Maxim Baillargeon a aimé ce qu’il a vu de son équipe à Valleyfield dimanche, 48 heures après la performance décevante du troisième match.

Baillargeon: «Il faut achever la bête»

S’il n’en tient qu’au vétéran défenseur Maxim Baillargeon, les Inouk vont en finir avec les Braves de Valleyfield mardi soir au centre sportif Léonard-Grondin.

« La bête est amochée et il faut l’achever, lance-t-il. Honnêtement, je pense qu’on a appris de la défaite de vendredi à la maison. On menait la série 2-0 et on a laissé les Braves se relever. Là, il faut faire ce qu’on a à faire. »

Les Inouk mènent cette série quart de finale par trois victoires à une. Déjà, ils savent qu’ils vont affronter le Collège Français de Longueuil, qui vient de sortir les Rangers de Montréal-Est en quatre rencontres, dans le carré d’as. S’ils éliminent les Braves, bien entendu.

« Le Collège Français se repose déjà, leurs joueurs soignent déjà leurs bobos, reprend Baillargeon. Vraiment, ça ne nous donne rien d’étirer les choses inutilement contre les Braves, on n’a aucun intérêt. Il faut en finir vite et passer à autre chose. »

Mais attention, Baillargeon respecte les Braves et il ne tient rien pour acquis. Ainsi, il ne veut rien savoir de parler du Collège Français.

« On sait qu’ils vont se battre jusqu’à leur dernier souffle. Ils sont comme ça, ils ne lâchent jamais. C’est une belle équipe, avec du caractère. »

Belle réaction
Maxim Baillargeon a aimé ce qu’il a vu de son équipe à Valleyfield dimanche, 48 heures après la performance décevante du troisième match.

« On a bien réagi. Personne n’a paniqué, on a simplement compris qu’on ne pouvait pas prendre congé face à une équipe comme les Braves et on a joué comme on en est capables. J’étais fier de nous. »

Baillargeon connaît un excellent début de séries. En fait, il connaît toute une saison, point. Il faut travailler très fort pour réussir à le prendre en défaut dans son territoire. Patrice Bosch dira même qu’il a rarement vu un défenseur aussi efficace dans le junior AAA.

« Je travaille dur, j’essaie de limiter les erreurs au minimum. Je suis chanceux, car je me retrouve avec une excellente équipe et dans un très bel environnement pour finir ma carrière junior. J’essaie d’en profiter au maximum. »

Le leadership de l’ancien des Screaming Eagles du Cap-Breton et des Wildcats de Moncton est aussi apprécié.

« On a de super bons jeunes et ils font une énorme différence. J’ai 20 ans, j’en ai vu d’autres et j’essaie d’être utile à ce niveau-là aussi. »

Baillargeon et ses coéquipiers ont profité d’une journée de congé lundi. Sans vouloir en dire plus, Patrice Bosch a indiqué qu’il pourrait y avoir des changements à sa formation en vue du prochain match.