Amorçant son deuxième séjour à la barre de l’équipe cette saison, Bosch a guidé les Inouk vers de nouveaux records de concession pour ce qui est du pourcentage d’efficacité, des buts accordés et des défaites en temps réglementaire.

Bosch est nommé entraîneur de l’année

Les Inouk ont tiré leur épingle du jeu lors du 30e Gala Méritas de la Ligue de hockey junior AAA du Québec, tenu samedi à l’hôtel Sheraton de Laval. Patrice Bosch a notamment décroché le prestigieux titre d’entraîneur-chef de l’année.

« Honnêtement, je ne suis pas du genre à faire tout un cas des honneurs individuels. Mais là où je vais me donner du mérite, c’est de savoir bien m’entourer. Parce que vraiment, c’est un honneur qui revient à tout notre staff », souligne le principal intéressé.

Amorçant son deuxième séjour à la barre de l’équipe cette saison, Patrice Bosch a guidé les Inouk vers de nouveaux records de concession pour ce qui est du pourcentage d’efficacité, des buts accordés et des défaites en temps réglementaire. Les Granbyens ont terminé deuxièmes dans la division Martin St-Louis, derrière le Collège Françcais de Longueuil, et troisièmes au classement général.

« J’ai des joueurs qui ont acheté notre projet. Je pense qu’on a surpris tout le monde avec la saison qu’on a eu. Mais les séries, c’est autre chose... », précise celui qui remplit également les fonctions de directeur général.

« Ce qui nous intéresse à Granby, c’est le gros trophée. »

Les succès des Inouk ont également rejailli sur plusieurs joueurs. Le gardien Marc-Antoine Dufour et le défenseur Gabriel Chicoine se sont taillé une place sur la deuxième équipe d’étoiles.

Comme l’avaient fait Gabriel Waked et Charles-Antoine Poirier-Turcot avant lui, Dufour a profité d’une solide structure défensive pour cumuler des statistiques étincelantes.

« Ça ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas se porter à l’attaque, mais autant nos avants que nos défenseurs se font une fierté d’être responsables dans notre zone. C’est sûr que ça aide nos gardiens », reconnaît Patrice Bosch, qui a mené Équipe Canada Est jusqu’au cinquième rang lors du dernier Défi mondial junior A.

L’attaquant Maxime Borduas, quant à lui, a été nommé joueur le plus gentilhomme dans la LHJAAAQ. « Je suis content pour Max, parce que c’est un honneur individuel qui va lui appartenir pour toujours. Mais il aurait aussi pu remporter d’autres prix. Il connaît une saison de rêve. »

Borduas (22 points en huit matchs) et Dufour (cinq victoires, une défaite) ont particulièrement brillé en février, récoltant respectivement la première et la troisième étoile du mois dans le circuit.

Par ailleurs, des bourses sont venues récompenser les efforts d’Hugo Duteau (500 $), William Leblanc (300 $) et Laurent Minville (200 $) sur les bancs d’école. Responsable notamment de la billetterie et de la comptabilité, Lise Piette est la bénévole de l’année chez les Inouk.

Les Cobras dominent
Comme on pouvait s’y attendre, les puissants Cobras de Terrebonne ont dominé le Gala Méritas. Formant l’équipe la plus disciplinée, ils ont reçu la Coupe des Commissaires, remise aux champions de la saison régulière, ainsi que le titre de la division Alexandre Burrows.

Ils comptent également dans leurs rangs le joueur de l’année (Brendan Hamelin, meilleur pointeur lors du calendrier régulier), le défenseur par excellence (Samuel Hould) et le meilleur gardien (Jérémy Bélisle).

Ces trois joueurs figurent évidemment sur la première équipe d’étoiles de la LHJAAAQ, en compagnie du défenseur Samuel Sénécal (Longueuil) et des attaquants Vincent Chapleau (Longueuil) et Philippe Pelletier-Leblanc (Gatineau). Pelletier-Leblanc a d’ailleurs enlevé le titre de joueur le plus utile à sa formation.

Philippe Gaudreault (Terrebonne) a été nommé recrue défensive de l’année, tandis qu’Anthony Morin (Saint-Gabriel-de-Brandon) a reçu la même récompense au plan offensif. Morin (17-18 ans) et Chapleau (19-20 ans) sont considérés comme les joueurs les plus prometteurs dans leur catégorie d’âge.

Parmi les autres honneurs individuels, notons également le brio de Luc-André Mauzeroll, directeur général de l’année avec Gatineau.

Le titre de l’organisation de l’année est allé aux Panthères de Saint-Jérôme.