Jonathan Drouin tente d'esquiver son coéquipier Christian Folin lors d'une séance d'entraînement, vendredi à Brossard.
Jonathan Drouin tente d'esquiver son coéquipier Christian Folin lors d'une séance d'entraînement, vendredi à Brossard.

Le Canadien se prépare pour les «vraies affaires»

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
BROSSARD, Qc — Fini, le camp d'entraînement estival. Place aux «vraies affaires».

Le Canadien se dirigera un peu plus tard dimanche dans la bulle de Toronto, où il disputera un match préparatoire dès mardi contre les Maple Leafs. Il reprendra alors le collier après une pause de plus de quatre mois provoquée par la pandémie de COVID-19 — son dernier match s'était soldé par une défaite de 4-2 contre les Predators de Nashville le 10 mars, il y a des lunes.

Mais avant d'affronter les Leafs, le capitaine Shea Weber et ses coéquipiers ont dû se préparer pour un séjour à Toronto qui pourrait varier de deux semaines à deux mois — s'ils parviennent à se faufiler jusqu'en série finale de la Coupe Stanley.

«C'est une bonne chose qu'on ait un service de buanderie, a déclaré Weber en riant lors d'une vidéoconférence. J'ai pris quelques vêtements, en fait j'en ai ajouté, parce qu'on ne sait pas combien de temps notre parcours durera. [...] Mais une chose est certaine, ne vous attendez pas à beaucoup de surprises au niveau de notre code vestimentaire.»

Le Bleu-blanc-rouge procédera au cours des prochains jours à quelques séances d'entraînement afin de mettre la touche finale à sa préparation en vue de sa série de qualification, au meilleur des cinq matchs, contre Sidney Crosby et les Penguins de Pittsburgh.

Le premier duel se déroulera samedi prochain, le 1er août, et Julien a indiqué qu'il ne s'en faisait pas tellement avec le fait que tout le monde considère le Canadien comme étant le négligé dans cette série.

«Nous allons être honnêtes, réalistes, et on va dire que l'équipe que nous affrontons a beaucoup plus d'expérience et de profondeur que nous, a-t-il évoqué. Il suffit de penser à un gars comme [Patrick] Marleau, qui évolue sur un troisième trio, sans parler de [Sidney] Crosby et [Evgeni] Malkin. Ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas gagner. Je pense que nous avons de la confiance dans notre groupe, et si nous suivons notre plan de match, que nous utilisons notre vitesse et notre exécution, alors je pense qu'on peut réussir.»

«Je n'ai aucun problème avec ça [le rôle de négligé], a renchéri Weber. C'est une situation que nous avons déjà vécue, et nous ne devrions pas en être offusqués. Vous savez, ce sont les séries éliminatoires, et chaque année des surprises surviennent. Une équipe inattendue connaît une lancée, un gardien est en feu, les joueurs restent en santé et on ne sait jamais ce qui peut se produire.»

Julien misera sur ses piliers habituels

Le Canadien compte sur un effectif complet en prévision du tournoi éliminatoire de la LNH.

Dimanche soir, le Tricolore a dévoilé sa formation de 31 joueurs. L'attaquant Laurent Dauphin et le défenseur Josh Brook, qui ont pris part au camp d'entraînement à Brossard, n'ont toutefois pas été retenus pour participer à la phase 4 de la relance des activités. Les deux joueurs ont passé l'ensemble de la saison dans la Ligue américaine avec le Rocket de Laval.

Le club n'a pas non plus statué sur l'identité du gardien qui allait épauler Carey Price. Le CH a choisi de garder dans la bulle les trois gardiens substituts, soit Charlie Lindgren, Cayden Primeau et Michael McNiven.

L'équipe de Julien pourra toutefois compter sur ses piliers habituels.

L'attaquant Max Domi a notamment pris la décision de faire partie de l'aventure du CH, après avoir réfléchi longuement à la question en raison de sa condition médicale — il souffre du diabète, faut-il le rappeler —, tout comme Weber et le gardien étoile Price. D'ailleurs, Julien n'a pas tari d'éloges pour Weber à la conclusion du camp, samedi.

«C'est un bon leader, pas seulement sur la patinoire. Il croit en certaines choses qui adhèrent bien aux objectifs de l'équipe, donc c'est certain que ça facilite la tâche de tout le monde. En bout de ligne, l'équipe au complet, le personnel de soutien, le personnel médical, je crois que tout le monde a embarqué dans cette situation-là avec un esprit ouvert», a-t-il mentionné.

De plus, contrairement aux craintes relatives à la pandémie de COVID-19 qui avaient été exprimées au début du camp, les dégâts ont été relativement minimes au sein du Bleu-blanc-rouge.

Seuls les défenseurs Xavier Ouellet et Brett Kulak ont reçu des diagnostics positifs au coronavirus. Après avoir respecté la quarantaine obligatoire et récupéré, ils se sont rapportés au camp et s'entraînent maintenant avec leurs coéquipiers.

Bien que le jeune défenseur Alexander Romanov figure parmi la liste des 31 joueurs présents à Toronto, ce dernier participera aux entraînements et aux activités hors glace, mais ne sera pas autorisé à disputer les matchs, tel que le club avait indiqué il y a quelques jours.

Weber encense Crosby

Du côté des Penguins, la situation est semblable.

Neuf joueurs ont été retirés du camp pendant plusieurs jours la semaine dernière, puisqu'ils auraient été en contact — à un moment ou à un autre — avec quelqu'un qui aurait contracté la COVID-19. Parmi eux se trouvait le vétéran Patric Hornqvist, et après plusieurs séries de tests, ils ont tous obtenu le feu vert afin de se joindre à leur formation lundi dernier.

Le cas de Crosby a également suscité des questionnements, après qu'il se soit absenté du camp des Penguins pendant six jours. Les médias de Pittsburgh ont crû à une blessure, et non pas la COVID-19, mais le capitaine des Penguins était de retour à l'entraînement vendredi.

Le numéro 87 des Penguins a pris part à une partie du match simulé de samedi, après avoir patiné en solitaire sur une glace adjacente pendant près d'une heure. Il a peaufiné son tir sur réception par la même occasion. Weber a ainsi reconnu que ses coéquipiers et lui devront l'avoir à l'oeil.

«Il est toujours très bien préparé. Il est toujours prêt à sauter sur la patinoire, et je ne crois pas que les gens réalisent à quel point il tente constamment d'améliorer son jeu. Il est le meilleur joueur de la ligue depuis très longtemps, mais il veut toujours s'améliorer. C'est un bon joueur à avoir dans son entourage», a résumé Weber, qui a évolué avec Crosby au sein d'Équipe Canada, notamment.

La table est donc mise pour quelques semaines endiablées. Une ambiance qui tranchera de toute évidence avec cette période de l'année qui est habituellement réservée au repos et à la guérison chez les joueurs du circuit Bettman, après une longue bataille pour la conquête de la coupe Stanley.