Le directeur général du Bromont Ultra, Gilles Poulin

Bromont Ultra: pédaler pour conserver les sentiers

Une nouvelle épreuve de vélo de montagne en équipe s'ajoute aux parcours proposés par le Bromont Ultra dans le cadre de sa 4e édition, qui aura lieu les 7 et 8 octobre prochains. Il s'agit d'un circuit accessible de 80 km, lequel devra être parcouru par des équipes de 2 à 5 personnes.
Une conférence de presse du Bromont Ultra a eu lieu au centre communautaire John Savage, jeudi, dans le but de faire un bilan des éditions précédentes et d'annoncer les nouveautés de cette année.
L'an dernier, le Bromont Ultra proposait une activité de vélo pour la première fois. Et même si les gens n'ont pu s'y inscrire que deux semaines avant l'événement, la réponse avait été extrêmement­ positive.
« On pensait avoir 50 cyclistes, et finalement, on en a eu 115 », raconte Gilles Poulin, directeur général du Bromont Ultra. Or, le défi solo de la 3e édition, long de 35 km, en était un difficile. ­L'organisation a voulu rendre cette facette plus accessible cette année. 
Le parcours est en réalité une boucle de 8 km qui devra être répétée 10 fois. Il se trouve dans la zone du sentier Sintra, sur le mont Oak. « C'est accessible. Pas hyper technique. C'est roulant, et accessible pour tout le monde qui fait du vélo de montagne. Mais je ne veux pas dire que ce n'est pas un défi ! Il faut quand même faire les 8 km plusieurs fois », souligne Gilles Poulin.
Pour lui, il importait de créer un événement de vélo en équipe. « Au niveau de la course à pied, notre volet équipe représente à peu près la moitié de nos coureurs. Et ça donne un esprit incroyable de camaraderie, de souvenirs et de team-bonding. C'est incomparable. C'est des histoires d'amis, des histoires de famille, des histoires de compagnies. On voulait répéter ça, mais au niveau du vélo ».
D'ailleurs, le grand manitou de l'événement affirme que depuis les débuts du Bromont Ultra, l'objectif était d'en faire un événement incluant ces deux sports. « La course et le vélo, c'est comme des frères. On partage les sentiers ensemble », dit-il.
Au niveau de la course à pied, la formule reste la même que l'an dernier. Des parcours de 2, 6, 12, 25, 55, 80 et 160 km seront ainsi offerts aux coureurs.
Parc des sommets
Le Bromont Ultra donne chaque année à de nombreuses causes et organismes. « Grâce à la mobilisation soutenue de nos partenaires et de nos bénévoles, nous avons pu transformer un rêve en réalité, soit de combiner notre passion pour le plaisir du sport à des actions et des gestes humanitaires qui font la différence dans plusieurs communautés­ », souligne­ Gilles Poulin.
Cette année, il est notamment possible de donner pour le Parc des sommets. Une cause qui touche directement le Bromont Ultra, et la communauté de Bromont­. « C'est dans notre ADN, le Parc des sommets. Notre course passe sur ces terrains-là », rappelle le directeur général de l'événement.
D'ailleurs, tous les cyclistes qui s'inscriront cette année don­neront au Parc des sommets. C'est 60 % du coût d'inscription qui est remis en don, ou 50 % si l'inscription se fait après le 1er juillet. 
À noter que les participants peuvent donner la somme de leur collecte de fonds à la cause de leur choix s'ils accumulent 1000 $ (en solo) ou 3000 $ (en équipe). L'organisme doit simplement être reconnu par l'Agence de revenu du Canada comme organisme de bienfaisance.
Une démocratisation à laquelle Gilles Poulin attribue le succès grandissant de l'événement. Cette année, il s'attend à 1500 inscriptions et vise les 200 000 $ en collecte de fonds. Il est possible de s'inscrire jusqu'au 18 septembre.
Pour toute information relative au Bromont Ultra, consultez le www.bromontultra.com.