Aux prises avec des problèmes de santé, John Van Doorn passera un tour à Trois-Rivières.

Basket collégial: Van Doorn malade… mais optimiste

Alors que les garçons ont une semaine de plus pour se préparer, les filles du Inouk du basket entament leur nouvelle saison vendredi soir en visitant les Diablos du Cégep de Trois-Rivières.

Il manquera toutefois un gros morceau sur le banc des Granbyennes : aux prises avec des problèmes de santé, l’entraîneur John Van Doorn devra passer un tour.

« Je viens de faire une deuxième pancréatite en trois semaines, a expliqué Van Doorn, qui était encore à l’hôpital lorsque nous lui avons parlé, jeudi après-midi. Je dois me reposer, mais j’espère être de retour avec les filles le plus tôt possible. »

Laurie Dubé et Chad Lebeau, des ex-Inouk, dirigeront la formation granbyenne à Trois-Rivières. Ils épauleront d’ailleurs Van Doorn tout au long de la saison.

« Je ne serai pas là, mais on va me dire tout ce qui va se passer, a repris le vétéran homme de basket. Ce match nous donnera une bonne idée d’où on se situe par rapport aux autres équipes. Mais je peux vous assurer d’une chose : j’aborde la nouvelle saison avec confiance. »

Van Doorn a huit joueuses à sa disposition cette saison, dont quatre qui en sont au moins à leur deuxième saison avec les Inouk, soit Amélie Benoit (troisième campagne), Anne-Justine Lachapelle (deuxième). Maude Thériault (deuxième) et sa nièce Heidi Van Doorn (deuxième).

Catherine Lizotte, Juliette Pitre, Janvière Irakoze Taratibu et Nelize Niyonkuru forment quant à elles le contingent de recrues.

« Il y a un bon mélange d’expérience et de jeunesse, il y a du talent et il y a aussi un bon quotient intellectuel de basket. J’estime que nous sommes solides en offensive comme en défensive et nous avons des filles capables de lancer le ballon. »

Mêmes objectifs

Pas de doutes, Van Doorn est optimiste. Mais les objectifs demeurent à peu près les mêmes qu’à chacun des saisons.

« On veut finir parmi les quatre premiers au classement afin de se tailler une place pour les séries. Honnêtement, je serais déçu si on ratait notre coup. »

La saison dernière, les Inouk ont joué pour ,500 : sept victoires et autant de défaites. Mais ils ont perdu leurs deux matchs lors du tournoi éliminatoire.

Les Inouk ont perdu deux de leurs trois matchs à l’entraînement, mais Van Doorn a aimé ce qu’il a vu de ses joueuses.

« Ça m’a convaincu que nous serons compétitifs », tranche-t-il.

Ne reste plus qu’à l’entraîneur à se remettre sur pieds…