Andrew Ranger, accompagné de sa conjointe Édith et de David Wight, son chef d’équipe, à la suite de la conquête de son championnat

Andrew Ranger: reprendre sa place au sommet

Les dernières saisons n’ont pas toutes été faciles pour Andrew Ranger. Mais en 2019, le pilote originaire de Roxton Pond a renoué avec le succès. Avec le succès avec un grand S.

Champion de la série canadienne de NASCAR, Ranger est la personnalité sportive de l’année de La Voix de l’Est.

« Ça a été une belle année pour Andrew, admet Édith Fortin, la conjointe du champion. Mais je vous dirais que ça a été une année stressante et très émotive parce qu’Andrew voulait vraiment mettre la main sur le titre. Lorsqu’il s’est rendu compte qu’il avait une voiture compétitive, qu’il avait de véritables chances, c’est devenu son seul objectif. »

Ranger a remporté 4 des 13 épreuves du calendrier de la série Pinty’s et il a obtenu dix top 5. De plus, il n’a jamais fini à l’extérieur du top 10. En 2019, les malchances l’ont enfin abandonné.

« La course automobile est un sport compliqué, reprend Édith Fortin. Il faut être bon, mais ça prend aussi une bonne voiture. Cette année, Andrew a été bon, comme d’habitude, mais il avait aussi une bonne voiture. »

Celle qui partage sa vie depuis trois ans l’avoue : elle n’a jamais vu son homme aussi heureux que le soir du 28 septembre 2019 sur la piste du Jukasa, en banlieue d’Hamilton, lorsqu’il a enlevé son troisième championnat en carrière en série canadienne de NASCAR.

« Il était tellement, tellement beau à voir. Il était si heureux. Je n’oublierai jamais ces instants. »

Bien sûr, le championnat avait particulièrement bon goût puisqu’il survenait 10 ans après son dernier titre.

« L’attente avait été longue, très longue. Andrew voulait reprendre sa place de champion et il a atteint son but. »

Garder confiance

On l’a dit, les dernières années n’ont pas toutes été faciles pour Ranger. Édith Fortin se souvient qu’à la suite de la saison 2017, son homme n’en menait pas large.

« Il n’avait pas gagné une seule course de la saison, sa voiture avait eu toutes sortes de problèmes et il avait même raté une épreuve en raison de la maladie. Je me souviens lui avoir dit de ne pas se décourager, de garder confiance, de ne surtout pas douter de lui. »

En 2018, il a remporté deux courses. Mais le meilleur était encore à venir.

« Les gens de son équipe ont ensuite travaillé très fort sur sa voiture pendant l’hiver et Andrew avait un bon feeling lorsque la dernière saison a commencé. »

Édith a assisté à 10 des 13 épreuves de la dernière saison. Elle a fait l’impasse uniquement sur les épreuves présentées dans l’Ouest canadien. Non, elle n’est jamais loin d’Andrew.

« La course automobile, c’est sa vie. Et je suis heureuse de l’accompagner là-dedans. Les grands moments qu’il vit, on les vit à deux, et les déceptions qu’il vit, on les vit à deux également. »

Et selon elle, Andrew est loin d’en avoir fini avec sa passion.

« Il aime tellement ça. Honnêtement, je ne vois pas le jour où il ne sera plus impliqué dans son sport. Quand on aime quelqu’un, on veut qu’il soit heureux, et il est heureux dans ce qu’il fait. Bref, tout est parfait ! »