À 34 ans, Alex Ovechkin ne montre aucun signe de ralentissement, lui qui a récolté 23 points (13 buts et 10 passes) en 20 matchs jusqu’ici cette saison.

Chiarot et Weber contre Ovi

BROSSARD — Ben Chiarot et Shea Weber devraient être réunis au sein de la même paire à forces égales pour une troisième fois cette saison. Après avoir réussi à contrer les unités de Patrice Bergeron et Anze Kopitar, ils auront comme mission de neutraliser Alex Ovechkin.

Le duo Chiarot-Weber, appuyé par le trio de Phillip Danault, a aidé le Canadien à vaincre les Bruins de Boston et les Kings de Los Angeles la semaine dernière au Centre Bell.

La tâche pourrait être plus difficile vendredi, quand la formation montréalaise rendra visite aux Capitals de Washington, puisque le Canadien n’aura pas le dernier changement. Tout porte à croire que l’entraîneur-chef Claude Julien réunira de nouveau les deux colosses.

«C’est simple, Ovechkin est gros et fort. Il est l’un de leurs meilleurs attaquants. Nous essayons de faire la même chose de notre côté pour le contrer, en réunissant nos gars qui sont gros et forts», a expliqué Julien.

Avant les matchs de jeudi, les Capitals représentaient la meilleure offensive du circuit avec

77 buts en 20 matchs. Leur avantage numérique avait une efficacité de 22,9 %.

Contrairement aux Bruins et aux Kings, chez qui l’attaque est générée principalement par la première unité, les Capitals ont de la profondeur en offensive. Jakub Vrana, Evgeny Kuznetsov, T.J. Oshie et Tom Wilson peuvent tous bien appuyer Ovechkin et Nicklas Backstrom.

Julien ne crois toutefois pas que de réunir Chiarot et Weber signifie qu’il met tous ses œufs dans le même panier.

«Quand nous l’avons fait, les autres paires n’en ont pas souffert», a-t-il noté.

Le défenseur des Capitals John Carlson connaît aussi un début de campagne fulgurant, avec 30 points (lire texte en page 43). Il se retrouve au cinquième rang des marqueurs du circuit, toutes positions confondues.

«Tout commence en zone offensive, pendant l’échec avant, a noté l’attaquant du Canadien Tomas Tatar en parlant des moyens pour contrer Carlson. Si nous pouvons le bousculer, il ne pourra pas appuyer l’attaque.»

Price ou Kinkaid samedi?

Carey Price aura la tâche de stopper les tirs des Capitals vendredi. Julien n’a pas voulu confirmer si Keith Kinkaid allait ensuite avoir l’occasion d’affronter son ancienne équipe, samedi, quand les Devils du New Jersey seront les visiteurs au Centre Bell.

Le Canadien en sera toutefois à sa quatrième situation de deux matchs en autant de soirs cette saison. Kinkaid a chaque fois disputé le deuxième match.

«Nous allons voir la charge de travail de Price, a insisté Julien. S’il fait face à seulement 10 lancers, ce qui serait étonnant, tout en considérant qu’il était en congé [mercredi], est-ce que nous allons le ramener [samedi]? Nous allons y penser.

«Ce n’est pas pour cacher quelque chose. La décision finale sera prise à un moment précis. J’ai une idée en tête présentement, mais ce n’est pas certain à 100 % que c’est ce qui va se produire.»

Price a disputé jusqu’ici 15 des 18 premiers matchs du Tricolore. Si la tendance se maintient, il jouerait 68 matchs cette saison. La direction de l’équipe souhaitait pourtant réduire sa charge de travail cette saison avec l’appui de Kinkaid, comme le mentionnait le directeur général Marc Bergevin mercredi.

«La saison est longue et il y a beaucoup de variables — le calendrier, les blessures. Nous suivons ça de semaine en semaine», a rappelé Price.

Par ailleurs, Julien n’avait pas encore discuté avec les médecins de l’équipe avant de rencontrer les journalistes jeudi midi. Il ne savait pas si Jesperi Kotkaniemi, qui a raté les six derniers matchs en raison d’une blessure à l’aine, avait reçu le feu vert pour effectuer un retour au jeu.

Julien a toutefois précisé que si Kotkaniemi peut jouer ce week-end, il participera à une seule des deux parties. Il souhaite ainsi jouer de prudence avec le Finlandais âgé de 19 ans, en raison de la nature de sa récente blessure.