Canadien

En une semaine, le Canadien a redressé la barre

MONTRÉAL — Le naufrage semblait inévitable en début de semaine, mais le Canadien a redressé la barre, rappelant à quel point tout peut changer rapidement à ce temps-ci de la saison dans la LNH.

Après une défaite de 2-0 face aux Blackhawks de Chicago, samedi, la formation montréalaise accusait un retard de trois points sur les Blue Jackets de Columbus et le dernier rang donnant accès aux séries. Vendredi matin, les joueurs du Tricolore se sont réveillés avec une avance d’un point sur les Blue Jackets et de retour dans le portrait des séries.

«Ça peut changer rapidement. Tout a fonctionné pour nous lors des deux derniers matchs et nous avons trouvé le moyen de revenir dans le portrait des séries. Nous avons aussi eu un peu d’aide, a mentionné Brendan Gallagher, vendredi. D’un autre côté, nous savons à quel point ça peut aller vite dans l’autre direction.

«Je crois que lors des derniers matchs, nous avons repris plaisir à participer à la course plutôt que de laisser la nervosité nous saisir en nous préoccupant de ce qui se passe à travers la ligue.»

Pendant que le Canadien battait les Flyers de Philadelphie et les Islanders de New York, les Blue Jackets ont perdu les deux premiers matchs de leur voyage de trois dans l’Ouest canadien, s’inclinant face aux Flames de Calgary et aux Oilers d’Edmonton.

«Beaucoup de membres de ma famille vivent dans l’Ouest canadien. Je n’aurai pas à les taquiner avec ça», a répondu Gallagher en riant un peu quand il a été questionné à savoir si le Canadien avait bénéficié d’un peu de solidarité entre les équipes canadiennes.

Deux belles performances

Le Canadien a offert deux de ses plus belles performances des dernières semaines pour venir à bout des Flyers et des Islanders. Le temps de jeu a été bien réparti entre les joueurs, ce qui est attribuable à la qualité du jeu de chacun, selon l’entraîneur Claude Julien.

«Lors des deux derniers matchs, le groupe a bien joué dans l’ensemble et je n’ai pas eu de raisons de couper le temps de glace à une personne, a indiqué Julien. Ça aide beaucoup, surtout dans une situation de trois matchs en quatre soirs.

«Je l’ai dit tout au long de la saison, tout le monde doit contribuer pour que nous ayons du succès. Nous n’avons pas une équipe qui peut se fier seulement à trois ou quatre joueurs. Et ça ne veut pas dire que notre équipe n’est pas bonne ou que nos joueurs ne sont pas bons.»

En vertu des circonstances, les joueurs avaient peut-être le sourire un peu plus facile lors de la prise de la photo d’équipe au Centre Bell, vendredi midi.

La saison dernière, cette tradition avait permis de noter les nombreux changements effectués pendant une campagne difficile, en comparant la photo prise en octobre et celle en mars. Cette fois-ci, plusieurs visages se retrouvent sous d’autres cieux — notamment Tomas Plekanec, David Schlemko et Nikita Scherbak —, mais le noyau demeure le même.

«Je crois qu’il y a moins de changements quand les choses vont bien», a souligné Gallagher.

Le renouvellement au niveau de l’attitude a fait couler beaucoup d’encre cette saison. Reste à savoir si la bonne humeur est le résultat ou la conséquence des succès du Canadien cet hiver.

«Les choses vont mieux que la saison dernière, l’ambiance est donc meilleure, a noté Julien. Nous comptons sur un bon groupe de joueurs qui croient en eux, qui jouent ensemble et travaillent fort en tant que groupe. Quand vous travaillez bien, vous avez un peu plus de succès.

«Nous sommes dans la course aux séries. À la même époque la saison dernière, nous étions probablement éliminés. Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent expliquer pourquoi l’ambiance est meilleure cette saison.»

Jonathan Drouin et Jesperi Kotkaniemi ont accompagné les joueurs qui n’ont pas affronté les Islanders sur la patinoire lors d’un entraînement optionnel vendredi.

Julien a confirmé que Carey Price allait affronter les Sabres de Buffalo samedi, mais a refusé de spéculer sur la présence de son gardien étoile devant le filet dimanche, quand le Tricolore rendra visite aux Hurricanes de la Caroline.

Canadien

Victoire cruciale pour le CH contre les Islanders

MONTRÉAL — Nate Thompson a donné le ton à la rencontre grâce à de belles présences en infériorité numérique et le Canadien a défait les Islanders de New York 4-0, jeudi.

Les Islanders avaient donné une leçon au Canadien la semaine dernière, imposant la loi dans une victoire de 2-1 à Long Island. L’histoire a été bien différente cette fois.

Avec Jeff Petry et Shea Weber au cachot, Phillip Danault a gagné la mise en jeu à la droite de son gardien, aidant le Tricolore à survivre à 21 secondes à cinq contre trois. Thompson a aussi joué un rôle clé lors de ces infériorités numériques, gagnant notamment une bataille le long de la rampe contre trois joueurs des Islanders pour s’offrir une chance de marquer.

Puis, l’avantage numérique du Canadien — qui était 1 en 25 à ses 11 derniers matchs avant la partie — a généré le premier but du match, avec 6,3 secondes à jouer au premier vingt. Joel Armia a profité d’une courte remise de Jordan Weal pour faire scintiller la lumière rouge.

