«On aurait pu vendre la concession quelques fois par le passé. Ça prend la bonne offre», explique Marco Bernard.
«On aurait pu vendre la concession quelques fois par le passé. Ça prend la bonne offre», explique Marco Bernard.

«Ça prend la bonne offre», dit Bernard

Coup de fil de Marco Bernard à l’auteur de ces lignes jeudi matin : le copropriétaire des Inouk avait des choses à préciser. Une, en fait.

«Qu’on se comprenne bien, nous n’avons jamais installé de pancarte ‘'À vendre'’ devant la porte de notre vestiaire, a-t-il commencé par dire. Il y a des gens qui ont de l’intérêt pour la concession et nous les écoutons, c’est tout. C’est possible que l’on vende, oui. Mais pas parce que, au départ, nous avions décidé de mettre l’équipe en vente.»

Bernard affirme le plus sérieusement du monde qu’il ne joue pas sur les mots.

«Honnêtement, on aurait pu vendre la concession quelques fois par le passé. Christian Roy a déjà tenté d’acheter l’équipe. Ça prend la bonne offre.»

Depuis que La Voix de l’Est a rapporté que Bernard négociait sérieusement avec un groupe de l’extérieur, le copropriétaire des Inouk a reçu, dit-il, des appels de trois autres personnes, dont une de Granby, qui sont intéressées par les Inouk. Une autre personne de Granby, quelqu’un de sérieux, serait également sur le point de se manifester, selon ce qu’on a appris.

«Et quand j’ai dit que je négociais avec un groupe de l’extérieur, je n’ai pas ajouté que ces gens-là avaient l’intention de déménager l’équipe, a repris Bernard. À l’heure où on se parle, à vrai dire, je ne sais même pas quels sont leurs plans par rapport à ça.»

Dans la même veine, il a réaffirmé qu’il préférerait nettement voir les Inouk poursuivre leur route à Granby.

Chose certaine, les gens de l’extérieur avec lesquels Bernard négocient sont très, très discrets. Une source nous a dirigés vers Saint-Jean-sur-Richelieu, mais peut-on penser que la Ligue junior AAA accepterait d’avoir une équipe à Saint-Jean puis une autre à Chambly (les Forts), juste à côté?

Par ailleurs, Bernard ne veut évidemment pas dévoiler le montant que ses partenaires et lui exigent pour vendre les Inouk. Puisque la nouvelle équipe de Saint-Georges-de-Beauce a déboursé 50 000 $ pour faire son entrée dans le circuit, on peut penser que les propriétaires de l’équipe de Granby aimeraient obtenir quelque chose comme 70 000 $ pour la laisser aller.

Récemment, les Flames de Gatineau ont été vendus pour bien en-deçà de 100 000 $, selon nos informations.

Pas parfaits

Marco Bernard est parfaitement conscient qu’il ne fait pas l’unanimité à Granby, que plusieurs en ont contre sa façon de gérer les Inouk. Mais il ne s’en formalise pas trop.

«Ça fait 15 ans que je suis là, que ma famille est là. On n’a pas toujours été parfaits, on a fait des erreurs et on en fera probablement d’autres si jamais on devait continuer. Mais on a fait des bons coups aussi. Les Inouk demeurent quelque chose d’important à Granby et il y a plein de gérants d’estrades. Je suis capable de vivre avec ça.»

On dira ce qu’on voudra, le bonhomme a la couenne dure.