«Ça va bien et je n’ai pas à me plaindre. Je n’ai aucun objectif personnel, je le répète, sinon celui d’aider mon club à remporter le plus de matchs. En ce sens, je pense que je fais bien mon travail», explique Maxime Borduas.

Borduas sait qu’il doit montrer l’exemple

Maxime Borduas domine le classement des marqueurs des Inouk avec 53 points, dont 17 buts, en 29 matchs. Et avec 20 rencontres à disputer, il n’est plus qu’à 10 petits points d’égaler ses statistiques de la saison dernière.

« Ça va bien et je n’ai pas à me plaindre, a expliqué le joueur de 20 ans avant la séance d’entraînement de l’équipe jeudi après-midi. Je n’ai aucun objectif personnel, je le répète, sinon celui d’aider mon club à remporter le plus de matchs. En ce sens, je pense que je fais bien mon travail. »

Borduas forme un trio plus que menaçant avec Joachim Vachon et Patrice Demuy. Vachon compte 32 points et Demuy, 47. 

« On se complète bien parce que chacun a ses forces. Joachim a une excellente vision du jeu et il sait me repérer sur la patinoire. Quant à Patrice, il n’a pas peur de se salir les mains et il est toujours celui qui sort du coin de patinoire avec la rondelle. Jouer avec ces gars-là, c’est merveilleux. »

Les trois joueurs de 20 ans montrent l’exemple et inspirent clairement leurs coéquipiers. 

« À notre âge, il faut produire, il faut faire une différence sur la patinoire. Quand on fait notre travail, les jeunes suivent. Et quand les kids sont bons, ça nous force à être encore meilleurs. C’est une roue qui tourne et c’est l’équipe qui en profite. »

Pas d’inquiétude

Les Inouk (20-6-2) ont rendez-vous à Montréal-Est vendredi soir et à Princeville samedi. Mais c’est aussi vendredi que s’ouvre la période de transactions dans la Ligue de hockey junior AAA. Selon Borduas, il n’y a pas d’inquiétude dans le vestiaire granbyen. 

« Il y aura sûrement des changements, il y en a toujours à cette période-ci de l’année, mais je ne sens pas les gars nerveux dans la chambre. On fait ce qu’on a à faire et on verra bien ce qui va arriver. Puisque tout le monde fait bien son travail, il n’y a personne qui a vraiment peur de partir, même si on se doute bien qu’on n’aura pas tout à fait la même équipe au mois de janvier. »

Et de l’avis de Borduas, personne, surtout, ne veut partir. 

« Dans le vestiaire, tout le monde sait qu’on a une bonne chance d’aller jusqu’au bout et ça, c’est très motivant. En plus, tout le monde s’entend bien et il n’y a pas plus belle place que Granby pour jouer dans le junior AAA. Honnêtement, qui voudrait quitter dans un contexte comme celui-là ? »

Quand on lui a demandé de quelle façon est-ce que les Inouk pourraient s’améliorer, le no 64 a longuement hésité. 

« On a une saprée belle équipe, on est solides partout. En même temps, y’a toujours place à amélioration, on le sait. Mais je pense que c’est surtout dans les détails, dans les petites choses, qu’on peut faire mieux. »

Les Inouk visent une cinquième victoire de suite vendredi soir à Montréal-Est. Ni les Rangers, et encore moins le Titan, leurs adversaires du week-end, ne sont des puissances. 

« Mais on sait que les Rangers ont de bons joueurs et le Titan nous a joué un tour il y a une couple de semaines. Les coachs ont raison quand ils disent que n’importe qui peut battre n’importe qui dans cette ligue. Des matchs faciles, il n’y en a vraiment pas beaucoup », a conclu Borduas.