« Je suis un gars très discipliné. Je fais attention à moi, je mange bien et je ne fais pas la fête », explique Alex Beaulé.

Alex Beaulé veut plus de visibilité

Après avoir remporté trois de ses cinq bagarres en arts martiaux mixtes, Alex Beaulé a livré son premier combat de boxe il y a deux semaines, combat qu’il a gagné par arrêt de l’arbitre. À 30 ans, le nouveau Granbyen a un seul objectif en 2019 : obtenir de la visibilité.

« Je suis quelqu’un d’assez discret dans la vie de tous les jours et je ne cours pas après les journalistes, explique l’ancien Sherbrookois, qui s’est arrêté dans les bureaux de La Voix de l’Est cette semaine. Mais je sens que je dois faire un effort pour me faire connaître davantage si je veux progresser dans ma carrière. »

Beaulé s’est retrouvé à Granby après avoir été pris sous son aile par Yan Pellerin, devenu son grand ami, pour ne pas dire son frère. Les deux hommes se sont connus alors que le premier s’entraînait à Drummondville et qu’il démontrait de belles choses dans les rangs amateurs en arts martiaux mixtes.

« Yan a fait beaucoup pour moi et il continue à faire beaucoup. C’est lui qui m’a amené chez les pros en arts martiaux mixtes et c’est lui qui m’a ouvert la porte de la boxe professionnelle. Il est là pour moi et je suis maintenant là pour lui aussi. »

Si Beaulé s’est retrouvé sur la dernière carte du promoteur Yvon Michel récemment, c’est parce qu’il trouvait que les choses n’avançaient pas assez vite en arts martiaux mixtes avec le promoteur Stéphane Patry.

« En décembre, je me suis battu à deux jours d’avis lors de TKO 45 présenté au Centre Bell. Et vous savez quoi ? J’ai gagné. Moi, ce que je veux, c’est me battre. S’il n’y a pas d’opportunités en arts martiaux et qu’il y en a en boxe, je vais aller boxer, tout simplement. »

Au Cabaret du Casino de Montréal, Beaulé a vaincu Alexander Rosales Cruz par K.O. technique au quatrième et dernier round. Même si son adversaire n’avait rien d’un futur champion du monde, il a démontré un beau potentiel.

« Quelques journalistes sont venus me voir et m’ont dit : “Tu viens des arts martiaux mixtes, mais t’as vraiment l’air d’un boxeur”. Ça m’a fait plaisir. »

Il ne sait trop quand il se battra à nouveau, ni même si ce sera en boxe ou en arts martiaux mixtes. Mais il espère obtenir un combat au printemps.

« Mais moi, vous l’avez vu avant les Fêtes, je suis toujours prêt. »

Sergent Beaulé

Alex Beaulé a un profil particulier. C’est un travailleur de la construction dans la vie de tous les jours et il est aussi réserviste dans l’armée. Plus précisément, il est sergent au sein des Hussars de Sherbrooke, où il forme la relève.

« Je suis un gars très discipliné et, en ce sens, l’armée me convient très bien, mentionne celui qui s’est battu chez les lourds-légers à ses débuts en boxe. Je fais attention à moi, je mange bien et je ne fais pas la fête. Et c’est pourquoi je suis capable de prendre un combat à 48 heures d’avis. »

S’il veut de la visibilité en 2019, son rêve, son grand rêve, est de vivre de sa passion pour les sports de combat.

« Ça pourrait être en me battant à un rythme régulier et à un haut niveau, mais ça pourrait aussi être en étant entraîneur. J’aime me battre, mais j’aime enseigner également. Ce que je fais dans l’armée me permet de transmettre ce que je sais et ça, j’adore ça. »