Lucy Deslauriers et son père Mario, lors de l’International Bromont en 2015.

Affrontement père-fille pour les Deslauriers aux Jeux Panaméricains

L’équipe canadienne de saut d’obstacles était en action à Lima mercredi pour les Jeux panaméricains du Pérou, elle qui a terminé au pied du podium. Le Bromontois Mario Deslauriers faisait partie de la compétition, tout comme sa fille, Lucy, qui compétitionne sous la bannière des États-Unis.

L’équipe canadienne avait un double objectif : remporter une médaille et se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Les trois meilleures équipes, qui ne s’étaient pas encore qualifiées, pouvaient obtenir leur laissez-passer.

Les États-Unis, s’étant déjà qualifié pour les prochains Jeux d’été en remportant les Jeux équestres mondiaux (World Equestrian Games) en 2018, n’étaient donc pas dans cette course, laissant ainsi le champ libre au pays qui a terminé au pied du podium.

Le Canada a ainsi rempli un de ses objectifs en terminant au quatrième rang avec un pointage de 30.21. Il s’est en effet qualifié pour les Jeux de Tokyo, sans toutefois être médaillé des Jeux panaméricains de Lima.

Le Brésil a terminé en première position (12.39 points), suivi du Mexique (22.97 points) et des États-Unis (23.09 points.)

L’équipe canadienne composée de Mario Deslauriers (Québec), Erynn Ballard (Ontario), Lisa Carlsen (Alberta) et Nicole Walker (Ontario) a pris la quatrième place, tout juste devant l’Argentine.

Le cavalier le plus rapide lors de la ronde de qualification, et ayant fait le moins de fautes, méritait la note de 0. Le pointage représente donc l’écart du cavalier avec le meneur.

Lors des compétitions par équipe, seuls les trois meilleurs pointages sont comptabilisés, ce qui a permis au Canada d’obtenir un bon pointage lors de la ronde des qualifications le 6 août, malgré la disqualification de Lisa Carlsen en raison d’une blessure à sa monture, qui lui avait valu une note de 43.24.

« Mon cheval a eu une petite éraflure aujourd’hui et quand les commissaires ont procédé à l’examen au terme de l’épreuve, ils ont pris la décision de nous éliminer, explique Carlsen. Le bien-être de mon cheval est ma grande priorité et je ne ferais jamais rien pour remettre cela en question. Les règles sont les règles, mais je ne blesserais jamais mon cheval intentionnellement », a déclaré Lisa Carlsen à Canada Équestre.

Après des qualifications prometteuses, Mario Deslauriers et sa monture Amsterdam 27 ont connu une première ronde plus difficile en faisant tomber quatre barres.

Leur pointage n’a pas été comptabilisé dans le total par équipe, puisqu’il était le plus élevé de la formation canadienne.

La compétition en équipe servait aussi de qualification pour l’épreuve de saut d’obstacles individuelle qui se tiendra samedi prochain.

Père et fille en compétition

Lucy Deslauriers a pour sa part récolté le troisième meilleur pointage de l’équipe américaine (9.32 points).

Nonobstant les résultats, le duo père-fille vit actuellement des moments inoubliables au Pérou.

« Nous avons beaucoup de plaisir, a dit Lucy Deslauriers à Canada Équestre. Évidemment, en compétition nous sommes dans des équipes différentes, mais à la fin de la journée, nous sommes dans la même équipe. »

La famille Deslauriers est établie à New York et Mario Deslauriers a lui-même fait longtemps partie de l’équipe américaine.

Il est cependant très content de revenir dans l’équipe canadienne pour ces Jeux. « Je suis en compétition contre Lucy maintenant, nous sommes donc de chaque côté. C’est bien, nous avons deux chances de gagner! », a-t-il dit en rigolant à Canada Équestre, dans la langue de Shakespeare.

C’est une blessure à la monture de la cavalière McLain Ward qui a permis Lucy, réserviste pour l’équipe américaine, de prendre part aux Jeux de Lima.

« Lors des bonnes journées, nous célébrons ensemble et lors des mauvaises journées, on discute de ce qu’on peut faire pour mieux se préparer à la prochaine ronde, a dit Lucy. Je suis chanceuse qu’il soit ici avec moi. »

Au classement général des Jeux panaméricains, le Canada glisse d’un rang en quatrième position (24 or - 40 argent - 35 bronze), derrière le Mexique (26 or - 21 argent - 39 bronze), le Brésil (28 or - 24 argent - 41 bronze ) et les États-Unis (64 or - 51 argent - 48 bronze). Le classement tient compte uniquement des médailles d’or.