Alister Gardner a terminé en 42e position à l’épreuve de la CCC, dans le cadre de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc.

Alister Gardner satisfait de sa performance à la «CCC»

Le Bromontois Alister Gardner est déjà de retour de France après avoir complété la CCC, une épreuve de 100,9 km qui s’inscrit dans l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. La Voix de l’Est s’est entretenue avec lui.

Le coureur local s’est classé en 42e position, toutes catégories confondues, sur 2000 participants. Il a complété cette course qui sillonne les Alpes en passant par Courmayeur en Italie, Champex en Suisse et Chamonix en France — d’où le nom de CCC —, en 13 h 10.

Les conditions climatiques fraîches étaient idéales pour Gardner. Celui-ci a pris le départ dans la première vague de 100 coureurs, celle des « élites », en raison du pointage accumulé lors des courses qualificatives.

« En étant installés en avant, on n’a pas de combat à mener pour chercher une bonne place, explique le Bromontois. Le monde part rapidement et j’ai suivi le mouvement. J’étais relativement relax, je ne suis pas sorti de ma zone de confort. Je n’ai pas poussé trop fort parce qu’après 2 km, ça monte, et ça monte fort. »

Il a réussi à maintenir un bon rythme tout au long de la course, malgré deux moments un peu plus difficiles. Durant la première section, Gardner n’avait pas pris assez de nourriture avec lui, si bien qu’à 10 km du premier ravitaillement, il n’avait plus rien pour se redonner de l’énergie. « Je sentais la fatigue, raconte-t-il. Rendu à la station, j’ai pris quelques minutes de plus que prévu pour reprendre mes énergies. »

La pluie s’est mise de la partie dans les vingt derniers kilomètres, alors que la nuit était tombée. Avec la brume provoquée par les averses, Alister Gardner peinait à voir devant lui, malgré la lumière projetée par la lampe frontale. « Le sentier était très technique pour aller chercher le dernier sommet. Je marchais assez lentement parce que je voyais que du blanc à cause de l’humidité. »

Cette section a été difficile au plan émotif, mais le coureur bromontois a tout donné pour les huit derniers kilomètres qui menaient au bas de la montagne, à Chamonix.

« À l’arrivée, c’est sûr que j’étais épuisé, mais content d’avoir fini. » Satisfait de son résultat, Gardner avait l’impression d’avoir fait mieux que ses courses précédentes, mais sait qu’il pourra continuer de s’améliorer.

Deux objectifs
La CCC n’était toutefois pas un des objectifs majeurs de Gardner pour 2018. Deux buts ultimes l’ont fait avancer durant l’été. Le premier était un 5 km réalisé en août en moins de 16 minutes, ce qui demande une vitesse de 3 minutes 11 secondes par kilomètre. « À partir de la semaine prochaine, mon objectif est le marathon de Philadelphie, le 19 novembre. Il me reste deux mois pour mettre toute mon énergie là-dessus. C’est mon deuxième gros objectif de la saison. » Il souhaite compléter les 42,2 km en environ 2 h 30.