«Notre jeu en désavantage numérique en début de match a fait du bon travail, a indiqué l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Ça leur a enlevé le vent des voiles. Nous sommes revenus avec énergie et notre jeu de puissance a marqué un gros but.»

Armia, Weal et Jonathan Drouin ont récolté chacun un but et une aide, tandis que Shea Weber a aussi marqué pour le Canadien (39-28-7), qui n’avait pas inscrit plus de trois buts dans un match en huit sorties depuis le 1er mars.

Carey Price a été brillant lorsque sollicité et il a réalisé 28 arrêts. Il a ajouté un quatrième blanchissage à sa fiche saisonnière, un 44e en carrière.

Coup de pouce des Oilers

Le Canadien a en plus eu droit à un coup de main des Oilers d’Edmonton, qui accueillaient les Blue Jackets en fin de soirée. La formation de l’Alberta a signé une victoire de 4-1, ce qui a permis au Tricolore de devancer par un point Columbus au huitième et dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires dans l’Association de l’Est.

En vertu du revers de 6-3 des Hurricanes de la Caroline face au Lightning de Tampa Bay, le Canadien s’est aussi approché à deux points du premier laissez-passer supplémentaire dans l’Est. Les Hurricanes ont toutefois un match de plus à jouer d’ici la fin de la campagne.

Les Islanders (42-25-7) avaient perdu leur dernier match 5-0, mardi, face aux Bruins de Boston et n’ont rien fait pour impressionner leur entraîneur. Thomas Greiss a accordé quatre buts sur 22 lancers avant de céder sa place à Robin Lehner, qui a effectué 12 arrêts.

Weber a doublé l’avance du Canadien après 63 secondes de jeu en deuxième période, grâce à un puissant tir précis.

Price a eu à se signaler par la suite. Il a notamment réalisé un arrêt spectaculaire aux dépens de Jordan Eberle seulement

27 secondes avant que Drouin ne porte le pointage à 3-0, à 6:00.

Drouin mettait ainsi fin à une disette de 17 rencontres sans toucher la cible. Il avait été blanchi de la feuille de pointage lors de 16 de ses 17 dernières sorties, dont les neuf matchs les plus récents.

«C’est un gars qui veut bien faire, un gars qui travaille quand même fort, a dit Julien au sujet de Drouin. C’était aussi un gars frustré parce qu’il ne marquait pas. Il a marqué un très beau but ce soir. S’il débloque et qu’il retrouve sa fougue, tant mieux, parce que c’est le bon temps pour que ça arrive.»

Weal a ensuite mis un terme à la soirée de travail de Greiss à 8:19, en déviant un tir de Jordie Benn.

Le Canadien jouera deux matchs ce week-end. Il accueillera d’abord les Sabres de Buffalo, samedi, avant de rendre visite aux Hurricanes, dimanche.

Canadien

Carey Price a toujours la cote

Quoi que puissent en penser les analystes, les amateurs de hockey ou les journalistes, Carey Price a toujours la cote auprès de ses pairs.

Price a été le plus populaire dans la catégorie du meilleur gardien lors d’un sondage de l’Association des joueurs de la LNH auprès de ses membres.

Même s’il était 16e à travers le circuit pour la moyenne de buts alloués et 17e pour le taux d’efficacité, avant les rencontres de mercredi, Price est toujours considéré comme le meilleur gardien au monde auprès d’environ le tiers des joueurs de la LNH.

Le gardien du Canadien a récolté 29,9 % des votes, devançant Pekka Rinne (17,3 %), des Predators de Nashville, et Andrei Vasilevskiy (17,1 %), du Lightning de Tampa Bay.

«Je ne suis pas surpris. Il est exceptionnel, a dit l’attaquant Tomas Tatar, qui a voté pour son coéquipier. En tant qu’adversaire, je savais qu’il était bon, qu’il était difficile à battre. Il était tout le temps calme devant son filet. Comme coéquipier, j’ai pu découvrir à quel point il travaille fort et ce qu’il représente au sein de ce vestiaire.

«Dans les moments importants, Carey est celui qui se lève et qui nous donne la chance d’être dans le match, a ajouté Tatar. Je crois que tout le monde est conscient de ce qu’il représente pour cette équipe.»

La saison dernière, Price avait été choisi par 41 % des patineurs répondants comme étant le gardien le plus difficile à battre, loin devant Jonathan Quick, des Kings de Los Angeles, avec 12,1 % des votes.

Pour Phillip Danault, les qualités de Price vont au-delà du travail qu’il accomplit devant son filet.

«Il est complet dans son rôle, a dit Danault, en notant l’aisance de Price à manier la rondelle autour du filet. Il aide à relancer l’attaque plus rapidement. La possession de la rondelle est très importante. Il devient comme un troisième défenseur.»

McDavid, meilleur attaquant

Connor McDavid, des Oilers d’Edmonton, a été choisi le meilleur attaquant avec 63,6 % des votes, tandis que Victor Hedman, du Lightning, a été nommé meilleur défenseur (31,7 %).

Le capitaine du Canadien Shea Weber a terminé deuxième dans la catégorie du meilleur tir, obtenant 14,6 % des voix. Alex Ovechkin, des Capitals de Washington, a dominé cette catégorie (50,2 %).

