« On est en train de bâtir quelque chose d’intéressant », explique Alain Gardner, qui a vu le Condor remporter 9 de ses 13 derniers matchs.

Alain Gardner et l’amour du hockey senior

CHRONIQUE / À quelques semaines du début des séries éliminatoires dans la Ligue de hockey senior AAA du Québec, le Condor de Nicolet fait partie des équipes qui pourraient causer des surprises. Et pourtant…

Pourtant, les joueurs d’Alain Gardner ont perdu leurs cinq premiers matchs et ils étaient nombreux à croire que l’équipe se dirigeait tout droit vers une saison de misère. Mais derrière le banc, Alain Gardner, un vieux routier du hockey senior, ne paniquait pas.

« Je n’aimais pas voir les défaites s’accumuler, mais je savais que le début de saison n’allait pas être facile à la suite de tous les changements que nous avions apportés, explique l’entraîneur. Tout n’est pas parfait, nous avons eu l’air un peu fous à la maison face aux Bisons il y a 10 jours, mais je pense que nous sommes sur la bonne voie. »

Samedi soir, le Condor a rendu aux Bisons la monnaie de leur pièce en les humiliant devant leurs partisans. Et la performance des Nicolétains nous a permis de constater que cette équipe a de bons joueurs à toutes les positions.

« On est en train de bâtir quelque chose d’intéressant, reprend Gardner, dont l’équipe a remporté 9 de ses 13 derniers matchs. La chimie s’installe, les gars ont de plus en plus de plaisir ensemble, l’éthique de travail est bonne, ça regarde plutôt bien pour la suite. Et nous nous retrouvons pas mal là où je pensais que nous allions nous retrouver au classement, soit au milieu du peloton. »

Samedi soir, le Condor a rendu aux Bisons la monnaie de leur pièce en les humiliant devant leurs partisans. Et la performance des Nicolétains nous a permis de constater que cette équipe a de bons joueurs à toutes les positions.

Vive le hockey senior

À 54 ans, Alain Gardner a une longue feuille de route en tant qu’entraîneur. S’il a longtemps œuvré dans le monde du hockey de développement, il a maintenant l’étiquette de coach de hockey senior à la suite des expériences qu’il a vécues dans à peu près toutes les ligues, y compris la Ligue nord-américaine.

« J’aime le hockey senior, dit le Victoriavillois. En fait, j’aime les joueurs de hockey senior. Ces gars-là ont de l’expérience, de l’expérience au hockey et dans la vie, et c’est l’fun d’échanger avec eux. L’autre soir, à Granby, un de mes joueurs m’a dit : ‘‘Regarde, les Bisons utilisent toujours le même joueur dans cette situation’’. J’aime ça. Aussi, je ne m’en cache pas, je n’ai rien contre l’élément robustesse qui caractérise le senior. »

En 2016, Gardner a mené les 3 L de Rivière-du-Loup au championnat des séries éliminatoires de la LNAH. Homme honnête, il admet qu’il écouterait si on lui proposait de revenir au sein du circuit dirigé par Renaud Lefort.

« C’est une belle ligue, c’est certain, et je ne détesterais pas y retourner, même en tant qu’adjoint. Mais attention, je suis bien dans la LHSAAAQ, un circuit qui s’améliore à chaque année. Les joueurs de talent sont de plus en plus nombreux et signe que la ligue est de plus en plus crédible, les bons hommes de hockey sont de plus en plus nombreux aussi. À Granby, David Lapierre a remporté la coupe dans le junior AAA et il a été adjoint dans la LHJMQ avant de diriger les Bisons. On a besoin de gars comme lui. »

S’il y a une chose qui agace toutefois Gardner dans la LHSAAAQ, ce sont les règlements des joueurs statués. « C’est difficile à gérer et ça nous empêche parfois de mettre la main sur de bons joueurs. Oui, c’est un irritant. Et pas juste à mes yeux. »

Les dirigeants de la LHSAAAQ se réunissaient lundi soir au Cap-de-la-Madeleine. Parions que la question a été mise sur la table…