Alexandre Lapointe a entamé le match face à l’Académie de baseball du Canada avec une moyenne au bâton de ,474.

Alexandre Lapointe, le «11 sur 10» des Guerriers

Avec sa moyenne de ,474, Alexandre Lapointe a entamé le match de mardi soir face à la formation des 17 ans moins de l’Académie de baseball du Canada au troisième rang des meilleurs frappeurs de la Ligue de baseball junior élite du Québec. C’est pas compliqué, le voltigeur des Guerriers frappe tout ce qui bouge depuis le début de la saison.

« Ça va bien, mais, honnêtement, je ne suis pas si surpris, a expliqué Lapointe deux heures avant le match. Je travaille fort, j’ai toujours travaillé fort pour progresser, et j’ai l’impression que je récolte simplement ce que je sème. S’il y a une chose que je sais, c’est que tu n’arriveras à rien si tu ne travailles pas. »

Lapointe, 18 ans, s’est amené avec les Guerriers lors des dernières séries éliminatoires à la suite de sa saison dans le midget AAA. Et il savait, en arrivant ce printemps au camp d’entraînement, qu’un poste de voltigeur l’attendait.

« Les Guerriers me font confiance et je ne veux pas les décevoir, a repris celui qui a clairement confiance en ses moyens. Je m’entraîne fort, je regarde des vidéos de mes présences au bâton le soir à la maison et j’ai la chance, en plus, d’avoir une cage des frappeurs là où je travaille… et j’en profite au max. »

Le gérant Denis Lamontagne s’emballe littéralement lorsqu’il est question de Lapointe, un athlète de Mont-Saint-Hilaire. Il parlera de son quotient intellectuel de baseball « bien en haut de la moyenne », du fait qu’il pourrait jouer partout sur le terrain et du sérieux qu’il met dans la pratique de son sport.

« C’est un 11 sur 10 et clairement un intouchable ! », tranche-t-il.

« Tout est possible »

Lapointe arrive au bon moment, lui qui n’a pas vécu les nombreuses saisons difficiles des Guerriers. Et il croit en son équipe.

« Sincèrement, on a un club solide, a-t-il lancé. On joue du bon baseball et ce n’est pas un feu de paille, je le sais. Si on réussit à éviter les blessures, je pense que tout est possible pour nous. »

Lapointe vantera au passage Denis Lamontagne, « qui nous traite comme des adultes et qui demeure toujours très calme ».

Pour le reste — et c’est un brin étonnant —, Lapointe ne voit pas plus loin que son séjour avec les Guerriers.

« Je suis bien ici et je veux aider les Guerriers à aller le plus loin possible. Non, je n’ai pas de plan de carrière, je n’ai pas de grands objectifs par rapport au baseball. Du moins, je ne suis pas rendu là. Moi, je profite du moment. »

Manifestement, ça lui sert bien.