Alex Lajoie a triomphé lors de l’avant-dernière finale comptant pour le championnat de la saison en sportsman.

Alex Lajoie: le meilleur… du reste du plateau sportsman

Les pilotes de la classe sportsman auront la vedette, vendredi soir, alors que le rideau va tomber sur une autre saison à l’Autodrome Granby.

Le championnat, on le sait, a été l’affaire de Martin Pelletier, qui a remporté pas moins de 11 victoires en 2018. Mais voilà, Alex Lajoie a été ni plus ni moins le meilleur… du reste du plateau. Il n’a toutefois pas à rougir de sa performance, lui qui a devancé Félix Murray, troisième au classement, par près de 100 points.

« Ça a été une bonne saison en général, explique Lajoie, qui sera du Sportsman Showdown, une épreuve de 75 tours. Martin était intouchable cette année, mais j’ai quand même réussi à m’imposer, particulièrement en première partie de campagne. C’est certain qu’il n’y a pas de gêne à finir deuxième derrière Martin Pelletier… »

Le pilote de Saint-Damase a triomphé lors de l’avant-dernière finale comptant pour le championnat de la saison, mais des réglages déficients lui auront fait perdre des points précieux une fois le mois de juillet arrivé.

« On a essayé des choses et ça n’a pas fonctionné. Et on est revenus avec nos anciens réglages à la fin. »

Vendredi, Lajoie fera du recyclage. Car son moteur a rendu l’âme il y a deux semaines à Cornwall.

« On a remis notre vieux moteur dans la voiture. Honnêtement, si ça n’avait pas été que la course compte pour le championnat W16, on aurait probablement passé un tour cette semaine. Mais on va être là… et on va faire de notre mieux. »

Les gens de l’Autodrome, on le sait, feront tirer un moteur W16 lors du gala de fin de saison parmi les cinq pilotes qui s’en seront tirés le mieux à l’intérieur de finales déterminées en modifié et en sportsman. Mario Clair a déjà remporté le championnat W16 en modifié alors que Martin Pelletier, bien sûr, mène le classement chez les sportsman. Lajoie, lui, est septième.

« Le moteur W16, c’est clair, m’intéresse, reprend Lajoie. J’ai d’ailleurs déjà eu des discussions avec Dominic Lussier à ce sujet. On va se le dire, ce moteur pique la curiosité à de plus en plus de pilotes. »

Sa saison ne prendra toutefois pas fin à l’Autodrome vendredi puisqu’il aura encore des rendez-vous à la piste de Mohawk, dans l’État de New York, au RPM Speedway et à l’Autodrome Drummond, à chaque fois dans le cadre d’épreuves de la série DIRTcar. Puis, il participera à la Super DIRT Week, début octobre, à Oswego.

« Je suis le champion en titre de la série DIRTcar en sportsman, mais les choses n’ont pas bien été cette année. L’an dernier, le championnat avait mis un baume sur une saison plutôt difficile au Québec. Il n’y a jamais rien de parfait, on dirait… »

Un championnat d’abord
On avait posé la même question à Alex Lajoie il y a un an, soit après qu’il eut été couronné en série DIRTcar. Et la réponse est encore la même aujourd’hui. Non, le saut en modifié, ce n’est pas pour tout de suite.

« Il y a toujours la question financière, mais j’aimerais vraiment remporter un championnat en sportsman avant de graduer. J’ai 29 ans, je suis encore jeune, et je suis un homme fier. Si je fais le saut en modifié, j’aimerais que ce soit par la grande porte… »

Entre 20 et 25 voitures sont attendues en prévision du Sportsman Showdown. Rappelons que c’est aussi vendredi que sera couronné le champion chez les sports compacts au terme d’une finale de 40 tours et d’une autre de 25.

À la tête du classement, Claude Cournoyer détient une avance de 43 points sur Danick Sylvestre, d’Ange-Gardien.