruins de Boston vers une victoire de 4-0 au Centre Bell.

Quarante-huit heures après une spectaculaire troisième période de quatre buts contre les Sénateurs d’Ottawa, le Canadien a été inerte, mais aussi négligeant, du début à la fin.

«Nous n’avons pas été suffisamment bons. Le dernier match avait été très émotif. Ce soir, nous n’avons jamais trouvé cette énergie», a résumé le capitaine Shea Weber.

Cette inertie est d’autant plus difficile à comprendre que le Canadien affrontait ses plus grands rivaux. De plus, il avait une chance de prendre une avance de trois points sur les Bruins au septième rang du classement général de l’Association Est. Voilà que les Bruins les ont doublés et mènent par un point.

«Je ne peux pas répondre parce que moi non plus je ne sais pas pourquoi», a répondu l’entraîneur-chef Claude Julien lorsqu’est venu le temps d’expliquer ce qui s’était passé.

«Ce que j’ai vu, c’est que l’équipe de l’autre côté est venue en mission, celle de gagner le match, a-t-il enchaîné. Nous, on est venu pour jouer ce soir. Je ne suis pas sûr qu’on a réalisé l’importance (du match).»

Rappelé le 20 novembre et «riche» d’une expérience de 15 matchs dans la LNH en carrière, Cave a obtenu autant de points qu’il en comptait en carrière avant le duel contre le Canadien.

Il a amorcé sa soirée de travail en obtenant une aide sur le but de Joakim Nordstrom (5e) dès la troisième minute de jeu du match. Il a trouvé le fond du filet durant la dernière minute de la deuxième période.

David Krejci (6e), au tout début du troisième vingt, et Brad Marchand (11e), quelque quatre minutes plus tard, ont également trompé la vigilance de Carey Price, qui a bloqué 31 rondelles.

Pendant ce temps, son ancien coéquipier Jaroslav Halak a connu une soirée pour le moins facile. Envoyé dans la mêlée contre une équipe qui avait récolté au moins 40 tirs lors de sept de ses neuf dernières parties, le gardien slovaque n’a fait face qu’à 22 rondelles.

Halak a récolté un 45e blanchissage en carrière, un troisième cette saison et un deuxième face à son ancienne équipe. Il a mis fin à une séquence de quatre revers contre le Canadien, qu’il n’avait pas battu en presque cinq ans, soit depuis le 19 décembre 2013 alors qu’il jouait avec les Blues de St. Louis.

«C’est toujours plaisant d’obtenir un blanchissage, a reconnu Halak. Dès la première mise en jeu, nous avons très bien joué. Nous ne leur avons pas donné grand-chose.»

Le Canadien disputera son prochain match mercredi soir au Colorado, face à l’Avalanche. Ce sera le premier d’une séquence de six parties à l’extérieur du Centre Bell entre les 19 et 31 décembre.

Au terme de la rencontre, le Tricolore a rappelé le jeune défenseur Victor Mete en provenance du Rocket de Laval. L’arrière Noah Juulsen a pour sa part été rétrogradé dans la Ligue américaine.

Cadeau après cadeau, après cadeau

À huit jours de Noël, on a tenté de recréer une ambiance des Fêtes au Centre Bell. Or, les joueurs du Canadien en étaient visiblement imprégnés en première période alors qu’ils ont multiplié les élans de générosité.

Il y avait à peine sept minutes d’écoulées au match que les hommes de Claude Julien totalisaient déjà 11 revirements - sans compter toutes leurs passes imprécises vers leurs coéquipiers qu’ils ont dû récupérer en revenant sur leurs pas.

L’une de ces bourdes, celle de Michael Chaput, a mené au premier filet du match, celui de Nordstrom à 2:21.

Le résultat de ce manque de cohésion aura fait en sorte que le Canadien n’a obtenu que cinq tirs vers Halak pendant les 20 premières minutes, dont un seul à forces égales.

Le Canadien a cessé sa distribution de cadeaux en deuxième période, ce qui ne veut pas dire qu’il a su s’imposer. Il lui a fallu presque huit minutes pour obtenir son premier tir de la période médiane, gracieuseté de Juulsen, de la pointe droite. Il en a ajouté six avant la fin de la période, mais il est tout de même rentré au vestiaire avec un recul de deux buts.

Alors que les deux formations évoluaient à court d’un joueur, Cave a déjoué Price à 19:34, sur une belle pièce à trois orchestrée par Pastrnak et à laquelle a aussi participé McAvoy.

Ce filet potentiellement assommoir a été suivi d’un but inscrit dès la 46e seconde de la troisième période, celui de Krejci, duquel le Canadien ne s’est jamais relevé.

ÉCHOS DE VESTIAIRE:

Claude Julien, au sujet de l’avantage numérique du Canadien, tenu en échec en trois tentatives:

«C’est aussi frustrant que le match de ce soir».

Jeff Petry, au sujet de l’importance de la défaite:

«Cette défaite fait mal. Nous étions conscients de la situation dans laquelle nous nous trouvions et à quel point il s’agissait d’un match important. Nous n’avons pas réagi».

Carey Price, au sujet de la performance de l’équipe compte tenu de l’enjeu:

«Il n’y a aucune excuse. Je n’ai aucune explication. Il s’agissait d’une occasion idéale pour aller chercher une importante victoire pour notre équipe. Il va falloir oublier ce match rapidement et offrir un meilleur effort au Colorado.»