Canadien

Kotkaniemi a fait des pas de géant

Jusqu’à quand faut-il remonter pour trouver un joueur du Canadien de Montréal choisi à titre de première étoile d’un match sans même obtenir un point ni même un tir au but? C’est peut-être ça, l’effet Jesperi Kotkaniemi.

Face aux Sénateurs d’Ottawa samedi soir, le Finlandais de 18 ans a continué d’ajouter de bonnes notes à son bulletin. De bonnes notes qui s’additionnent à un rythme impressionnant et que l’on n’aurait jamais soupçonnées au début de septembre.

Canadien

Paul Byron quatre saisons de plus avec le Canadien

MONTRÉAL — L’attaquant Paul Byron a accepté une prolongation de contrat de quatre saisons avec le Canadien de Montréal, dimanche.

La valeur moyenne annuelle de l’entente est 3,4 millions $. Le pacte s’étend jusqu’à la fin de la saison 2022-2023.

«Nous sommes très heureux d’en être venus à une entente de plusieurs saisons avec Paul Byron, a dit par communiqué le directeur général du Canadien, Marc Bergevin. Paul est un fier compétiteur, et un exemple de courage et de détermination. De par sa rapidité, son jeu dans les deux sens de la patinoire et ses habiletés, il représente un élément très important de notre équipe.»

Byron a fourni 20 buts et 35 points la saison dernière, disputant tous les matches du Tricolore.

«Je suis extrêmement content et fier, a dit Byron sur Instagram dimanche, suite à l’annonce de cette prolongation de contrat. Merci à ma famille, mes amis, mes coéquipiers, aux entraîneurs et aux dirigeants qui m’ont aidé et soutenu. Merci beaucoup au Canadien de prendre une chance avec moi et de me donner cette opportunité. J’ai très hâte au début de la saison.»

Byron a raté une seule rencontre lors de la saison 2016-17, inscrivant 22 filets et 43 points.

L’Ontarien de 29 ans a été un choix de sixième tour des Sabres de Buffalo, en 2007. Le CH l’a réclamé au ballottage le 6 octobre 2015, des Flames de Calgary.

Le Canadien va disputer son prochain match préparatoire lundi, à Toronto. Le groupe de Claude Julien montre une fiche de 3-1-0.

Canadien

Le Canadien défait les Sénateurs 3-2

MONTRÉAL — Depuis le début du camp d’entraînement que les joueurs du Canadien de Montréal insistent sur l’importance de gagner des matchs de hockey dès maintenant. Après quatre sorties en calendrier préparatoire, ils comptent déjà un gain de plus qu’en huit parties l’année dernière.

Les hommes de Claude Julien ont signé une troisième victoire en septembre alors qu’ils ont vaincu les Sénateurs d’Ottawa par le score de 3-2 samedi soir au Centre Bell.

Face à une équipe qui se dirige vers une saison laborieuse et qui a subi une quatrième défaite en autant de matchs préparatoires, le Canadien ne l’a pas eu facile. Julien l’a d’ailleurs admis après le match.

«Ce que j’ai aimé de notre équipe ce soir, c’est qu’on a trouvé le moyen de gagner. Et quand ça ne va pas toujours bien et que tu trouves le moyen de gagner, c’est un bon signe.»

Comme ce fut le cas lundi contre les Devils du New Jersey, le Canadien a eu besoin de buts rapides en début de troisième période pour faire tourner le vent en sa faveur.

Paul Byron a sonné la charge avec son premier but du camp d’entraînement à 1:18, quand il a battu Craig Anderson d’un tir des poignets que le gardien des Sénateurs n’a pas semblé voir partir. Seulement 23 secondes plus tard, Tomas Tatar a brisé l’égalité en faisant dévier un tir à ras la glace de Brendan Gallagher, décoché de la ligne bleue.

Ces deux buts ont donné le ton à une période que le Canadien a totalement dominée alors qu’il a obtenu 14 de ses 32 tirs. De son côté, Carey Price n’a vu que sept rondelles au troisième vingt, et seulement 18 au total. Brady Tkachuk et Cody Ceci ont été les seuls à déjouer sa vigilance.

