À 33 ans, Alex Bourret s'amène à Granby.
À 33 ans, Alex Bourret s'amène à Granby.

Alex Bourret dirigera les Inouk avec son vécu

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Les Inouk seront dirigés cette saison par un ancien choix de première ronde de la Ligue nationale: Alex Bourret.

En 2005, le Drummondvillois a été le choix de premier tour des défunts Thrashers d’Atlanta, le 16e au total. Sidney Crosby et Carey Price avaient été repêchés en première ronde cette année-là. Il n’a toutefois jamais joué dans la grande ligue.

Après avoir connu une brillante carrière junior à Sherbrooke, Lewiston et Shawinigan, Bourret a joué dans la Ligue américaine, la Ligue de la Côte Est, la Ligue nord-américaine, en Europe et même en Asie. Il débarque à Granby avec un gros bagage en tant que joueur, un gros bagage de vie, mais il n’a toutefois jamais coaché plus haut qu’au niveau midget espoir, sinon quelques matchs en tant qu’adjoint dans le senior AAA.

«C’est un gros défi, c’est vrai, mais je me sens prêt, a dit Bourret, 33 ans, en entrevue téléphonique. J’ai du bagage, j’ai du vécu et je sais que je peux apporter quelque chose à des juniors qui sont souvent déçus de ne pas être dans la LHJMQ. Je suis sincèrement emballé par l’opportunité que m’offre les Inouk.»


« Je serai là pour leur dire qu’il ne faut jamais lâcher dans la vie »
Le nouvel entraîneur des Inouk, Alex Bourret

Bourret a rencontré Rémy Harrisson, le nouveau directeur des opérations hockey, et Samuel Bessette, directeur général, samedi à Saint-Hyacinthe. C’est l’ancien joueur qui a d’abord manifesté son intérêt.

«Je suivais la Ligue junior AAA à distance, mais je sais qu’il y a quantité de bons joueurs et que c’est du bon hockey. Je sais aussi que les Inouk, malgré des moments plus difficiles récemment, représentent une belle tradition et quelque chose d’important à Granby. Et lorsque j’ai rencontré Rémy et Samuel, ça a cliqué.»

Jason Tracey, qui a terminé la dernière saison derrière le banc des Inouk, a finalement avisé Harrisson et Bessette qu’il n’allait pas revenir sur sa décision de quitter l’organisation. Le bonhomme en a plein les bras avec son entreprise et sa famille.

On verra rapidement de quoi Bourret se chauffe puisque les Inouk vont entamer leur camp d’entraînement pas plus tard que samedi matin au Centre sportif Léonard-Grondin. Ils disputeront ensuite quatre matchs préparatoires avant le début de la saison régulière.

Alex Bourret alors qu'il a été sélectionné au 16e rang du repêchage de la Ligue nationale par les Thrashers d'Atlanta. C'était en 2005.

Un entraîneur calme

Alex Bourret se définit comme un entraîneur calme, qui aime les équipes qui travaillent fort. Il n’a pas encore choisi ses adjoints, mais ça devrait se faire dans les prochaines heures.

«À Drummondville, avec mes équipes de niveau midget espoir, nous n’avions pas toujours un talent fou, mais nous étions toujours difficiles à battre parce que les gars se donnaient sur la patinoire, a-t-il mentionné. C’est ce que je veux à Granby avec les Inouk. Je ne suis pas très vieux non plus, ce qui fait que je suis un entraîneur proche de ses joueurs également.»

Bourret, qui était intense sur la patinoire (il a connu une saison de 114 points et de 133 minutes de pénalité à Shawinigan) ne l’a pas toujours eu facile. Plus d’une fois, il a parlé ouvertement des problèmes de drogue qu’il a connus et qui ont gâché, affirme-t-il lui-même, sa carrière. «C’est important d’en parler», a-t-il déjà dit.

«Les gars dans le junior AAA ne sont pas toujours heureux d’être là parce qu’ils rêvent au junior majeur. Moi, je serai là pour leur dire qu’il ne faut jamais lâcher dans la vie.»

Et le bonhomme sait de quoi il parle.