Sports

Sherbrooke neutralise les Castors

Le passage à vide des Castors s’est poursuivi mercredi soir, alors qu’ils ont encaissé une septième défaite en dix matchs. Le lanceur Michel Goudreau et les Expos de Sherbrooke ont neutralisé l’attaque valoise en route vers un gain de 2-0.

Le pointage était toujours de 0-0 après sept manches complètes de jeu au stade Léo-Asselin, ce qui a forcé la tenue de la prolongation. Un simple de Javier Rivalta a finalement permis à deux coéquipiers de croiser le marbre en début de neuvième.

Challenger: des athlètes à surveiller

Challenger de Granby

Non, Bérard n’est pas à la retraite !

À sa façon, il a marqué le tournoi. Car Jean-François Bérard reste à ce jour le seul et unique joueur de la région à avoir réussi à se qualifier pour le Challenger. Et il a réussi l’exploit pas une fois, mais bel et bien trois fois, soit en 2006, 2007 et 2011.

Bérard s’est fait très discret depuis quelques années. Au point où on se demandait s’il avait pris sa retraite sans en aviser personne. Mais voilà, il vient tout juste de retourner sur le court après une absence de deux ans.

Challenger de Granby

Kevin Anderson : avant Wimbledon, il y a eu Granby

Même s’il faisait déjà partie de l’élite mondiale du tennis, Kevin Anderson a été découvert par de nombreux amateurs à la suite de ses performances au tournoi de Wimbledon. Mais vous rappelez-vous qu’il est passé par Granby et qu’il avait même fait la finale en 2009 ?

Il faut dire que le Sud-Africain de 6’8’’ a tout fait pour se faire remarquer sur le gazon anglais. Non seulement est-il venu à bout de Roger Federer en quarts de finale, mais il a disputé avec John Isner le deuxième plus long match de l’histoire en tournoi du Grand Chelem (6 h 36 !) avant de s’incliner en grande finale face à Novak Djokovic.

Sports

Un voyage très important

Nous sommes en plein mois de juillet et, avec quatre courses au compteur, on peut dire que la saison de la série canadienne de NASCAR est bien entamée. Même qu’on voit déjà certaines tendances se dessiner.

Andrew Ranger et Louis-Philippe Dumoulin sont ex aequo en tête du championnat. Le premier revient en force après une dernière saison difficile alors que le second voit ses efforts récompensés après avoir travaillé très dur afin de mettre sur pied un solide programme de courses au cours des dernières années. Je suis content pour eux.

Sports

Canicross: une Bromontoise au Trophée des montagnes

La Bromontoise Geneviève Baril s’envolera bientôt vers les Alpes françaises pour représenter le Canada au Trophée des montagnes, une épreuve mythique de canicross tenue sur plusieurs jours, annonce l’entreprise Sirius Sports Canins.

L’événement sportif de haut niveau — dix courses en neuf jours, pour un total d’environ 65 km et plus de 3000 mètres de dénivelé — se déroulera du 4 au 12 août dans la région de Grenoble. 

Mme Baril et sa fidèle partenaire Flare seront les seules représentantes canadiennes. 

La participation de l’athlète avait été remise en question au printemps en raison d’une entorse à une cheville, mais elle est finalement bien remise et en pleine forme pour attaquer les kilomètres avec son Labrador. 

Elle sera ainsi la troisième Canadienne dans l’histoire à participer à cette course. 

Geneviève Baril a terminé la saison 2017-2018 en première position du classement de la Fédération internationale de sports canins attelés en canicross hommes et femmes, grâce au cumul des points amassés lors des compétitions auxquelles elle a participé. 

Elle avait par ailleurs terminé 11e aux Championnats mondiaux disputés en Pologne, en novembre 2017.

Sports

François Bernier s'impose moins de pression

François Bernier a fait impasse sur la dernière soirée de courses à l’Autodrome Granby, ce qui a inquiété de nombreux amateurs… et même les promoteurs. Mais voilà, il promet d’être là vendredi soir alors que sera disputé le championnat mi-saison.

« J’ai eu un empêchement, explique Bernier. Je n’étais pas en conflit avec personne, je n’ai simplement pas pu être là. Si on oublie l’année où je n’ai pas couru à temps plein, en 2015, j’ai raté une épreuve en quelque chose comme 18 ans à Granby. Ma moyenne reste assez bonne ! »

Mais Bernier, après avoir remporté quatre championnats en modifié et avoir fini deuxième derrière David Hébert en 2017, ne connaît pas la saison espérée. Il se retrouve au 12e rang du classement, une place totalement inhabituelle pour lui.

