Héros obscur chez les Inouk, Anthony Chicoine a véritablement franchi un cap cette saison.

Anthony Chicoine, le héros obscur des Inouk

Non, Anthony Chicoine ne fait pas partie de l’imposante délégation des Inouk qui a participé au tournoi de la Coupe de l’Est du Canada cette semaine. N’empêche qu’il a joué un rôle important dans les succès de l’équipe depuis le début de la saison. On peut certainement parler d’un véritable héros obscur.

Jusqu’alors connu principalement comme un attaquant de profondeur n’ayant pas peur du jeu physique, Chicoine a franchi un cap depuis le début de la campagne 2018-2019. Avec une récolte de 14 points (dont quatre buts) après 22 parties, il a déjà dépassé sa production de l’an dernier en 33 matchs réguliers.

« Mon but premier a toujours été que mon équipe n’accorde pas de but quand je suis sur la glace. Mais c’est toujours agréable de faire des points. J’apprécie le fait d’avoir un rôle plus offensif à 19 ans », a indiqué le résident de Saint-Dominique en entrevue avec La Voix de l’Est.

Chicoine a vu son temps d’utilisation grimper après les blessures subies par Félip Bourdeau et Nicolas Roy, deux pièces importantes chez les Inouk.

De plus en plus à l’aise avec les diverses responsabilités attribuées aux joueurs de centre, le numéro 17 a pivoté le deuxième trio pendant plus d’un mois. Qui plus est, l’entraîneur-chef Patrice Bosch n’hésite pas à l’employer sur les unités spéciales.

« Pour moi, c’est comme de recevoir une tape dans le dos. Je suis très content d’être utilisé dans les deux sens du jeu. Ça montre que je fais du bon travail et qu’on peut me faire confiance », a ajouté le fougueux attaquant.

Grand frère et leader

Chicoine se considère aussi privilégié de jouer fréquemment en compagnie de son frère cadet Alexis. « En ce moment, je ne le réalise pas trop. Mais probablement que dans quelques années, quand je vais repenser à quand je jouais avec mes frères, ça va me faire un pincement au cœur de savoir que ça n’arrivera sûrement plus. »

Comme l’indique la lettre « A » cousue sur son chandail, Anthony Chicoine est également l’un des leaders de son équipe. À l’image de son frère ainé Gabriel, ex-capitaine des Inouk et nouveau défenseur des Cadets de l’Université Norwich, il s’efforce d’exercer un impact positif dans le vestiaire granbyen.

« J’aime bien aider les jeunes. Parce que je suis passé par là et que j’ai aimé que les joueurs de 20 ans me montrent quoi faire. Comment gérer mes émotions, comment agir dans différentes situations et ne pas me décourager. (…) J’essaie de rester positif, même quand les choses vont moins bien », a mentionné l’étudiant en charpenterie-menuiserie, qui arbore présentement une moustache de type « fer à cheval ».

Même si Bosch n’a toujours pas désigné son nouveau capitaine, Chicoine assure toutefois qu’il n’a pas d’attente à ce sujet.

Les Inouk surfent actuellement sur une séquence de cinq victoires consécutives. Maintenant que la saga des joueurs inadmissibles est chose du passé, on semble revoir l’équipe qui paraissait invincible en début de saison.

« On est maintenant passés à autre chose, a confirmé Anthony Chicoine. Il faut continuer d’aller vers l’avant, parce qu’on ne peut rien changer. On veut aller chercher les deux points à tous les soirs et tenter de se rendre aussi loin que possible. »