«Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de controverses que nous n’avons pas de pain sur la planche», assure Dominic Lussier.
«Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de controverses que nous n’avons pas de pain sur la planche», assure Dominic Lussier.

Autodrome Granby: un hiver tranquille en vue

Les derniers hivers n’ont pas tous été tranquilles dans le petit monde de l’Autodrome Granby. Mais celui qui s’en vient n’annonce pas de controverses… du moins pour le moment.

L’hiver dernier, le débat autour du moteur W16 et des règlements de poids a fait rage tout au long de la saison froide. Deux ans auparavant, on s’en souviendra, les pilotes réclamaient un meilleur traitement financier.

« Mais ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de controverses que nous n’avons pas de pain sur la planche, explique le copropriétaire et promoteur de l’Autodrome, Dominic Lussier. Nous sommes à élaborer le calendrier de la prochaine saison et juste ça, c’est un gros morceau. »

Lussier a appris que les voitures à gros bloc de la série Super DIRTcar ne s’arrêteront plus au Québec en fin de saison. Une mauvaise nouvelle s’il en est une.

« On va devoir se contenter d’une fois par année. Les raisons évoquées par les gens de Super DIRTcar sont un peu nébuleuses, mais ça reste leur décision à eux. On va profiter du moment en été. »

À l’opposé, les épreuves de série DIRTcar seront toutes de retour la saison prochaine. Lussier et ses partenaires cherchent toutefois une façon de rendre les courses de la série DIRT, que ce soit en modifié, en sportsman ou en pro-stock, plus « attrayantes », pour reprendre l’expression du promoteur.

« On veut développer un concept, particulièrement pour les modifiés », souligne-t-il.

Lussier aura peut-être (voire probablement) des nouvelles à annoncer lors du banquet annuel de l’Autodrome, qui aura lieu le 29 février au Domaine de l’érable de Saint-Hyacinthe.

« Différentes raisons nous ont amenés à tenir le banquet plus tard. Une de celles-là est certainement d’avoir davantage de trucs à annoncer qu’en novembre alors qu’on commence à travailler sur le calendrier. Il y a aussi la question financière. En novembre, le budget des équipes est souvent à sec après une longue saison. »

De choses et d’autres

Dominic Lussier, on le sait, ne s’est jamais gêné pour faire la promotion du moteur W16, qu’il considère comme une belle alternative pour réduire les coûts de l’industrie. Mais voilà, la facture a grimpé dernièrement, ce qui fait sourire ceux qui ne veulent rien savoir du moteur en question.

« Le coût a grimpé à la suite du décès du motoriste qui fabriquait le moteur, explique Lussier. Mais attention, le prix n’a pas doublé non plus, il a peut-être augmenté de 3000 $. Ça reste un moteur abordable. »

Parlant d’argent, Lussier a souri lorsqu’on lui a demandé s’il avait l’intention d’acheter la piste de Plattsburgh, qui est maintenant fermée et qui est à vendre.

« Dans l’État de New York, disons que je suis loin de mon réseau d’influence… », laisse-t-il tomber.

À ce stade-ci de l’année, Lussier multiplie enfin les conversations avec les pilotes et leur entourage afin de connaître leurs plans en vue de la prochaine saison. Et il a appris que Dany Gagné, qui en avait contre les nouvelles règles de poids en rapport avec le moteur W16, songe à effectuer un retour à Granby et que Mathieu Desjardins fera équipe avec Paul Saint-Sauveur en 2020, sans toutefois avoir la garantie qu’il va courir sur la piste de la rue Cowie.