Adam Dyczka demeure invaincu dans l'octogone

Adam Dyczka n'a pas perdu de temps, vendredi soir, dans l'octogone de La Tohu, à Montréal. Dans le cadre de TKO 37, le Granbyen a vaincu l'Albertain Jarred Henderson par mise hors de combat à la... 54e seconde du premier round !
« Quelle sensation !, a lancé Dyczka­ à sa sortie de l'octogone. J'ai reçu quelques bons coups de poing au visage et, au lieu de reculer, j'ai avancé, je l'ai agressé. Il m'a comme piqué au vif ! »
Mais voilà, Dyczka a abattu Henderson­ à grands coups de... genou. Il a offert toute une réplique après avoir reçu des coups qui nous faisaient dire qu'il ne l'aurait pas facile contre Henderson (3-3). 
« Je lui ai donné une série de trois ou quatre bons coups de genou, je pense, a repris le vainqueur. Mais je vous le dis, il frappe fort et il m'a fait mal. Je vois même embrouillé d'un côté... »
Dyczka en était à son quatrième combat en arts martiaux mixtes chez les professionnels. Toujours invaincu, il a triomphé à chaque fois par K.O. Et vendredi soir, on s'est rendu compte, à voir la réaction des quelque 2000 spectateurs qui remplissaient la magnifique Tohu, que le public l'aime. On le sait, les poids lourds fascinent. Son surnom­, c'est Kung Fu Panda ! 
« Je vis des émotions incroyables dans l'octogone. Je veux continuer, je ne veux pas que ça s'arrête. Tant mieux si les gens ont un faible pour moi. Je suis sincère dans ma façon de me présenter, je ne joue pas de game avec personne. Je sens que je tiens quelque chose et je veux aller au bout de ça. »
Dyczka va prendre une semaine ou 10 jours de congé et il va recommencer à s'entraîner. Il est déjà assuré qu'il sera de TKO 38 en avril. 
« M'entraîner, j'aime ça, ce n'est pas une punition. Je suis heureux dans un gymnase », a-t-il conclu avant d'aller retrouver parents et amis. 
Pas le plan de match 
Yan Pellerin était dans le coin d'Adam Dyczka. À défaut d'être son entraîneur au sens propre, il supervise le travail de l'athlète de 25 ans, il est proche de lui. 
« Adam n'a pas suivi le plan de match que nous avions élaboré, il s'est battu au feeling, a-t-il expliqué. Mais ça a bien tourné et c'est parfait. Ce soir, il a démontré qu'il était à la fois talentueux et spectaculaire. Non, je n'ai pas envie de le chicaner ! »
À voir l'accolade que les deux hommes se sont faite à la sortie de l'octogone, on le croit sur parole.
Adam Dyczka et sa mère. « Il est fort, c'est un colosse, mais ça reste mon bébé, mon petit Adam à moi », confie Sandra Adam.
Une maman fière de son fils
Adam Dyczka bénéficiait des encouragements de nombreux Granbyens, vendredi soir, à La Tohu. Parmi ceux-ci, on retrouvait celle qui se décrit comme sa fan numéro un : sa mère. 
« Je ne rate aucun des combats de mon fils, a expliqué fièrement Sandra Adam. Je suis nerveuse, je suis très nerveuse, mais je suis toujours­ là ! »
Mme Adam affirme avoir suivi son garçon dans toutes ses aventures sportives, que ce soit le baseball, le football (il a joué avec les Incroyables de J.-H.-Leclerc), la boxe et, maintenant, les arts martiaux­ mixtes. 
« C'est un sport dur, c'est vrai, a-t-elle repris. Mais je n'ai pas peur. En fait, j'ai confiance en Adam. Il a du talent et il sait se défendre. »
Dyczka ne l'a pas toujours eu facile. Sa mère affirme qu'elle a failli le perdre trois fois alors qu'il était bébé et il a aussi commis des erreurs de jeunesse. 
« Il est à sa place présentement parce que c'est un vrai de vrai combattant. Je suis fière de ce qu'il a accompli jusqu'ici et j'ai l'impression qu'il n'a pas fini de nous surprendre. Il est fort, c'est un colosse, mais ça reste mon bébé, mon petit Adam à moi. »
Un bel avenir 
Si on se fie à Stéphane Patry, grand patron de TKO MMA, Mme Adam n'a pas fini d'être fière de son fils. Car voyez-vous, le promoteur lui prédit un très bel avenir. 
« Il n'y a pas une tonne de bons poids lourds en arts martiaux mixtes et les poids lourds de talent comme Adam Dyczka sont très rares à travers le monde, a-t-il dit. S'il continue à travailler fort et à s'améliorer, Adam fera son chemin jusqu'au UFC. Il a ce qu'il faut pour se rendre jusque-là. »
Patry, qui est aussi commentateur à RDS, en a vu d'autres. Il a contribué à lancer la carrière des Georges St-Pierre, Patrick Côté et David Loiseau. 
La plus grande qualité de Dyczka ? Sa force de frappe, tranchera-t-il. 
« Disons que je n'aimerais pas recevoir un de ses coups de poing ! », a-t-il conclu.
Pellerin se battra à Calgary
Yan Pellerin ne s'est pas battu vendredi puisque son adversaire, l'Albertain Marcus Hicks, a été victime d'un accident de la route dans la nuit de mercredi à jeudi. Mais voilà, le promoteur Stéphane Patry lui a déniché un combat à... Calgary, dans deux semaines. 
« Je ne connais pas encore son identité, mais je suis tellement content de savoir que tout l'entraînement des derniers mois et tous les sacrifices que je me suis imposés vont servir à quelque chose », a-t-il raconté. 
Pellerin devrait aussi se battre en avril lors de la prochaine soirée organisée par TKO MMA à Montréal. 
Quant à Hicks, si ça peut vous intéresser, il a été blessé à une épaule ainsi qu'à la clavicule dans l'accident qu'il a subi. Michel Tassé