Alex Galchenyuk sera absent mardi en raison d'une blessure à un genou.

Blessé au genou, Galchenyuk sera absent mardi

Les quatre grands absents du Canadien de Montréal ont fait des progrès, lundi, mais un autre joueur-clé dont le nom vient à peine d'être retiré de la liste des blessés a fait un petit pas en arrière.
Huit jours seulement après son retour au jeu après une absence de six semaines, Alex Galchenyuk a subi une nouvelle blessure au genou droit qui le tiendra au rancart, mardi, lors de la visite des Flames de Calgary.
«Il s'est légèrement blessé lors du dernier match (contre les Sabres de Buffalo). Il a été en mesure de terminer la rencontre, mais après des examens plus approfondis, l'équipe médicale a vraiment suggéré qu'il ne s'entraîne pas aujourd'hui et qu'il ne joue pas le match de demain», a fait remarquer Michel Therrien.
Lors de sa rencontre avec les médias, Therrien ne semblait pas trop inquiet, mentionnant que l'état de santé de Galchenyuk allait être réévalué sur une base quotidienne.
C'est donc dire qu'il pourrait revenir au jeu dès jeudi, alors que le Canadien rendra visite aux Islanders de New York. Par mesure de prudence, le Tricolore pourrait aussi lui donner un congé additionnel et lui permettre de se reposer jusqu'au retour de la pause du match des étoiles, mardi prochain contre les Sabres au Centre Bell.
Galchenyuk, qui n'a pas rencontré les journalistes, totalisait 23 points en 25 matchs lorsqu'il a été victime d'une blessure au genou droit, le 4 décembre face aux Kings de Los Angeles. Il a raté 18 rencontres et est revenu au jeu le 14 janvier contre les Rangers de New York contre lesquels il a marqué un but dans une victoire de 5-4.
Après deux performances quelconques contre les Red Wings de Detroit et les Penguins de Pittsburgh, Galchenyuk a récolté un but et deux passes dans un gain de 3-1 contre les Devils du New Jersey, vendredi.
Le lendemain, face aux Sabres, il est venu à un cheveu d'inscrire le filet victorieux en prolongation. Le gardien Robin Lehner a cependant réalisé un arrêt miraculeux à l'aide de sa mitaine gauche. Moins de 20 secondes plus tard, Zach Bogosian inscrivait le filet décisif.
Gallagher et Desharnais
Par ailleurs, l'attaquant Brendan Gallagher a chaussé les patins pour la première fois depuis sa blessure contre les Stars de Dallas, début janvier.
Gallagher a participé à un exercice axé sur l'avantage numérique. Pour l'occasion, il utilisait un bâton sans palette, une expérience qu'il a plus ou moins appréciée, a-t-il admis.
«Je n'ai pas la permission de manier la rondelle, et je n'ai pas nécessairement été un bon patient l'an dernier. Pour cette raison, ils ont scié la palette de mon bâton. Apparemment, c'est dans mes meilleurs intérêts. Je n'ai jamais eu si peu de plaisir à jouer au hockey! (...) C'est une sorte de compromis. Ils n'avaient pas confiance de me voir aller sur la glace sans tenter d'effectuer des tirs, et peut-être avaient-ils raison!»
Gallagher a été victime d'une fracture de la main gauche après avoir été atteint par un tir de Shea Weber, le 4 janvier. Dans les jours qui ont suivi l'incident, le Canadien a annoncé que son absence serait d'au moins huit semaines et le combatif attaquant ne peut toujours établir un échéancier pour un retour à l'entraînement avec ses coéquipiers.
Il s'agit d'une deuxième blessure de ce genre en un peu plus d'un an, après avoir subi des fractures à deux doigts de la main gauche à la suite d'un tir de Johnny Boychuk, des Islanders de New York, le 22 novembre 2015.
Il n'est pas impossible qu'il tente d'améliorer la protection de ses gants.
«Je ne sais pas. Je ne veux pas que ça se reproduise, mais d'un autre côté, j'ai été atteint par deux des tirs frappés les plus puissants dans la ligue. Je ne sais pas si ç'aurait aidé. Je vais essayer de prendre les précautions nécessaires et j'espère que ça ne se répétera pas.»
Les défenseurs Andrei Markov et Greg Pateryn ainsi que l'attaquant David Desharnais ont également patiné sur l'autre glace du complexe d'entraînement du Canadien.
Dans le cas de Desharnais, qui s'est blessé à un genou le 6 décembre à St. Louis, la situation commence à s'améliorer. Mais il a dû patienter plus longtemps que prévu et même cesser l'entraînement sur glace car la progression ne correspondait pas à ses attentes.
«L'échéance était de six à huit semaines, et c'est sûr que tu veux revenir plus vite. Mais parfois, le corps te dit ne pas revenir trop vite. Je pensais que j'étais prêt. Je suis revenu, mais je n'étais pas totalement à l'aise et j'ai pris un peu plus de temps.»
Pendant son absence, Phillip Danault s'est graduellement imposé au poste de joueur de centre, au point où le statut de Desharnais est plutôt nébuleux d'autant plus qu'il complète la dernière année de son contrat.
«C'est sûr que tu penses à ça. Mais il va me rester suffisamment de matchs à mon retour, puis les séries. J'aime mieux revenir à 100 pour cent qu'à 80 pour cent et faire des choses que je ne devrais pas faire. Nous avons une très bonne équipe, nous voulons aller loin et je veux participer à ça. C'est tout ce qui compte pour l'instant.»