Brendan Gallagher (11) célèbre son deuxième but avec ses coéquipiers.

Le Canadien défait facilement les Ducks 4-1

MONTRÉAL — Le Canadien a baissé légèrement la garde en deuxième période, mais a su ne pas relâcher sa proie, mardi, pour éventuellement vaincre les Ducks d'Anaheim 4-1.

Après un revers en prolongation de 3-2 face aux Devils du New Jersey samedi, les membres de la formation montréalaise avaient reconnu devoir retenir la leçon et ne pas permettre à leurs adversaires de revenir dans le match. Le Tricolore a su appliquer la leçon face aux Ducks.

«Les gars ne revenaient pas assez et restaient trop loin pour attendre des longues passes sans appuyer leurs coéquipiers», a indiqué l'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, au sujet du relâchement en deuxième période.

«Il est important que nos joueurs reviennent pour relancer l'attaque en unité de quatre ou cinq joueurs. Nous ne l'avons pas fait en deuxième période et ça s'est ressenti dans notre jeu. Nous nous sommes replacés en troisième en recommençant à le faire.»

Brendan Gallagher, deux fois, et Jesperi Kotkaniemi ont permis au Canadien de retraiter au vestiaire avec une avance de 3-0 après le premier tiers.

Ryan Getzlaf a relancé les Ducks en deuxième période, mais le Tricolore a repris le contrôle en troisième et Phillip Danault a porté le coup de grâce.

Le Canadien a ainsi atteint le plateau des 30 victoires cette saison (30-18-6), soit une de plus que lors de l'ensemble de la dernière campagne.

Gallagher a également amassé une aide, tandis que Jonathan Drouin en a accumulé trois, et le Tricolore a inscrit une septième victoire à ses neuf dernières sorties (7-1-1).

Les deux buts de Gallagher étaient ses 20e et 21e de la saison. Il a donc atteint le plateau des 20 buts pour une troisième fois en carrière. De son côté, Kotkaniemi a fait bouger les cordages dans un troisième match d'affilée, une première dans l'histoire du Canadien pour un joueur âgé de 18 ans.

Carey Price a effectué 24 arrêts et a inscrit une sixième victoire de suite pour une première fois depuis le printemps 2017, quand il avait aussi gagné six matchs d'affilée, du 25 février au 12 mars.

Les Ducks (21-24-9) se sont avérés une proie facile, eux qui ont maintenant perdu leurs cinq dernières parties par un pointage combiné de 27-6. Ils ont également gagné seulement deux de leurs 19 dernières rencontres (2-13-4).

Chad Johnson a stoppé 28 lancers.

Le Tricolore était privé de Tomas Tatar, ennuyé par un virus. Matthew Peca le remplaçait à la gauche de Max Domi, tandis que Charles Hudon complétait cette unité à la place de Paul Byron, blessé à l'avant-bras gauche.

Kenny Agostino et Michael Chaput effectuaient des retours au jeu, à la gauche de Nicolas Deslauriers au sein du quatrième trio. Agostino avait été laissé de côté lors des trois parties précédentes du Tricolore et Chaput, les deux dernières.

La victoire du Canadien a permis à Julien de rejoindre Jacques Martin au 17e rang de l'histoire de la LNH au chapitre des victoires comme entraîneur-chef, avec 613.

Le Canadien disputera son prochain match jeudi, quand il accueillera les Jets de Winnipeg.

Échos de vestiaire

Brendan Gallagher soutient que le long congé a fait du bien à Jesperi Kotkaniemi :

«Il a beaucoup joué pendant la dernière année. Il a disputé sa saison en Finlande puis a participé à plein d'activités pour les recrues pendant l'été. Il est ensuite arrivé au camp et a joué beaucoup cette saison. On peut voir qu'il est revenu du congé avec une nouvelle énergie.»

Jonathan Drouin n'était pas prêt à discréditer le travail des Ducks sur les deux buts de Brendan Gallagher, même s'ils ont commis plusieurs revirements et laissé beaucoup d'espace aux joueurs du Canadien :

«Ce n'est pas tant qu'il y avait de l'espace que c'était des jeux rapides. C'était bang! Bang! "Gally" est bon pour trouver les petits espaces en avant du filet et il a profité de ses chances.»

Jonathan Drouin ne voulait pas revivre le scénario de samedi face aux Devils, quand le Canadien a laissé ses rivaux revenir dans la rencontre :

«Surtout en troisième période et à domicile, nous ne voulions pas les laisser revenir à 3-2, leur laisser le prochain but. Il ne fallait pas être trop conservateurs non plus et les laisser rentrer dans notre zone. Nous avons continué à jouer de la bonne façon. Nous avons continué à jouer dans leur zone. Ç'a bien fonctionné et nous sommes contents.»

***

PAS DE FRACTURE À L'AVANT-BRAS POUR BYRON

Les membres du Canadien ont poussé un soupir de soulagement puisque Paul Byron n’a finalement pas subi de fracture à l’avant-bras gauche.

L’entraîneur-chef Claude Julien a confirmé la nouvelle, mardi matin, ajoutant que son état de santé sera réévalué de manière quotidienne.

«Nous verrons comment il va récupérer et prendre une décision éclairée, a indiqué Julien. Ça pourrait prendre quelques jours, une semaine, je ne le sais pas. C’est un cas à réévaluer à chaque jour, mais il n’y a pas de fracture.»

Byron, âgé de 29 ans, s’était blessé dimanche dans une victoire en prolongation de 4-3 du Canadien face aux Oilers d’Edmonton.

Il avait été victime d’une mise en échec de Matt Benning le long de la rampe dans le coin de la zone des Oilers en deuxième période et il n’était pas revenu au jeu. Frustré, Byron avait donné trois coups de poing contre la baie vitrée derrière le banc des joueurs du Canadien en prenant la direction du vestiaire.

«Il est une personne très émotive et concentrée, a mentionné Julien. Il prend son travail au sérieux et il veut être sur la patinoire pour aider l’équipe. Chaque personne réagit de manière différente. Il était frustré parce qu’il savait qu’il s’était blessé.»

Byron a raté 14 rencontres en novembre en raison d’une blessure au bas du corps. Il a aussi été suspendu pour trois parties en janvier pour une mise en échec à la tête à l’endroit du défenseur MacKenzie Weegar des Panthers de la Floride.

Le Canadien a compilé un dossier de 7-7-3 en l’absence de Byron cette saison.

«Il est un membre important de l’équipe et il porte une lettre sur son chandail pour une raison, a rappelé l’attaquant Brendan Gallagher. Il est un meneur dans notre groupe. Nous avons déjà joué quelques matchs sans lui. Nous sommes certainement meilleurs avec lui dans la formation, mais je suis certain que nous avons des joueurs qui peuvent le remplacer pour l’instant.»

En 36 matchs cette saison, Byron a inscrit 10 buts et neuf aides.