Tatar s’est classé premier dans la catégorie du meilleur surnom avec «Tuna», grâce à 5,6 % des votes.

«Je suis très heureux que les gars à travers la ligue aiment le surnom, a dit Tatar. Ç’a commencé à Detroit. Tomas Holmstrom avait regardé mon chandail et avait vu mon nom, puis il s’était dit : “O.K., je vais t’appeler Tuna”.»

Le Centre Bell a été reconnu comme étant l’amphithéâtre ayant la plus belle surface de jeu (29,6 %) et s’est classé deuxième au niveau de l’ambiance (21,2 %), derrière le T-Mobile Arena des Golden Knights de Vegas (42,5 %).

«La glace a toujours été bonne [au Centre Bell], a noté Danault. Tout le monde aime y jouer. Quand la glace n’est pas bonne, la rondelle peut rebondir un peu partout. Ici, il n’y a pas d’excuse.»

Youppi! bon troisième

Youppi! s’est classé troisième chez les mascottes avec 2,4 % des votes. Celle des Flyers de Philadelphie, Gritty, a largement été la plus populaire (69,4 %). Carlton the Bear, des Maple Leafs de Toronto, a tout juste devancé Youppi! (2,7 %).

Le golf (29,4 %), le football (25,7 %) et le soccer (21 %) sont les trois sports les plus suivis par les joueurs de la LNH. Tiger Woods (24,4 %), Roger Federer (11,3 %), LeBron James (9,5 %), Tom Brady (8,7 %) et Lionel Messi (5,7 %) sont les athlètes hors du monde du hockey que les joueurs de la LNH admirent le plus.

Canadien

Victoire cruciale du Canadien à Philadelphie

PHILADELPHIE — Fidèles de la Ste-Flanelle, allumez d’autres lampions, peut-être y aura t-il rédemption.

Le Canadien de Montréal a signé un gain crucial de 3-1 aux dépens des Flyers à Philadelphie, mardi, au moment où le CH tente de se replacer du bon côté de la course aux séries.

Brendan Gallagher, Shea Weber et Max Domi ont réussi les buts du Canadien, qui compte 83 points, en 73 matchs.

Dans la course des quatrièmes as, le Tricolore s’est approché à un point des Blue Jackets, qui se sont inclinés 4-2 contre les Flames, mardi à Calgary.

Premiers de cette course, les Hurricanes totalisent 87 points, en 72 rencontres.

Carey Price a fait 32 arrêts pour le Tricolore, qui stoppait une série de trois défaites à l’étranger.

«Nous ne sommes pas encore sortis du bois, mais c’est une grosse victoire, a dit l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Nous ne leur avons pas donné grand-chose dans les 40 premières minutes. Il fallait protéger le devant du filet et autant que possible, nous les avons amenés à tirer de l’extérieur. Ça nous a aidés.»

Price n’a été déjoué que par Sean Couturier, tandis que Carter Hart a bloqué 33 rondelles.

Le Canadien sera de retour en action jeudi au Centre Bell, face aux Islanders de New York. Jeudi dernier, le Tricolore s’est incliné 2-1 à Uniondale.

Le défenseur Jeff Petry disputait un 600e match. Il totalise 56 buts et 208 points.

Pour la première fois depuis le début de janvier, les Flyers perdaient un deuxième match d’affilée à la maison.

La première période a donné lieu à du jeu inspiré chez le Canadien, qui a terminé le premier tiers avec 11 tirs. Dès la troisième minute, Jesperi Kotkaniemi a fait une passe transversale à un Brett Kulak s’amenant fougueux, mais le tir frappé de ce dernier a touché le poteau. Quelques minutes plus tard, Hart a eu le bénéfice d’un sifflet hâtif, après un tir de Weber.

Dynamique, le CH a continué de créer des occasions. Domi est venu près de marquer en contournant le filet, tandis que Kulak a raté une occasion sur un généreux rebond. Rapide et habile, Kotkaniemi s’est défait de Shayne Gostibehere pour une courte échappée. Vers la fin du premier engagement, ce sont Domi, Andrew Shaw et Artturi Lehkonen qui ont causé des maux de tête aux Flyers.

Duo Danault Gallagher

Gallagher a donné l’avance 1-0 au Canadien à 18:21 au premier tiers. Le résultat d’un tir vif, sur un long rebond après un tir de Christian Folin. Phillip Danault avait rendu la menace possible en protégeant fort bien la rondelle seul en zone adverse, avant qu’arrivent des renforts. Du coin de la glace, c’est lui qui a refilé à la pointe à Folin, dont le tir a mené au but de l’Albertain. Lors des cinq derniers matchs, Gallagher avait été limité à deux passes.

Les deux équipes ont bien entamé la période médiane. Paul Byron a raté de peu d’un tir haut, rejoint par Nate Thompson, puis Tomas Tatar y est allé d’un bon tir des poignets. Le deuxième but du Canadien est venu du bâton du capitaine, Weber doublant la priorité des visiteurs à 4:45, au deuxième tiers. Andrew Shaw a gagné une mise au jeu et Domi a refilé à Weber, qui a récolté son 12e but de la saison avec un tir voilé.

En milieu de deuxième période, Price a réussi de gros arrêts contre Gostisbehere et Ryan Hartman, à découvert dans les deux cas. Peu avant, Kulak et Danault avaient commis des revirements lors de séquences distinctes - dans le cas de Danault, il a échappé le disque tout près du filet de son gardien.