« Vous allez peut-être dire que c’est une excuse, mais j’ai eu plein de malchances. Des crevaisons, des problèmes de moteur, etc. Ça fait partie des courses, c’est sûr, mais c’est fâchant quand même. Y’a des années comme ça… »

Ce qui fait en sorte qu’il a eu moins de peine, la semaine dernière, lorsqu’il a dû déclarer forfait. Car à la mi-saison, il n’est déjà plus dans la course au championnat.

Une nouvelle approche

À 35 ans, même s’il embarque toujours dans sa voiture pour gagner, François Bernier avoue qu’il voit les choses un peu différemment.

« On a restructuré l’équipe et on va maintenant aux courses pour le plaisir d’abord et avant tout. Je m’impose moins de pression et lorsque ça va moins bien, c’est moins frustrant. »

Cette saison, Bernier n’a pas encore couru ailleurs qu’à Granby. Il effectuera sa première sortie à l’extérieur samedi, à Plattsburgh.

« C’est certain que je suis loin des années où je courais une trentaine de fois. Avec la famille et mon entreprise d’excavation, j’ai moins de temps. Par contre, je n’ai pas moins de fun qu’avant lorsque je monte à bord de la voiture. »

Il se dit par ailleurs convaincu que son frère Steve va remporter le championnat. Il est son plus grand fan.

« Contrairement à moi, Steve passe toutes ses soirées dans le garage à travailler sur sa voiture. Des heures, il en met. C’est un excellent pilote en partant, mais son succès repose aussi sur le fait qu’il travaille comme un fou. Je ne dis pas que les autres ne travaillent pas, mais je suis sûr que Steve en fait un peu plus que les autres. »

Vers les gros blocs

On attend une excellente foule, vendredi soir, à l’occasion du championnat mi-saison. Mais ils seront encore plus nombreux, lundi soir, lors de la visite des voitures à gros bloc de la série Super DIRTcar.

Jean-François Corriveau, le seul Québécois à faire la série à temps plein, Steve Bernard, Yan Bussière, Daniel Nadeau et Pierre Hébert y seront avec leur gros moteur. Mais Dominic Lussier s’attend à ce qu’une bonne quinzaine de ses réguliers en modifié y soient également avec leur moteur 358.

« En incluant les Américains, je m’attends à avoir une bonne trentaine d’engagés », dit-il.

Challenger de Granby

Quand le Challenger fait du bien

On le reconnaît à son entregent et à son rire tonitruant. Benoît Cabana entame son 15e Challenger Banque Nationale en tant que bénévole, poste qu’il qualifie de véritable vocation.

« Je suis enseignant dans la vie de tous les jours et on dit qu’être prof, c’est une vocation et je pense que c’est vrai, dit-il. Mais être bénévole, c’en est une aussi. Il faut vraiment aimer ce que l’on fait en 2018 pour travailler et ne rien recevoir en retour, sinon de la reconnaissance. »

Challenger de Granby

Polansky n’a pas dit son dernier mot

Peter Polansky vient à Granby depuis le milieu des années 2000. Au fil des ans, on l’a vu connaître de beaux succès, mais on l’a aussi vu peiner. Portrait d’un athlète qui n’a jamais lâché malgré les hauts et les bas.

Il y a un an, l’Ontarien a atteint la finale du Challenger Banque Nationale avant de s’incliner en trois manches devant le Slovène Blaz Kavcic. Et il faisait bon le voir évoluer sous les projecteurs du match ultime après toutes ces années où il est passé à côté.

Challenger de Granby

Rebecca Marino revient de loin

Son 427e rang mondial ne lui a pas permis d’accéder directement au tableau principal du Challenger Banque Nationale. Mais c’est avec plaisir que les organisateurs du tournoi lui ont accordé un laissez-passer.

Rebecca Marino revient de loin. De très loin à part ça. Jadis classée 38e au monde, la Britanno-Colombienne a mis sa carrière en veilleuse en 2013 après avoir révélé qu’elle souffrait de dépression. Mais voilà qu’après avoir repris le chemin des courts il y a quelques mois, elle est en train d’effectuer quelque chose qui pourrait ressembler au retour de l’année dans le monde du tennis.