Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Michel Tassé
Remparts et Tigres dans le cadre d'un match présenté dans la bulle de Québec en début de saison.
Remparts et Tigres dans le cadre d'un match présenté dans la bulle de Québec en début de saison.

Bulles de la LHJMQ: les autres auraient-ils fait pire?

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / En échange de règlements plus sévères au sujet des bagarres, les équipes québécoises de la LHJMQ ont reçu un chèque d’un million $ chacune pour les aider à passer à travers la pandémie. Avec cet argent, il a été possible d’organiser des bulles, ou des environnements protégés si vous préférez, afin que le circuit réussisse à se faire un semblant de saison.

Mais le constat, alors que le début des séries éliminatoires vient d’être repoussé en raison d’éclosions chez les Olympiques de Gatineau et les Remparts de Québec, n’a rien de réjouissant. Si mon décompte est bon, sept des 12 équipes québécoises de la LHJMQ ont vu leurs activités paralysées à un moment ou à un autre de la saison en raison de la COVID. Sept sur 12, avec des éclosions majeures dans certains cas.

Bref, la LHJMQ, même si elle a le mérite d’avoir travaillé fort pour permettre à ses athlètes de jouer et même si personne n’est à l’abri de la COVID, ne peut se vanter d’avoir réussi son coup avec ses bulles. On peut difficilement même lui accorder la note de passage. Et s’il fallait qu’un des joueurs actuellement traités garde des séquelles importantes (ce que personne ne souhaite, évidemment), le circuit en mangerait une maudite dans les médias. Avec raison à part ça.

La LHJMQ a droit à un traitement privilégié de la part du gouvernement. C’est une ligue d’envergure, qui envoie des joueurs dans la Ligue nationale et qui génère des retombées importantes partout où il y a des équipes. Le gouvernement considère ni plus ni moins la LHJMQ comme un circuit professionnel. Ou du moins, il la traite comme tel.

Si le hockey senior québécois a depuis longtemps mis une croix sur la présente saison, des ligues comme la Ligue junior AAA et la Ligue midget AAA, elles, n’ont jamais lancé la serviette. Même si on arrivera bientôt à la mi-avril et qu’il fait 20 degrés alors que j’écris cette chronique, elles n’ont toujours pas annulé leur campagne, bien qu'on vient tout juste d'apprendre que les Rangers de Montréal-Est et le Titan de Princeville avaient décidé que c'en était fini pour eux.

Mais voilà, je me pose la question : est-ce que la Ligue junior AAA de Kevin Figsby et la Ligue midget AAA de Yanick Lévesque auraient fait pire que la LHJMQ si elles avaient eu la chance de présenter du hockey? Est-ce qu’elles auraient fait pire que la LHJMQ si elles avaient obtenu un peu d’argent pour présenter ne serait-ce que deux ou trois tournois avec des mesures sanitaires strictes après que le sport ait été mis en arrêt vers la fin septembre?

Non, je n’ai pas la réponse. Mais je pense que la question mérite d’être posée. La LHJMQ a un statut spécial, mais on s’entend que le junior AAA et le midget AAA, ce ne sont pas des ligues de garage non plus. Et elles auraient mérité un peu plus de respect cet hiver.

Ceci dit, je suis d’avis que la Ligue junior AAA, que l’on couvre à La Voix de l’Est, aurait dû tirer la plogue il y a plusieurs semaines. Par contre, je comprends très bien la frustration du commissaire Figsby, qui n’a même pas eu droit à un accusé de réception lorsqu’il a écrit aux gens du gouvernement pour obtenir un peu d’aide pour ses équipes au cours de l’hiver et à qui on n’a jamais seulement entrouvert la porte afin qu’il puisse essayer de faire jouer ses clubs un peu.

Car oui, je repose la question : les autres auraient-ils fait pire que la LHJMQ?