« J’ai travaillé fort, je n’ai rien eu gratuitement, mais je me considère tout de même choyée d’avoir vécu ce que j’ai vécu », dit Anne-Marie Lapalme.
« J’ai travaillé fort, je n’ai rien eu gratuitement, mais je me considère tout de même choyée d’avoir vécu ce que j’ai vécu », dit Anne-Marie Lapalme.

Anne-Marie Lapalme: «Ma vie est pleine!»

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
D’Anne-Marie Lapalme, on peut certainement dire qu’elle est la grande dame du soccer à Granby. Et à 38 ans, sa passion pour son sport ne semble pas vouloir s’éteindre.

Mais Anne-Marie, c’est une aussi une essentielle travailleuse de la santé et, surtout, une maman de trois enfants, âgés de 3 à 11 ans.

« Ma vie est pleine !, rigole Anne-Marie. Après le travail, la famille et le soccer, il ne reste plus beaucoup de place pour quoi que ce soit d’autre. Mais je suis bien, je suis heureuse. »

Nutritionniste de formation, Anne-Marie travaille pour le CIUSSS de l’Estrie. Mais en cette époque toute particulière, elle est affectée à la lutte contre la COVID-19.

« Je suis coresponsable d’une cellule qui travaille principalement auprès des milieux communautaires, explique-t-elle. Par exemple, s’il y a un cas qui se déclare dans une garderie, mon travail sera de sécuriser le milieu. La COVID occupe à peu près tout le monde en santé depuis un bon moment. »

À la maison, elle a aussi de quoi s’occuper.

« Amélia joue au soccer, Donovan joue au baseball et au hockey alors que Madison, la p’tite dernière, suit partout ! J’ai été un athlète, leur père [l’homme de hockey Jason Béliveau] aussi, et on veut qu’ils profitent des bienfaits du sport, car ils sont tellement nombreux. »

Et ça, elle le sait mieux que quiconque.

Anne-Marie Lapalme alors qu’elle s’imposait comme une des meilleures joueuses au Canada.

Une grande aventure

Le soccer a été une belle et grande aventure pour Anne-Marie Lapalme, un produit des Cosmos de Granby, une aventure qui l’a menée ici et là dans le monde, qui lui a permis d’étudier et d’obtenir un diplôme de l’Université de Syracuse et qui lui a ouvert les portes du soccer semi-professionnel.

« J’ai travaillé fort, je n’ai rien eu gratuitement, mais je me considère tout de même choyée d’avoir vécu ce que j’ai vécu, dit-elle. Honnêtement, je suis allée au bout de mon rêve et je n’ai pas de regrets. »

Sa participation aux Jeux panaméricains de 1999, à Winnipeg, de même que son séjour avec un club britannique, en 2000, comptent certainement parmi les moments forts de sa carrière. Mais Anne-Marie n’oubliera jamais les quatre années qu’elle a passées à Syracuse.

« Ça, ça a été quelque chose d’inoubliable. Là-bas, j’ai appris l’anglais, j’ai vécu plein d’expériences humaines enrichissantes et j’ai joué du gros soccer. Encore aujourd’hui, je suis une partisane des Orangemen. Et j’ai le logo de l’équipe et de l’université tatoué sur le cœur. »

Et elle a joué du gros soccer, en effet. Elle a ainsi été nommée recrue de l’année, elle a reçu le titre de joueuse par excellence de son équipe deux fois, en plus de faire sa place au sein de l’équipe d’étoiles de la conférence Big East en deux occasions.

« Ça a été de très belles années », insiste-t-elle, un brin de nostalgie dans la vie.

Encore sur le terrain

Mais voilà, le soccer tient encore aujourd’hui une place importante dans la vie d’Anne-Marie Lapalme. Si elle ne fait plus les manchettes de La Voix de l’Est comme avant, elle continue néanmoins à pratiquer son sport préféré.

« Encore cet été, j’ai joué pour l’équipe de Varennes au niveau senior AA, raconte-t-elle. On a formé une équipe de 30 ans et plus et on affronte des filles de 18 et 19 ans. Mais on se débrouille très, très bien. Je retrouve là-bas plein de filles, quasiment toutes devenues des mamans comme moi, avec lesquelles j’ai joué pendant ma carrière. »

Et elle est bien sûr impliquée au niveau mineur. Cet été, elle était entraîneure adjointe de l’équipe de sa fille Amélia chez les Cosmos U-11.

« J’aime le soccer. Jouer ou coacher, j’aime ça. Ça fait partie de moi, ça fait partie de ma vie. »

Pour son illustre carrière, Anne-Marie Lapalme a été honorée une fois et puis une autre. Elle est notamment membre du Panthéon du soccer granbyen et du Temple de la renommée de l’Association régionale de soccer Richelieu-Yamaska.