« J'aime jouer au hockey, j'aime garder les buts », lance Paul Jr Bourbeau.

Bourbeau veut jouer et... gagner!

Depuis qu'il a remporté la coupe Napa avec le Collège Français de Longueuil en 2013, le gardien Paul Jr Bourbeau s'est promené pas mal dans l'espoir de réaliser son rêve : se rendre le plus loin possible au hockey. Mais voilà qu'il a décidé de se poser à Waterloo avec une idée claire en tête : disputer le maximum de matchs... et gagner.
Bourbeau a rapidement gagné la confiance de l'entraîneur Miguel Fortin et il semble évident qu'il verra beaucoup d'action au cours des prochains mois. Il est d'ailleurs déjà assuré qu'il fera face au Wild, vendredi soir à Windsor, et aux Loups de La Tuque, samedi soir à l'aréna Jacques-Chagnon, lors du week-end d'ouverture des Maroons dans la nouvelle Ligue de hockey senior AAA du Québec. 
« J'ai hâte que ça commence pour vrai, avoue l'athlète de 25 ans, qui a particulièrement bien fait lors des matchs préparatoires. Je suis en forme, j'aime l'ambiance qu'il y a dans le vestiaire et l'équipe semble solide à l'attaque comme en défense. Moi, je pense qu'on va se faire un très bel hiver... »
Bourbeau appartient aussi aux Éperviers de Sorel-Tracy, de la Ligue nord-américaine, et il sera leur gardien numéro trois cette saison. Mais il a assuré les Maroons qu'ils auront toujours la priorité. 
« Je vis à Sorel-Tracy et c'est certain que j'aimerais me retrouver à temps plein avec les Éperviers à un moment donné. Mais les Maroons, c'est parfait pour moi cette saison : la LHSAAAQ offre un bon calibre de jeu, j'ai besoin de jouer souvent et comme je suis encore aux études (il étudie en charpenterie-menuiserie à Saint-Hyacinthe), le calendrier du circuit me convient très bien. »
Bourbeau insiste sur le fait qu'il a besoin de jouer souvent et qu'il veut prendre place devant le filet le plus fréquemment possible. 
« J'aime jouer au hockey, j'aime garder les buts. Même en matchs préparatoires, je voulais jouer tout le temps. Une des raisons pourquoi je me suis rapporté aux Maroons, c'est parce que je savais qu'il y avait une place à prendre devant le filet. Je vais faire une heure et demie de route à chaque fois pour me rendre à Waterloo et ce ne sera certainement pas pour m'asseoir au bout du banc... »
Les partisans des Maroons devraient aimer Bourbeau, surtout s'il continue à faire les arrêts. Car en plus d'être bon, il aime en donner au public. 
« Certains disent que je suis arrogant (cocky). C'est pas grave, on ne peut pas plaire à tout le monde. »
Du pays 
Depuis qu'il a soulevé la coupe Napa il y a quatre ans, Paul Jr Bourbeau a tenté sa chance dans la East Coast Hockey League, dans l'État de New York, dans la Southern Professional Hockey League, en Louisiane, et il a joué au New Hampshire et à Cornwall, dans la Ligue fédérale, en plus de disputer des matchs à Sorel-Tracy, à Rivière-du-Loup et encore à Cornwall, cette fois dans la LNAH. Et avant de se joindre au Collège Français, il avait évolué en Alaska et en Colombie-Britannique au niveau junior. Oui, il en a vu, du pays. 
« J'ai vu plein de choses, je me suis promené... et j'ai fait beaucoup d'autobus ! , lance-t-il en riant. Mais aujourd'hui, je ne rêve plus à une carrière au hockey professionnel. Je veux terminer mes études, avoir un bon travail et continuer à triper en jouant au hockey. Et je pense que je suis à la bonne place pour ça avec les Maroons. »
Chose certaine, il ne manque pas d'enthousiasme. Au hockey senior, c'est déjà un très bon départ.