Guy Carbonneau, originaire de Sept-Îles, a été le dernier capitaine du Canadien à remporter la coupe Stanley en 1993.

Carbonneau au Temple de la renommée du hockey

TORONTO — Guy Carbonneau et Hayley Wickenheiser, tête d'affiche du hockey féminin pendant de nombreuses années, figurent parmi les six nouveaux membres du Temple de la renommée du hockey.

Outre Carbonneau et Wickenheiser, l'attaquant tchèque Vaclav Nedomansky et le défenseur russe Sergei Zubov font également partie de la cohorte.

Le directeur général Jim Rutherford des Penguins de Pittsburgh et l'entraîneur-chef Jerry York de l'Université de Boston y font également leur entrée dans la catégorie des bâtisseurs.

Les nominations ont été faites mardi. La cérémonie d'intronisation aura lieu le 18 novembre.

Guy Carbonneau a amassé 663 points en 1318 matchs. Il n’a jamais atteint la marque des 60 points ou 30 buts en une saison, mais son apport se mesurait ailleurs. Il a été l’un des meilleurs joueurs défensifs de son époque, avec pour preuve trois trophées Selke remis à l’attaquant défensif par excellence, et trois Coupes Stanley.

Carbonneau, originaire de Sept-Îles, a été le dernier capitaine du Canadien à remporter la coupe Stanley en 1993.

Il a remporté trois prix Selke en tant que meilleur attaquant défensif et trois coupes Stanley (deux avec Montréal, un avec les Stars de Dallas).

«C'est un honneur auquel vous pensez, mais ce n'est jamais une chose sûre, a déclaré Carbonneau dans un communiqué. C'est une reconnaissance incroyable et je remercie le comité de sélection.»

«Seulement de faire partie de la même liste que des gars comme Jean Béliveau et Guy Lafleur et Wayne Gretzky, c’est incroyable, a ajouté Carbonneau. Quand je suis devenu un joueur défensif, les gens pensaient que je sacrifiais beaucoup d’attaque. Je voyais ça autrement. Ç’a m’a donné des opportunités.»

«Il y a autre chose que l’attaque qui importe et avec l’évolution du hockey, c’est plaisant de voir que le comité n’a pas oublié cet aspect-là, a poursuivi l’auteur de 663 points dans la LNH, dont 547 avec le Tricolore.

«C’est important de pouvoir jouer dans les deux sens de la glace. Bob Gainey a commencé à ouvrir la porte à nous tous, et je l’en remercie. J’ai eu la chance de jouer avec lui et il a été un professeur extraordinaire.»

Wickenheiser a pris sa retraite alors qu'elle était la meneuse de tous les temps après une carrière de 23 ans avec l'équipe nationale. Elle occupe actuellement le poste d'adjointe au directeur du développement des joueurs chez les Maple Leafs de Toronto.

«À part remporter l’or olympique, en termes d’accomplissement personnel, c’est probablement la plus grande réussite, a t-elle dit, au sujet d’être intronisée au Panthéon. Vous êtes en compagnie des plus grands de l’histoire, homme ou femme. C’est fabuleux.

«Tellement de gens m’ont contactée (mardi), des côtés masculin et féminin du hockey. Ç’a m’a rappelé beaucoup de souvenirs de différentes périodes de ma carrière.»

La Saskatchewanaise de 40 ans s'est révélée l'une des meilleures joueuses lorsque l'équipe canadienne a raflé l'or à quatre Jeux olympiques d'affilée.

Rutherford a débuté comme dirigeant chez les Spitfire de Windsor de la Ligue de l'Ontario en 1984. Il a ensuite été directeur général des Whalers de Hartford pendant 20 ans, remportant la coupe Stanley en Caroline en 2006, après le déménagement de l'organisation.

Rutherford, qui a remporté deux fois la coupe Stanley avec les Penguins, est Beeton en Ontario, entre Barrie et Toronto.

«J'ai commencé ma carrière à Beeton, à 50 km au nord du Temple de la renommée, sans jamais rêver d'y accéder, a déclaré Rutherford. J'ai beaucoup voyagé en lien au hockey et j'ai rencontré beaucoup de gens formidables.»

Nedomansky a passé 12 saisons avec Bratislava, devenant ensuite le premier athlète d'un pays communiste d'Europe de l'Est à quitter vers l'Amérique du Nord pour y faire carrière dans le hockey professionnel.

Il a joué dans la WHA avec Toronto et Birmingham avant de rejoindre les Red Wings de Detroit comme recrue de 33 ans, en 1977.

Nedomansky a disputé 252 matchs en carrière dans la LNH avec Detroit, les Blues de St. Louis et les Rangers de New York.

«J'apprécie que mes réalisations soient reconnues par le Temple de la renommée, a dit Nedomansky. Je suis fier d'être le premier joueur d'un pays communiste à venir jouer en Amérique du Nord.»

Zubov a rejoint les Rangers en 1992 après avoir joué quatre saisons avec l'Armée rouge de Moscou. Il a remporté une coupe Stanley avec les Rangers en 1994 et une autre avec Dallas en 1999.

Né aux États-Unis, York est entraîneur-chef dans la NCAA depuis 1972. Il a remporté cinq titres nationaux.

«Je suis stupéfait de cet honneur inattendu, a dit York. Je chérirai cette reconnaissance spéciale.»