Le trio Kotkaniemi, Joel Armia et Jonathan Drouin a bourdonné tard au deuxième vingt. Peu avant la deuxième pause, Lehkonen a touché le poteau, puis Danault, dans l’enclave, est venu très près de donner un coussin de trois buts aux siens.

Une seule punition

En troisième période, Jordan Weal a décoché un bon tir en contre-attaque, puis Tatar a été frustré après un revirement des Flyers.

La seule punition du match a été décernée à Folin pour avoir retenu, à 7:27. Couturier a réduit l’écart à 8:42, en profitant d’un rebond. Un complice a été James Van Riemsdyk, qui obtenait un 14e point en 12 matchs.

Domi a toutefois scellé le gain en marquant dans un filet désert, avec 1:05 au cadran.

Canadien

Les ennuis de l’offensive du Canadien

L'entraîneur-chef Claude Julien l'a noté après la rencontre de samedi : sa troupe connaît des ennuis à un bien mauvais moment dans la saison, et c'est particulièrement vrai du côté de l'offensive.

Le Canadien n'a pas marqué plus de trois buts dans un match lors de chacune de ses sept dernières sorties, compilant un dossier de 2-5-0 au cours de cette séquence. Et quand l'offensive a généré plusieurs chances, elle s'est butée à un gardien en grande forme, comme ce fut le cas lors du dernier match, quand Corey Crawford a réalisé 48 arrêts devant le filet des Blackhawks de Chicago pour blanchir le Tricolore 2-0.

«Nous avons probablement obtenu plus de chances de marquer dans ce match-là que lors de tout autre match cette saison, a répété Julien, lundi. Ce n'est pas que nous n'avons pas essayé.

«Maintenant, il faut trouver un moyen de marquer. C'est toujours la même chose. Il faut se diriger au filet, jouer dans l'enclave, être fort autour du filet, récupérer les rondelles libres et être capables de finir le jeu. C'est ce qu'il faut pour marquer des buts, et ce n'est pas un secret. Mais il faut le faire avec confiance.»

Le centre Phillip Danault a noté que les joueurs avaient peut-être été affectés par une certaine nervosité lors des dernières rencontres. Après tout, plusieurs joueurs au sein du Canadien vivent une première course aux séries.

«Nous avons décoché presque 50 tirs au but et l'autre équipe en avait une vingtaine. Je ne sais pas ce que nous pouvions faire de plus, a renchéri Jordan Weal en revenant sur le match face aux Blackhawks. Peut-être que nous devrions être un peu plus calmes autour du filet, être plus détendus quand nous obtenons une occasion. Mais nous avons atteint la barre horizontale à quelques reprises. C'est une question de centimètres. Parfois, c'est ça le hockey.»

Pour sa part, Danault avait quelques pistes de solution à offrir.

«Il faut améliorer notre jeu de transition, nous amuser et faire notre travail, a-t-il dit. Il faut travailler pour ses coéquipiers. Si nous faisons tous notre travail, il ne devrait pas y avoir de problème. C'est comme ça que nous avons eu du succès à cinq contre cinq. Il ne faut pas essayer d'en faire trop. Il faut revenir à la base.»

Des erreurs de Kotkaniemi

Joel Armia et Jesperi Kotkaniemi ont vu leur temps de jeu chuter face aux Blackhawks. Kotkaniemi a d'ailleurs été limité à deux présences en troisième période.

Julien avait indiqué après la partie que Kotkaniemi avait été coupable de laisser son homme se démarquer à quelques reprises, ce qui avait mené à sa décision de le clouer au banc. Quand l'utilisation du jeune Finlandais a été ramenée sur la table lundi, l'entraîneur-chef a semblé irrité.

«C'est naturel. Si vous employez un joueur qui continue à faire des erreurs qui risquent de vous coûter des buts, est-ce que l'on va dire que nous n'avons pas fait les séries, mais qu'au moins les jeunes ont joué? Non. Il y a des choix à faire, a rétorqué Julien. Ce n'est pas la fin du monde. Le joueur dont on parle va être un grand joueur ici. Mais il n'est âgé que de 18 ans et il en est à sa première saison. Nous n'en faisons pas un plat. Ça fait partie de l'apprentissage.»

Pendant ce temps, Weal continue de profiter de la confiance de Julien. Il a été le deuxième attaquant le plus utilisé face aux Blackhawks avec un temps de jeu de 19:04. Weal prend des mises en jeu importantes et évolue sur l'avantage numérique.

«Je ne fais que jouer, peu importe mon rôle, a dit Weal. Je peux obtenir beaucoup de temps de jeu, ou peu de temps de jeu. En fin de compte, je veux simplement aider l'équipe à gagner.»

Il y a toutefois plus de chances que les réponses du côté de l'attaque viennent de Danault, Jonathan Drouin, Max Domi, Brendan Gallagher et Tomas Tatar, qui font tous partie du noyau qui a transporté l'offensive pendant la majeure partie de la saison.

Canadien

Le Canadien perd 2-0 face aux Blackhawks et continue à s'éloigner des séries

MONTRÉAL — La volonté était là, mais le résultat a été le même pour le Canadien, samedi, alors qu’il a encaissé un revers de 2-0 face aux Blackhawks de Chicago.