«Il y avait beaucoup de chimie aujourd’hui, a noté Price, qui en était à son premier match complet. Nous avons joué avec beaucoup de rapidité et j’ai eu l’impression qu’ils [les Sénateurs] étaient toujours à notre poursuite.»

Nikita Scherbak, tard en deuxième, a également touché la cible pour le Canadien.

Quant à Jesperi Kotkaniemi, qui a remplacé Max Domi entre Jonathan Drouin et Joel Armia, il a continué de gagner des points en continuant de jouer avec assurance. Pourtant, il a été tenu en échec et n’a pas obtenu de tirs au but... officiels. À sa décharge, le jeune homme a joué de malchance.

À mi-chemin de la première période, après de belles manoeuvres en zone adverse, le Finlandais a décoché un vif tir des poignets de l’enclave qui avait battu Anderson. Toutefois, la rondelle a donné sur la barre horizontale. Kotkaniemi a de nouveau vu un de ses tirs frapper le poteau avec un peu plus de trois minutes à jouer au premier vingt.

«Nous ne sommes pas de bons amis!» a d’ailleurs blagué Kotkaniemi en parlant des poteaux des buts.

Drouin a eu de bons mots à l’endroit de son jeune coéquipier.

«Je l’ai trouvé vraiment bon. Tu vois qu’il est calme, qu’il est capable de tirer la rondelle vraiment bien. Ce n’est pas le plus gros joueur, mais il s’implique quand même et il va dans les coins et devant le filet.»

Kotkaniemi se comporte comme quelqu’un qui ne semble pas intéressé à retourner en Finlande.

«C’est un excellent joueur. Tu vois les mains et le potentiel qu’il a, c’est énorme, a déclaré Phillip Danault. Ce sera une décision difficile pour Marc [Bergevin] et son personnel, c’est sûr. De ce que je vois, je le trouve excellent, mais je ne peux pas prendre la décision pour Marc.»

Après une journée de congé dimanche, le Canadien affrontera les Maple Leafs de Toronto lundi dans la Ville Reine et mercredi au Centre Bell. Le Tricolore complétera son calendrier préparatoire samedi prochain à Ottawa.

Tkachuk, le coup de vent

Avec son équipe composée majoritairement de vétérans face à une formation beaucoup moins étoffée, le Canadien a fait ce qu’il devait faire en première période: contrôler le jeu.

Mais malgré un avantage de 7-3 au chapitre des tirs, les hommes de Claude Julien sont rentrés au vestiaire en déficit de 1-0 grâce au premier but de Tkachuk depuis le début du camp.

Le premier choix des Sénateurs en juin dernier a complètement dérouté Jeff Petry avant de déjouer Price après seulement 75 secondes de jeu. Le tir suivant des Sénateurs n’est venu que quelque 16 minutes plus tard.

Le jeu a été plus égal au deuxième vingt, lors duquel les deux formations se sont échangé des buts tardifs. Ceci a d’abord battu Price d’un superbe tir des poignets d’une quarantaine de pieds après que Logan Brown eut servi une tasse de café à Jordie Benn dans le coin de la patinoire.

Scherbak a riposté 44 secondes plus tard en déjouant Anderson d’un angle presque impossible.

Les joueurs des Sénateurs ne le savaient pas encore, mais le Canadien venait d’amorcer sa remontée.

Sports

Dyczka: une coupe de poids trop importante?

Une seule et unique question hantait les gens de l’entourage d’Adam Dyczka, en début de nuit samedi, dans les coulisses du Centre Vidéotron : mais que s’est-il donc passé?

Un peu tout le monde avait son opinion à la suite de la victoire par arrêt de l’arbitre avant la fin du deuxième round de Ciryl Gane. Mais ce qui revenait souvent, c’est que la coupe de poids d’une quinzaine de livres que le combattant granbyen a subie avant la pesée officielle n’a rien eu d’un plus dans sa préparation.

