Frédéric Abraham avait amassé 46 points en 25 matchs avec les Inouk.
Frédéric Abraham avait amassé 46 points en 25 matchs avec les Inouk.

Après Dufour, Abraham quitte les Inouk

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
À moins qu’il ait frappé un coup de circuit, il n’est jamais facile de porter un jugement clair au sujet du travail d’un directeur général à la suite d’une période de transactions. Mais François Graveline avait le sourire facile, vendredi soir, sur la galerie de presse du Centre sportif Léonard-Grondin.

Même que Graveline a lancé, à la vue de l’auteur de ces lignes : « Je pense qu’on a volé le show ! »

À la limite pour effectuer des échanges, qui était fixée à midi, les Inouk ont annoncé deux transactions, dont une majeure. Et ils avaient auparavant confirmé ce que les lecteurs de La Voix de l’Est savaient déjà, soit que le gardien Marc-Antoine Dufour avait été échangé à l’Everest de la Côte-du-Sud.

Les Inouk ont ainsi envoyé Frédéric Abraham, rien de moins que leur meilleur marqueur, aux Panthères de Saint-Jérôme, dans le cadre d’une transaction impliquant sept joueurs. L’attaquant Christopher Duplessis-Lebel (plus tard expédié au West Island) et le défenseur Isaak Châteauneuf, qui joue au niveau collégial, ont aussi été obtenus par l’équipe des Laurentides, qui a cédé en retour les attaquants William Pagé, 19 ans, Charles-Olivier Adam, 18 ans, et Alexis Couture, 17 ans, de même que le défenseur Thomas Richer, 18 ans. Les Granbyens ont ajouté un lointain choix au repêchage.

Plus tard, on a appris que les Inouk recevront d'autres joueurs en provenance de Saint-Jérôme à la suite de la présente saison. Des considérations futures très intéressantes, paraît-il.

Avec 13 points en 30 matchs avec les Panthères, Pagé, un joueur d’énergie, montre les meilleures statistiques de ceux qui débarquent chez les Inouk.

Quant à Abraham, il s’en va après avoir amassé 46 points, dont neuf buts, en 25 matchs. Il en menait large à l’attaque.

Graveline a ensuite « pris une chance » en faisant l’acquisition de l’attaquant de 19 ans Maxime Collin, dont les droits appartenaient au Titan de Princeville, mais qui joue avec l’Océanic de Rimouski. Le DG, qui pense que Collin pourrait se retrouver à Granby la saison prochaine, a cédé en retour un choix de septième ronde en vue du repêchage de 2020 et un choix conditionnel en vue de celui de 2021.

En retour de Dufour, finalement, les Inouk ont mis la main sur un choix de deuxième ronde en 2020, un choix de deuxième ronde en 2021... et un joueur, déjà identifié, à être nommé lors du prochain repêchage. Bien sûr, on parlera d’un gros morceau.

Il est facile de penser que le joueur en question est Yan-Cédric Gaudreault, 19 ans, qui avait déjà récolté 66 points, dont une trentaine de buts, après 32 matchs avec l’Everest. Bien sûr, Graveline n’a jamais voulu confirmer.

«Ne nous comptez pas pour battus», affirme le directeur général des Inouk, François Graveline.

« Court, moyen et long terme »

François Graveline avait un thème lors de cette période de transactions : améliorer les Inouk sur le court, le moyen et le long terme. Et il est convaincu d’avoir réussi son coup, lui qui ne s’est jamais considéré comme un « vendeur » au cours des dernières semaines.

« On a échangé de gros morceaux en Frédéric et Marc-Antoine, mais on a été cherchés des joueurs qui vont nous aider immédiatement et longtemps dans le cas de Frédéric et qui vont nous aider plus tard dans le cas de Marc-Antoine, a-t-il dit. On avait un plan et je pense que nous pouvons clairement dire mission accomplie. »

Plus tôt, en décembre, Graveline avait mis la main sur le gardien Rémy Champoux, le défenseur William Paquette et l’attaquant Brandon Tracey. Le défenseur Loïc Bergeron, obtenu dans la même transaction que Paquette et Tracey, pourrait aboutir à Granby un de ces quatre, à compter de la saison prochaine.

Et même après avoir laissé partir son gardien no. 1 ainsi que son meilleur attaquant, bref ses deux meilleurs joueurs, Graveline est convaincu que son équipe peut surprendre d’ici à la fin de la saison.

« On joue mieux et je sens qu’on progresse. Moi, je dis seulement une chose : ne nous comptez pas pour battus. »

On est curieux de voir.