Deux jours après avoir été déclassée en début de rencontre par les Islanders de New York, en route vers une défaite de 2-1, la formation montréalaise a offert une performance plus convaincante. Le Canadien s’est toutefois buté à Corey Crawford, qui a réalisé 48 arrêts, un sommet personnel en saison régulière.

Malgré un meilleur effort du Tricolore, les revirements ont toutefois été nombreux en sortie de zone et l’avantage numérique a encore une fois connu des ratés en étant 0-en-4. Le Canadien a finalement a été blanchi pour une cinquième fois cette saison.

«C’est certain que le gardien de l’autre côté mérite beaucoup de crédit. Crawford a joué tout un match, a reconnu l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Mais je dirais que notre exécution n’a pas été à point pendant la majorité du match. Je ne sais pas si c’est relié à la pression ou si c’est seulement un mauvais passage dans la saison. Mais ce n’est pas un bon moment pour connaître des difficultés.»

Puisque les Hurricanes de la Caroline ont défait les Sabres de Buffalo 4-2 et que les Blue Jackets de Columbus ont récolté un point dans une défaite de 2-1 en prolongation face aux Bruins de Boston, le Canadien s’est éloigné un peu plus d’une place en séries éliminatoires.

Le Canadien (37-28-7) accuse trois points de retard sur les Blue Jackets et quatre sur les Hurricanes. Ces deux équipes détiennent les deux laissez-passer supplémentaires donnant accès aux séries dans l’Association de l’Est. De plus, les Hurricanes ont un match en main sur ses deux poursuivants.

Carey Price a effectué 22 arrêts devant le filet du Canadien.

Connor Murphy et Brendan Perlini ont touché la cible pour les Blackhawks (32-30-9), qui ont gagné un cinquième match d’affilée. Crawford, de Châteauguay, présente maintenant un dossier de 9-2-2 en 13 sorties en carrière face au Canadien. Il a ajouté un deuxième blanchissage à sa fiche saisonnière.

Après une première période plutôt tranquille, le jeu s’est animé un peu lors du deuxième engagement.

L’attaquant du Canadien Paul Byron a atteint la barre transversale en début de période. Toutefois, Murphy a été le premier à faire mouche après 3:04 de jeu, grâce à un tir précis du côté de la mitaine.

Dylan Sikura est passé bien près de doubler l’avance des visiteurs quelques minutes plus tard, mais son tir a à son tour atteint la barre horizontale.

Crawford s’est distingué par la suite, frustrant notamment Byron lors d’une supériorité numérique du Canadien, puis Victor Mete et Artturi Lehkonen coup sur coup, un peu plus tard.

Perlini a ensuite porté un dur coup aux espoirs du Canadien en creusant l’écart après 4:49 de jeu en troisième période. Perlini a complété un bel échange à trois avec Slater Koekkoek et Alex DeBrincat.

Il a fallu attendre jusqu’à mi-chemin en troisième période pour voir le Canadien jouer un peu plus avec un sentiment d’urgence.

Cependant, le Tricolore s’est buté à Crawford, qui a réussi l’un de ses plus beaux arrêts contre Joel Armia avec la jambière droite. Crawford a aussi joué de chance quand Lehkonen a atteint la barre horizontale.

Par ailleurs, Price a été honoré avant la rencontre pour avoir devancé Jacques Plante au premier rang dans l’histoire du Canadien avec 315 victoires. Sa famille est venue le rejoindre sur la patinoire et a reçu des fleurs de la part de Shea Weber, Byron et Brendan Gallagher.

Price a reçu un chandail autographié par ses coéquipiers et avec le numéro 315 à l’arrière. Le fils de Jacques Plante, ainsi que la petite-fille et l’arrière-petite-fille du légendaire gardien se sont rendus sur la patinoire en compagnie du président du Canadien, Geoff Molson, pour remettre un bâton en or à Price.

Le Canadien disputera son prochain match mardi, quand il rendra visite aux Flyers de Philadelphie.

Échos de vestiaire

Artturi Lehkonen a admis que la finition avait fait défaut:

«Nous avons obtenu des occasions de marquer. Nous devons simplement être un peu plus incisifs dans les situations où nous pouvons marquer. Ce soir, nous n’avons pas profité de nos occasions et nous avons perdu le match.»

Shea Weber aurait aimé voir l’avantage numérique faire la différence:

«C’est toujours la même chose. Nous devons obtenir des résultats. Particulièrement dans des moments importants du match comme ça, ça pourrait faire une différence. L’histoire se répète et ça ne fait pas la différence.»

Carey Price a apprécié la cérémonie d’avant-match:

«C’était bien de pouvoir partager ce moment avec ma famille. Je suis heureux que tout le monde soit venu pour en faire partie. C’était un moment très spécial pour moi.»

Canadien

Les Islanders renversent le Canadien 2 à 1

UNIONDALE, N.Y. — Anders Lee a inscrit son 25e but de la saison avec 2:57 à écouler à la troisième période et les Islanders de New York ont infligé au Canadien de Montréal un revers crève-coeur de 2-1 jeudi soir au Nassau Coliseum.

Le but décisif a pris son origine en zone des Islanders, au moment où le Tricolore semblait prêt à mettre de la pression sur la défensive adverse. Toutefois, un malentendu entre le défenseur Brett Kulak et l'attaquant Max Domi a permis aux Islanders d'orchestrer une poussée à deux contre un.