«Quinze livres, c’était trop, a lancé Yan Pellerin, qui était encore dans le coin de Dyczka et qui l'a vu à son entraînement en compagnie de Richard Ho et de Kru Ash, un spécialiste de boxe thaïlandaise, monde duquel Gane vient. Clairement, ça a enlevé de l’énergie à Adam.»

Dyczka, tout juste avant de quitter le Centre Vidéotron et de retourner à l’hôtel, a lui-même avoué que l’importante coupe de poids lui «avait rentré dans le corps».

Mais tant Pellerin que Dirk Waardenburg, que l’on devrait revoir dans le coin de Dyczka la prochaine fois, ont affirmé que le combattant n’avait pas attaqué suffisamment Gane.

«Face à un pro de la boxe thaïlandaise, il fallait qu’Adam prenne les devants, a expliqué Waardenburg. Il n’affrontait pas un combattant d’arts martiaux comme les autres et il devait s’ajuster en conséquence. Aussi, sa garde était trop basse et trop ouverte.»

Évidemment, tout le monde n'a eu que de bons mots pour Gane qui, on le sait aujourd’hui, est sans contredit le meilleur athlète qu’a affronté Dyczka.

«Ses coups viennent de partout, a repris Pellerin. Il ne frappe pas si fort, mais il possède une variété de coups assez exceptionnelle.»

Mais toujours selon Pellerin, Dyczka reviendra et il reviendra plus fort.

«Il a mal ce soir, mais ça reste que ce n’est qu’une défaite. Il a tout ce qu’il faut pour rebondir. Moi, je me dis que ça a été une mauvaise journée au bureau, tout simplement. C’était sa première en carrière.»

Un Sidney Crosby

Le promoteur de TKO MMA, Stéphane Patry, a affirmé tout récemment qu’il était convaincu à 100% que Ciryl Gane deviendra champion des lourds de l’UFC avant longtemps. La performance offerte par le Français face à un adversaire de la qualité de Dyczka a donné du poids à sa prédiction.

«Des Sidney Crosby et des Connor McDavid, il n’en passe pas souvent et Ciryl est de cette trempe dans notre sport, a insisté Patry. Adam a mangé toute une raclée, mais il a néanmoins démontré beaucoup de courage.»

Dyczka a encore un combat à disputer à l’intérieur du contrat qui le lie à TKO MMA. Patry affirme que le Granbyen et lui devront discuter prochainement.

«Adam n’a certainement pas fait un pas en avant dans sa carrière lors de son combat face à Ciryl. Il doit maintenant regarder ses options, mais c’est certain que je vais travailler à lui trouver un défi intéressant pour le dernier combat prévu à son contrat avec l’organisation. Mais j’aimerais m’asseoir et jaser comme il faut avec lui. Il reste un poids lourd avec de l’avenir.»

Sports

Ranger 16e à Loudon: encore la mécanique

La mécanique a de nouveau trahi Andrew Ranger, samedi après-midi, au New Hampshire Motor Speedway.

Alors qu’il chauffait sérieusement le meneur Kevin Lacroix, le Granbyen a été victime d’un bris de suspension au 75e tour d’une épreuve prévue pour 100, mettant ainsi brutalement fin à sa journée de travail.

Après avoir remporté les courses présentées à l’Autodrome Chaudière et à Toronto, Ranger s’est retrouvé en tête du championnat de la série canadienne de NASCAR à la mi-juillet. Mais sa voiture a éprouvé toutes de problèmes mécaniques depuis — comme ça a encore été le cas en fin de semaine —, ce qui a carrément ruiné le reste de sa saison.

«C’est dommage parce que j’estime que j’avais une très bonne chance de l’emporter aujourd’hui», a expliqué Ranger, qui a finalement terminé 16e parmi les 17 engagés sur l’ovale d’un mille de Loudon.

Seul Martin Côté, de Shefford, a fini plus loin au final.

Lacroix victorieux

La victoire est finalement allée à Lacroix, qui était parti deuxième. Le pilote de Saint-Eustache, qui enlevait son deuxième gain de la saison et son 10e en carrière, a devancé Pete Sheppard III et Donald Theetge. Cole Powell et D.J. Kennington ont complété le top 5.

