L’entraineur des Inouk, Alex Bourret, a dirigé une dernière séance d’entraînement jeudi soir avant le début du Défi de la coupe.
L’entraineur des Inouk, Alex Bourret, a dirigé une dernière séance d’entraînement jeudi soir avant le début du Défi de la coupe.

Bourret: «Enfin de la vraie compétition!»

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Ce n’est pas encore du «vrai» hockey, diront certains, mais pour Alex Bourret, c’est «enfin de la véritable compétition». Et dans la tête du nouvel entraîneur en chef des Inouk, la saison de son équipe commence bel et bien vendredi soir au Centre sportif Léonard-Grondin.

«Tout le monde parle de championnat à Granby cette saison, a souligné Bourret avant la séance d’entraînement de jeudi soir. Et là, on nous offre l’occasion de compétitionner, on nous offre la chance de commencer à gagner. Pour moi, c’est le début des choses sérieuses.»

Les Inouk affronteront donc les Forts de Chambly dans le cadre du premier match du Défi de la coupe, un tournoi prévu sur cinq week-ends au cours duquel toutes les équipes de la Ligue de hockey junior AAA du Québec disputeront six matchs avant la ronde éliminatoire.

La troupe granbyenne se retrouve dans la même section que les Forts et le Collège Français de Longueuil, les seuls clubs qu’ils croiseront pendant la phase préliminaire.

«Je trouve que c’est une belle initiative de la ligue, a repris Bourret. Au lieu d’attendre, les joueurs vont rester actifs et les amateurs, même s’ils ne seront que 250, auront du hockey à se mettre sous la dent. On peut se compter chanceux, car il y a très peu de ligues en action présentement et nous, on va jouer.»

Rappelons que les matchs seront divisés en six périodes de 10 minutes. Un premier groupe de neuf joueurs (huit patineurs et un gardien) disputera trois périodes et le second, les trois autres. L’équipe gagnante sera celle qui aura marqué le plus de buts au total des six périodes.

«On s’en va là pour gagner», a insisté Bourret.

Couture en uniforme

Oui, Alexandre Couture sera en uniforme vendredi soir. Alex Bourret l’a confirmé.

«À moins qu’il ne se casse une jambe pendant la journée, il sera là, a dit Bourret. Clairement, Granby, c’est la meilleure option pour lui. Je ne sais pas s’il a eu des nouvelles de l’Université de Moncton, mais je sais qu’il a l’air heureux d’être ici. En plus, il est en très grande forme, il est en avance sur la grande majorité des gars ici.»

La question des gardiens a aussi alimenté les discussions dans l’entourage des Inouk au cours de la dernière semaine. Bourret a mentionné qu’Olivier Marceau et Nathan Darveau disputeront 30 minutes chacun face aux Forts tandis que Thomas Lemoine a été retranché et que l’Ontarien Sebastian Resar, parce qu’il n’a pas de domicile au Québec, a dû quitter l’équipe, du moins un temps.

«Les joueurs qui viennent de l’extérieur, c’est plus compliqué que je ne le pensais. Mais Sebastian a bien fait ici et j’espère le revoir éventuellement lorsqu’il aura une adresse au Québec.»

D’autres coupures ont été effectuées cette semaine. Aucun gros nom n’a écopé. Vendredi, par contre, certains gros morceaux pourraient ne pas être de l’alignement.

«En tout et partout, c’est seulement 16 joueurs (plus deux gardiens) qui seront en uniforme. J’aurai des choix à faire.»

Et Bourret l’a répété : il a hâte à ce premier match. «C’est le début des choses sérieuses», a-t-il insisté.

LES MESURES SANITAIRES

La COVID-19 fait partie de notre quotidien et les amateurs qui se rendront au Centre sportif Léonard-Grondin vendredi soir devront s’ajuster à la situation.

«On a été très rigoureux dans l’élaboration de notre plan et nous serons très rigoureux dans son application», a expliqué Guy Patenaude, le nouveau patron de l’aréna de Granby.

D’abord, il ne pourra y avoir plus de 250 personnes, ce qui exclut tout de même les joueurs, les membres des équipes et les employés de l’amphithéâtre. À noter que le nombre de 250 s’applique uniquement à la patinoire Jean-Patenaude, pas à l’ensemble du Centre sportif Léonard-Grondin.

«Bien sûr, la distanciation sociale va s’appliquer et ce ne sont pas tous les sièges qui seront accessibles, a repris Patenaude. Le port du masque est également exigé lorsque les gens se déplacent. De même, il y a une entrée ainsi qu’une sortie uniques et une seule salle de bain est accessible.»

La vie des athlètes sera également différente. Les joueurs des deux équipes ne pourront prendre une douche et, question encore de respecter la distanciation, les Inouk auront trois vestiaires à leur disposition et les visiteurs, deux.

«Nos employés seront également très actifs afin de désinfecter régulièrement les poignées de porte et ce que les gens auront touché, a encore dit Guy Patenaude. Il n’y a pas de risques à courir.»