Face à Jeff Petry, Mathew Barzal a pris tout son temps avant de glisser la rondelle à sa gauche où Lee n'a eu aucune difficulté à loger le disque derrière Carey Price qui n'y pouvait absolument rien.

Les défenseurs Adam Pelech, pour les Islanders, et Jordie Benn, du côté du Canadien, s'étaient échangés des buts pendant la période médiane.

«Nous avons affronté une équipe qui semblait être prête pour les séries éliminatoires, a déclaré Price. Nous avons eu des opportunités. En bout de ligne, c'est décevant. Ça fait partie de l'apprentissage. Nous devons aller de l'avant.»

La défaite pourrait s'avérer coûteuse pour le Canadien, qui est demeuré au neuvième rang du classement général de l'Association Est. Les hommes de Claude Julien totalisent 81 points en 71 matchs, le même nombre que les Blue Jackets de Columbus qui ont joué une rencontre de moins. Les Blue Jackets, vendredi soir, accueilleront les Hurricanes de la Caroline qui comptent 83 points.

Mince consolation pour le Tricolore, les Flyers de Philadelphie sont demeurés cinq points derrière à la suite de leur défaite de 5-2 face aux Capitals de Washington. Les Flyers ont toujours un match en banque sur le Canadien qu'ils reprendront vendredi soir à Toronto.

Quant aux Islanders, ils ont maintenu la cadence avec les Capitals et les Penguins de Pittsburgh, qui ont également défait les Sabres de Buffalo, dans leur chaude lutte pour le premier rang du classement de la section Métropolitaine.

Travail de Price gâché 

En plus d'être crève-coeur, la défaite est venue gâcher une autre solide prestation de Price, surtout en première période, que les Islanders ont largement dominée avec 15 tirs contre neuf. Price a terminé la rencontre avec 36 arrêts pendant qu'à l'autre extrémité, Thomas Greiss stoppait 33 tirs.

C'est d'ailleurs cette mauvaise première période que retenait davantage Claude Julien lors d'une mêlée de presse qui a duré à peine 95 secondes. Plus que le jeu qui a mené au filet décisif.

«Premièrement, on s'est totalement fait surclasser en première période. Totalement surclassé. Inacceptable. On s'est mis à jouer en deuxième période et le match s'est terminé de la façon qu'on a commencé avec une mauvaise décision qui nous a coûté le match», a lancé l'entraîneur-chef du Tricolore.

«Des fois, c'est sûr que c'est frustrant, a renchéri Julien. Il reste trois minutes, on a l'occasion d'aller chercher un point, peut-être même deux. Surtout dans notre situation actuelle, on a besoin de victoires, on a besoin des points. C'est normal que c'est frustrant, de la façon que ça s'est produit, avec une première période inacceptable.»

Dans son bref discours d'après-match, Julien a laissé sous-entendre que le Canadien se trouvait, en quelque sorte, dans un contexte équivalent aux séries éliminatoires.

«Je sais que quelqu'un a dit que l'autre équipe semble prête pour les séries, je pense qu'on a beaucoup dans notre équipe qui doivent réaliser que nous sommes dans les séries, plus ou moins. Ce qu'il va falloir faire, c'est jouer de la façon qu'eux ont joué ce soir, avec un peu plus de concentration, de meilleures décisions, une meilleure exécution, etc.»

Le Canadien tentera de faire oublier ce difficile revers samedi soir alors qu'il accueillera les Blackhawks de Chicago au Centre Bell.

Canadien

Price devance Plante pour les gains

Carey Price a fait les choses en grand pour s’installer en tête dans l’histoire du Canadien au chapitre des victoires, réalisant 20 arrêts pour aider la formation montréalaise à vaincre les Red Wings de Detroit 3-1, mardi.

Price totalise maintenant 315 victoires dans l’uniforme bleu-blanc-rouge, une de plus que Jacques Plante.

Il a dû garder le fort pendant plus d’une période et demie, alors que Jonathan Bernier était en grande forme à l’autre bout de la patinoire. Price a ensuite réalisé son plus bel arrêt avec environ 12 minutes à jouer en troisième période, faisant le grand écart pour stopper Tyler Bertuzzi en échappée.

«C’était une bonne soirée pour lui et c’est mérité, a dit l’entraîneur-chef Claude Julien au sujet de la performance de Price. Il a joué tout un match ce soir, nous a donné l’occasion de gagner. Il a sauvé les meubles, surtout en troisième période.»

Max Domi et Brett Kulak ont finalement touché la cible en deuxième période pour le Canadien (37-26-7), qui avait perdu ses deux derniers matchs. Tomas Tatar a amassé deux aides et Domi a ajouté son deuxième du match en marquant dans un filet désert avec 48,8 secondes à écouler.

Cette victoire a permis au Canadien de maintenir la cadence imposée par les Blue Jackets de Columbus, qui ont défait les Bruins de Boston 7-4.

Le Canadien et les Blue Jackets ont 81 points au compteur, mais la formation de l’Ohio occupe le huitième rang devant le Tricolore en vertu de son nombre de victoires acquises en temps réglementaire et en prolongation.