«C’est très agréable de l’emporter sur une piste mythique comme celle-ci, a mentionné Lacroix. En plus, ça nous permet de commencer à bâtir en prévision de la prochaine saison.»

Alex Tagliani s’est classé septième et Louis-Philippe Dumoulin, huitième. Avec une seule épreuve à faire, celle d’Hamilton le week-end prochain, Tagliani se retrouve à quatre petits points de Dumoulin et du sommet du classement.

«On espérait mieux qu’une septième place compte tenu qu’on partait quatrième, mais on a au moins réussi à réduire l’écart au championnat, a souligné Tag. J’ai confiance en vue de la fin de semaine prochaine.»

Sports

Jeux équestres: Judy-Fée, la détermination à tout crin

«On jurerait que Judy-Fée est née au monde sur une selle !» La jeune trifluvienne de sept ans ne finit pas d’impressionner son entraîneuse, qui la qualifie d’« indestructible », faisant écho à sa ténacité à cheval. Pas étonnant alors que son surnom soit «le tank» ! Sur sa jument Heaven, la jeune fille participe pour la première fois aux Jeux équestres du Québec, qui se tiennent à Bromont, cette fin de semaine, dans la catégorie d’âge... des 13-18 ans.

Les rubans, Judy-Fée les collectionne. En effet, ses excellentes performances obtenues lors de sa première saison de concours au niveau régional — elle a terminé 3e dans sa catégorie aux cumuls des résultats obtenus — lui ont permis de se qualifier pour cette compétition prestigieuse, mettant en lice 350 cavaliers venant de partout au Québec.

La page du Kid

Acton Vale : le club s’est remis de la tempête !

CHRONIQUE — C’est toujours avec beaucoup de plaisir que j’anticipe chacune de mes visites au club de golf Acton Vale. Pourquoi, me direz-vous ? Parce qu’à chaque fois, non seulement j’y suis toujours bien reçu — le personnel et son directeur des opérations golf, David Morin, font tout en leur pouvoir pour me faciliter la tâche —, mais leurs trois parcours de neuf trous (Le Boisé, Le Valois et Le Renne) sont, chaque année, d’une beauté exceptionnelle.

Cela explique sans doute pourquoi un très grand nombre de golfeurs de Montréal n’hésitent pas à faire la balade de 60 minutes pour s’y rendre, et ce, plusieurs fois par semaine.

Sports

Le capitaine Alex Côté sera de retour avec les Maroons

Les Maroons de Waterloo ont réglé un dossier important cette semaine en confirmant le retour de leur capitaine, Alex Côté.

Décrit comme « le joueur le plus prolifique de l’histoire des Maroons » sur la page Facebook de l’équipe, l’attaquant de 35 ans a longuement réfléchi avant d’annoncer sa décision.

Sports

Dimitri Waardenburg en a fini avec l’octogone

QUÉBEC — En janvier dernier, Dimitri Waardenburg avait annoncé qu’il s’accordait une longue pause des arts martiaux mixtes, qu’il avait besoin et envie de faire autre chose. Puis, en avril à Edmonton, il a livré son premier combat de boxe en six ans, combat qu’il a toutefois perdu.

Vendredi soir, dans les coulisses du Centre Vidéotron, son père et entraîneur, Dirk Waardenburg, a annoncé qu’on ne reverra pas son garçon de sitôt dans l’octogone. En fait, on ne devrait plus le revoir.

Sports

Les Inouk restent inébranlables

Les deux défaites par forfait qui planent au-dessus des Inouk n’ont visiblement pas dérangé l’équipe vendredi soir. En battant les Prédateurs de Saint-Gabriel-de-Brandon par la marque de 7-1, la formation granbyenne s’est de nouveau montrée trop forte pour ses adversaires.

« Saint-Gabriel a joué hier [jeudi] et, honnêtement, ça a paru ce soir, même s’ils ont bien fait en première période. Je dirais qu’ils nous ont forcés à mal jouer en début de match », a fait valoir l’entraîneur-chef et directeur général des Inouk, Patrice Bosch.