L'oeuvre Le Fougueux
L'oeuvre Le Fougueux

Un rond-point en deuil

LA VOIX DES LECTEURS / En prenant le rond-point pour entrer sur le boulevard Bromont cette semaine, j’ai constaté que ce dernier était dénudé, vide, triste et plate... En fait, il était en deuil de son magnifique cheval, Le Fougueux.

Depuis quelques années, voyant ce cheval et tournant autour, j’en étais venu à l’associer à l’identité de Bromont. Je trouvais que c’était une idée de génie de l’avoir logé à cet endroit comme emblème de l’importance des sports équestres pour cette localité. Aussi, de lui avoir donné ce nom à l’image de toute la fougue des gens qui y habitent et qui, de toutes les manières, ont osé et investi, au fil des ans, pour en faire une municipalité  d’exception.

Mais cette semaine, j’ai constaté que dans le rond-point, au lieu de l’entrain et de la vie dégagés alors par ce cheval, c’est bel et bien une impression de désolation, sinon de  mort, qui s’y dégage désormais.

Et, plus loin, en ralentissant aux lumières avant de tourner à droite la rue Shefford, j’ai revu Le Fougueux sur ma gauche. Il était loin dans un champ vague et sa couleur se confondait un peu avec la neige. Il avait l’air perdu et désemparé.  Bref, en y portant plus attention sur le chemin du retour, il m’a semblé éteint, bien qu’il fut reconnaissable grâce à la beauté artistique de cette œuvre d’art. À cet endroit, il n’étincelle plus. Alors qu’au centre du rond-point c’était le cas très souvent, car en tournant autour, tout à coup, il arrivait que le soleil le transfigure grâce au métal ajouré et cela lui donnait vie.

Le soir ou la nuit, tournant dans ce rond-point, les faisceaux lumineux des voitures l’atteignaient et lui redonnaient encore cette vie. Le spectacle  était donc, jour et nuit, magnifique à cette entrée de Bromont.

Pour une fois qu’un rond-point avait une valeur artistique autre qu’utilitaire... Je comprends donc tout à fait son deuil. Est-il possible d’espérer que son ami Le Fougueux y revienne? 

Si oui, ce serait d’abord une bonne nouvelle pour ce cheval de fer de pouvoir reprendre vie et de continuer à prendre une part active dans l’histoire et la mythologie de Bromont. Et une bonne nouvelle aussi pour tous ceux et celles qui empruntent ce rond-point pour aller dans cette ville pourtant de prestige. 

Denis Forcier

Shefford