Andreas Athanasiou a fait bouger les cordages tôt en troisième période et Bernier a finalement réalisé 33 arrêts devant le filet des Red Wings (24-36-10), qui n’ont qu’une victoire à leurs 12 dernières sorties (1-8-3).

Le gardien québécois a résisté aux assauts du Canadien pendant de longs moments, mais les Red Wings ont finalement perdu un neuvième match de suite contre le Tricolore. Leur dernière victoire contre la formation montréalaise remonte au 21 mars 2017.

«Ce n’était pas un match parfait, je sais que nous pouvons jouer du meilleur hockey que ce soir, a analysé Julien.

«Il faut donner crédit aux Red Wings, qui ont bien patiné, bien joué. Ce n’était pas la même équipe qu’il y a deux semaines (quand le Canadien avait gagné 8-1).»

Bernier a notamment stoppé Tatar en échappée en début de match et Kulak à la suite d’une passe transversale de Domi. Il a aussi frustré Phillip Danault sur un lancer sur réception à bout portant lors d’un avantage numérique en deuxième période.

Domi a finalement ouvert le pointage avec 7:33 à faire au deuxième engagement, en déviant une passe d’Andrew Shaw dans la partie supérieure du filet. Kulak a ensuite été crédité du deuxième but du Canadien avec 2:28 à faire au deuxième vingt, à l’aide d’un bon lancer qui a surpris Bernier.

Athanasiou a relancé le débat en déjouant Price après 40 secondes de jeu en troisième, mais Price a été intraitable par la suite. Il a entendu la foule scander son nom après ses quelques arrêts spectaculaires, dont celui aux dépens de Bertuzzi.

Kulak avait été réinséré dans la formation du Canadien, alors que Mike Reilly avait été laissé de côté. Tatar était également de retour au jeu après avoir raté la dernière rencontre en raison d’un virus. Dale Weise n’était pas en uniforme.

La victoire a permis à Claude Julien de rejoindre Bryan Murray au 15e rang pour le plus de gains à titre d’entraîneur-chef dans l’histoire de la LNH avec 620.

Canadien

Jonathan Drouin à la recherche de constance... et d'un professeur de finnois!

BROSSARD — Muté au sein du troisième trio à la gauche de Jesperi Kotkaniemi et Joel Armia au cours du récent voyage en Californie, Jonathan Drouin admet que l'adaptation est un peu différente avec ses nouveaux compagnons de trio.

Après tout, Kotkaniemi et Armia ont l'habitude de communiquer dans leur langue maternelle, le finnois.

Drouin espère néanmoins qu'ils l'aideront à retrouver sa touche, alors qu'il a été blanchi de la feuille de pointage 12 fois à ses 13 dernières sorties.

«Je ne contrôle pas les points. Je fais les mêmes jeux que j'ai faits tout au long de la saison, a mentionné Drouin, lundi. Il y a des moments pendant la saison où la rondelle ne rentre pas dans le filet. C'est certain que je ne suis pas content des chances de marquer que j'ai, mais je ne peux pas contrôler ça. Je peux seulement contrôler mon effort, continuer à travailler.

«À ce moment-ci de la saison, peu importe avec qui tu joues, tu joues au hockey, a ajouté Drouin. Que ce soit avec "KK" [Kotkaniemi], Max [Domi] ou Phil [Danault], ça ne me dérange pas. Je donne le même effort. Je joue le hockey que je peux apporter.»

Kotkaniemi et Armia ont connu de bons moments ensemble depuis la pause du match des étoiles. Excellent pour protéger la rondelle, Armia a souvent mis la table pour son jeune coéquipier. De son côté, Drouin espère trouver son rôle au sein de cette unité.

«Il faut bien jouer ensemble en unité de trois, a-t-il noté. Si vous regardez les meilleurs trios dans la Ligue nationale, ce n'est jamais un seul joueur qui fait tout le travail. Ce sont trois gars qui sont capables de bien se compléter.

«[Armia et Kotkaniemi] sont deux joueurs intelligents qui jouent très bien semble, qui ont une belle complicité. C'est certain qu'ils parlent en finnois un peu, mais tu vois qu'il y a une chimie entre les deux. J'essaie de rentrer dans les conversations, entendre ce qu'ils disent. Des fois c'est difficile, mais j'aime ça jouer avec deux joueurs qui sont capables de jouer ensemble. Si je suis capable de rentrer là, nous allons avoir du succès.»

De son côté, Kotkaniemi a admis qu'Armia et lui devaient faire un effort pour inclure Drouin dans la conversation. Il est toutefois confiant de voir les choses cliquer entre les trois.

«Le plus talentueux»

«Il est probablement le joueur le plus talentueux au sein de l'équipe, a dit le jeune Finlandais au sujet de Drouin. Il est capable d'impressionner tout le monde à chaque présence grâce à sa vision. C'est probablement sa plus grande force.»

Pour sa part, l'entraîneur-chef Claude Julien n'avait rien à reprocher à Drouin au cours du voyage en Californie, même s'il n'a pas trouvé le moyen de faire noircir la feuille de pointage et qu'il a présenté un différentiel de moins-3.

«J'ai vu un effort, autant offensivement que défensivement, a-t-il dit à propos du jeu de Drouin. S'il continue à jouer de cette manière, les choses vont débloquer.»

