Claude Brouillard fait partie de ceux qui vont entamer la saison avec un moteur W16.

Année de transition à l’Autodrome ?

L’arrivée massive de voitures avec un moteur W16 en modifié risque de changer la donne, cette saison, à l’Autodrome Granby.

Si notre calcul est bon, pas moins de 16 pilotes ont acheté un W16. Sept d’entre eux l’auront assurément dans leur voiture, vendredi soir à l’occasion de l’ouverture officielle de la saison, alors qu’on ne sait trop pour les autres.

Steve Bernier, Alain Boisvert, Claude Brouillard et François Adam, de même que Martin Pelletier et Martin Hébert, qui font le saut en modifié, ainsi que Jean Boissonneault, qui effectue un retour à l’Autodrome, ont confirmé qu’ils vont entamer la saison avec un W16. Les David Hébert, Steve Bernard, Michaël Parent, Yan Bussière et Simon Perreault, pour ne nommer que ceux-là, ont tous un W16, mais ils ont aussi toujours un moteur 358.

« Les frères Bernier ont toujours un moteur 358, mais il est entendu entre eux que Steve va rouler avec le W16 à Granby, révèle le promoteur Dominic Lussier. Steve, c’est le champion en titre et il sera fort intéressant de voir comment il va se débrouiller avec un W16. »

En fait, à chaque fois qu’un pilote va parader dans le cercle des vainqueurs, on va se demander avec quel moteur il a gagné. Dans un monde où les résultats font foi de tout, les performances du W16 dicteront la suite des choses.

« Est-ce qu’on peut parler d’une année de transition ? Peut-être, reprend Lussier. Nous avons des pilotes qui montent en modifié précisément en raison du W16 et d’autres qui veulent donner une véritable chance au moteur. J’ai hâte de voir. »

Lussier, on le sait, a poussé fort pour le W16, qu’il voit comme une très belle alternative, pour reprendre les mots qu’il a utilisés si souvent, afin de diminuer les coûts des gens de l’industrie.

Mais le fait que les voitures munies d’un W16 vont peser 150 livres de moins à l’Autodrome en fait grimacer plusieurs, on le sait. Dany Gagné a déjà mentionné qu’il allait boycotter Granby cette saison tandis qu’une source proche des frères Clair prétend que Mario et Gino ne se pointeront pas non plus chez nous cet été.

Puis, mercredi après-midi, Mathieu Desjardins a confirmé à l’auteur de ces lignes qu’il n’avait pas l’intention de venir à Granby, mais il n’a pas voulu élaborer sur le sujet. Desjardins n’a toutefois pas été vu à l’Autodrome à partir de la mi-juillet la saison dernière.

En moyenne, 23 modifiés ont paradé sur la piste de la rue Cowie la saison dernière. Lussier s’attend à sensiblement le même chiffre en 2019, notamment en raison de l’augmentation des bourses lors de certains événements.

Belle relève en sportsman

La classe sportsman, l’antichambre des modifiés, risque quant à elle d’être fort intéressante à surveiller cette saison. Parce que le départ de Martin Pelletier en modifié ouvre la porte à ceux qui rêvent au titre comme les Félix Murray, Alex Lajoie et Alexandre Salvas, mais aussi parce que les nouveaux venus William Racine et Félix Roy constituent une très belle relève.

William Racine est le neveu de Steve Bernard alors que Félix Roy est le fils de Martin Roy et le frère de Jeremy Roy, qui est déjà en sportsman. Racine et Roy ont respectivement terminé premier et deuxième de la classe slingshot senior la saison dernière à Granby.

Il y a peu de changements chez les pro-stock et les sports compacts, des classes où Dominic Lussier aimerait voir la relève s’animer davantage. Les champions Bruno Cyr, en pro-stock, et Claude Cournoyer, en sport compact, défendront leur titre.