Une alternative au Défi têtes rasées

LA VOIX DES LECTEURS / Au risque de me faire reprocher d’utiliser encore une fois mon vécu afin de me prononcer sur certains sujets à l’aide de lettres d’opinion, j’ose le faire aujourd’hui en sachant très bien que je peux choquer certaines personnes qui organisent ce que l’on appelle des « rasotons ».

Ce n’est pas d’aujourd’hui que je trouve illogique que pour appuyer les personnes atteintes d’un cancer l’on se fasse raser les cheveux par signe de solidarité. Même si le geste peut être louable, je ne suis pas d’accord que l’on pose ce geste.

Je m’explique.

En 2015, mon épouse, qui souffrait alors d’un mal de dos très douloureux a dû passer une radiographie à l’hôpital de Granby. Nous avons immédiatement appris qu’elle avait un cancer des reins très agressif et très avancé. Rapidement, nous avons pu voir un urologue de la région qui a accepté de jouer de son influence pour rencontrer un grand spécialiste du CHUS de Sherbrooke le lendemain matin. Ce dernier nous a dévoilé sans détour son état. Savez-vous quelle est la première question qu’elle lui a posée ?

Pas est-ce que je peux guérir ni vais-je souffrir ou encore j’ai combien de temps. Non. Elle a demandé si elle allait perdre ses cheveux.

Je l’ai accompagnée pendant cinq mois, dont les deux dernières semaines, à la Maison au Diapason. Puis-je vous dire que dans son cercueil, elle était aussi belle que quand je l’ai épousée. Elle avait tous ses cheveux même si moi, je savais l’état de son corps ravagé par le cancer.

Ma conclusion est qu’au lieu de se faire raser la tête, pourquoi ne pas donner le montant annuel remis à chaque visite de votre coiffeur ou coiffeuse à des organismes qui aident ces personnes atteintes d’un cancer ou un don à la recherche ?

Si, comme moi, vous avez la chance d’avoir beaucoup de cheveux, je vous suggère de les garder pour vous protéger du soleil qui peut parfois donner le cancer.

On peut emporter ce don de la nature que sont nos cheveux dans la tombe, mais pas l’argent.

Yvon Lavoie

Granby