Malgré sa production de 50 points en 68 parties cette saison, trois points de moins que son sommet personnel dans la LNH, Drouin a été blanchi à 36 reprises depuis le début de la campagne. Il admet lui-même être à la recherche de constance. Selon son entraîneur, la solution est simple.

«C'est quelque chose que nous répétons à tous les joueurs: ça commence à l'entraînement, a dit Julien. Quand vous travaillez fort à l'entraînement, vous développez des habitudes qui vont se transposer lors des matchs. Vous ne pouvez pas ne pas tout donner à l'entraînement et pensez que vous allez être en mesure de vous mettre en marche d'un coup pendant un match.

«Tous les grands joueurs que j'ai dirigés étaient comme ça. Ils adoraient chaque moment dès qu'ils mettaient le pied sur la patinoire, que ce soit à l'entraînement ou lors d'un match. Ils voulaient toujours être les meilleurs. C'est ce qui les aidait à traverser les hauts et les bas d'une saison.»

Alors que le Canadien traverse une séquence 4-9-0 à ses 13 dernières sorties, un retour en force de Drouin ne ferait certainement pas de mal à l'équipe.

Canadien

Le Canadien humilié 8 à 2 face aux Ducks

ANAHEIM, Calif. — Après deux bonnes performances, le Canadien a finalement frappé un mur à son troisième arrêt en Californie et la formation montréalaise a encaissé un revers de 8-2 face aux Ducks d'Anaheim, vendredi.

Le Canadien avait aisément battu les Kings de Los Angeles 3-1, mardi, avant de ne pas être récompensé malgré un bel effort face aux Sharks de San Jose, s'inclinant 5-2, jeudi.

L'histoire a été bien différente face aux Ducks. Les revirements ont été nombreux, la couverture défensive déficiente et le Canadien a donc conclu son voyage en Californie avec une fiche de 1-2-0. Le Tricolore n'est pas revenu de la Californie avec une fiche gagnante depuis la saison 2009-10.

«C'est certain que lorsque vous êtes dans une bagarre pour les séries, vous voudriez voir du meilleur jeu de votre équipe, a déclaré l'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Nous nous sommes creusé un trou en partant.

«Il faut en demander plus de nous-mêmes. De temps en temps, il faut puiser un peu plus creux dans ses ressources pour trouver le moyen de gagner des matchs. Nous ne l'avons pas fait ce soir.»

Adam Henrique a réussi un doublé, Troy Terry a amassé un but et deux aides, Corey Perry et Devin Shore ont récolté chacun un but et une aide, tandis que Daniel Sprong, Rickard Rakell et Max Jones ont aussi touché la cible pour les Ducks (27-33-9), qui ont gagné trois de leurs quatre derniers matchs. Johan Larsson et Nick Ritchie ont accumulé chacun deux aides et John Gibson a réalisé 35 arrêts.

Paul Byron et Shea Weber ont répliqué pour le Canadien (36-26-7), tandis que Carey Price a stoppé 21 lancers. Price a gaspillé une première occasion de devancer Jacques Plante au premier rang de l'histoire du Canadien au chapitre des victoires, alors qu'il a plutôt égalé sa pire performance en carrière en accordant huit buts dans un match pour une deuxième fois.

Julien avait préféré donner congé à Price jeudi face aux Sharks. Antti Niemi avait ensuite connu une soirée difficile.

«Ils l'avaient reposé en prévision de ce soir et nous avons vu ça comme un défi, a dit Henrique au sujet de la décision de Julien concernant Price. Vous ne voulez pas être une équipe que l'adversaire croit pouvoir vaincre facilement dans son aréna.»

De son côté, Weber a atteint le plateau des 200 buts dans la LNH.

Ce but marqué en avantage numérique à mi-chemin en deuxième période permettait au Canadien de réduire l'écart à 3-2. Cependant, Terry a donné la réplique 62 secondes plus tard, déviant une remise de Cam Fowler derrière Price.

Perry a ensuite porté la marque à 5-2 avec 2:10 à écouler en deuxième, quand il a profité de beaucoup d'espace devant le filet à la suite d'un mauvais changement du Canadien.

«Défensivement, nous n'avons pas été très bons, a admis Julien. Quand nous jouons bien, nous voyons les cinq joueurs ensemble. Là, je trouvais qu'il y avait beaucoup d'espace entre nos avants et nos défenseurs. Ç'a donné un élan aux Ducks. Ils ont eu des chances de marquer et c'est une équipe qui est forte autour du filet. Elle l'a démontré encore une fois ce soir.»

La troupe de Claude Julien a reçu un coup de main des Jets de Winnipeg, qui ont vaincu les Hurricanes de la Caroline 8-1, vendredi. Le Canadien et les Hurricanes ont amassé 79 points cette saison et détenaient les deux laissez-passer supplémentaires donnant accès aux séries éliminatoires dans l'Association de l'Est, deux points devant les Blue Jackets de Columbus. Les Blue Jackets et les Hurricanes ont toutefois deux matchs en main sur le Tricolore.

Après avoir été laissé de côté lors des deux derniers matchs, Jesperi Kotkaniemi avait réintégré la formation du Tricolore puisque Tomas Tatar est ennuyé par un virus. Le défenseur Brett Kulak avait aussi été laissé de côté au profit de Mike Reilly.

Le Canadien jouera son prochain match mardi, quand il accueillera les Red Wings de Detroit au Centre Bell.