L’INSPQ recommande l’ouverture des jardins communautaires, mais pas pour les 70 ans et plus.
L’INSPQ recommande l’ouverture des jardins communautaires, mais pas pour les 70 ans et plus.

Veut-on enterrer vivantes les personnes de 70 ans et plus?

POINT DE VUE / L’INSPQ recommande l’ouverture des jardins communautaires, mais pas pour les 70 ans et plus. J’ai 71 ans. Je suis membre d’un jardin communautaire depuis plus de 30 ans et très en forme.

Comme plusieurs autres personnes de mon âge j’ai contribué à mettre en place et à développer pendant de nombreuses années les jardins communautaires. Nous sommes encore présentes et actives non seulement sur notre petit lopin de terre, mais aussi au niveau de la gestion des jardins ou pour soutenir et transmettre nos acquis aux autres jardiniers plus jeunes que nous.

Je ne suis pas une exception. Sachez que beaucoup de personnes de 70 ans et plus, en particulier celles qui jardinent, sont plus en forme que beaucoup de jeunes. En ce qui me concerne, ma santé mentale et physique dépend largement de ce temps d’été passé à jardiner. Alors S.V.P. au lieu de nous défendre l’accès à nos jardins, pourquoi ne recommandez-vous pas à tous les membres des jardins de porter une attention particulière aux jardiniers de 70 ans et plus en respectant les distances et les normes d’hygiène que ne manqueront pas de déterminer les jardins.

Quant aux mesures de sécurité, personne ne veut que jardiner revienne à se mettre à risque. Chez nous, les terrains mesurent 20 pieds par 10 pieds, ce qui correspond, il me semble, aux distances requises pour assurer la distanciation sociale. Évidemment, nous devrons renoncer à plusieurs de nos activités communautaires. Mais entre tout ou rien il y a un vaste espace.

Il est plus que temps de reconsidérer la manière d’aborder la protection des personnes âgées, et de les considérer comme faisant partie non surtout du problème, mais de la solution. Sinon cela revient à nous enterrer vivantes.