Soutien au projet de maison pères-enfants

LA VOIX DES LECTEURS / L’article paru dans l’édition de La Voix de l’Est du 28 août dernier concernant le report du projet de maison pères-enfants m’a fait réagir et c’est la raison pour laquelle je tenais à exprimer mon soutien à ce projet. Les arguments de mon appui relèvent principalement des effets bénéfiques de l’organisme Ressources pour hommes auprès des élèves de 4e secondaire, et particulièrement les garçons, à l’école J.H. Leclerc.

Depuis plusieurs années, des organismes de prévention interviennent dans nos groupes en Éthique et culture religieuse pour se faire connaître, conscientiser et offrir leurs services. Chaque année, les enseignants en ÉCR sont témoins des retombées significatives de ces interventions. Le CALACS, la maison Alice Desmarais sur la violence conjugale et depuis l’an dernier le Centre de prévention suicide.

Mais depuis les dernières années, je constatais que les garçons réagissaient un peu négativement après les interventions axées sur les agressions sexuelles et la violence conjugale. Ils ne niaient pas l’existence des problématiques auxquelles les filles et les femmes étaient confrontées, mais soulignaient être aussi victimes des mêmes problématiques sans avoir le soutien nécessaire pour traverser ces moments difficiles. Certaines lectures sur le phénomène des hommes violentés par leur conjointe et sans ressource, des données démontrant que ce sont plus souvent les hommes qui ont des idées suicidaires ou passent à l’acte, m’ont amené à vouloir offrir à nos jeunes garçons les services de Ressources pour hommes dans notre école. Ainsi, il y a près de quatre ans, l’organisme a commencé à rencontrer nos élèves. Les débuts ont été quelque peu laborieux ; les intervenants n’ayant pas l’expertise de faire de la prévention auprès d’une clientèle d’adolescents. Il y a eu des ajustements à faire au niveau de l’animation dans les classes. Puis l’organisme a commencé à recevoir des appels de nos adolescents après l’intervention en classe. Le temps et l’énergie nécessaire pour s’ajuster et améliorer les animations a vraiment valu la peine. Nous pouvons maintenant constater que Ressources pour hommes permet aux garçons et par le fait même aux filles :

— De prendre conscience de la violence psychologique et parfois même physique que les hommes vivent souvent en silence, par peur d’être jugés ou ridiculisés ;

— De faire réfléchir les filles adolescentes sur les réactions vives et parfois violentes au niveau psychologique, verbal et même physique qu’elles peuvent avoir envers leurs chums.

— De permettre aux garçons de parler à l’intervenant après la rencontre de la violence vécue à la maison ou celle que leur blonde leur fait vivre dans une relation amoureuse au quotidien ;

— De prendre conscience qu’il n’y a aucun lieu d’hébergement pour les hommes en détresse ou aucun endroit pour se réfugier avec leurs enfants comme il est possible de le faire pour les femmes.

— La violence ne fait pas de discrimination homme/femme !

En terminant, je souhaite que mon humble témoignage permette de comprendre la pertinence du projet de maison pères-enfants de Ressources pour hommes. Je reprends les propos de Monsieur Stéphane Prévost, directeur de l’organisme : « Si des gens ont des suggestions ou si des bienfaiteurs sont sensibles à la cause, nous sommes ouverts à toutes les idées. »

Si je gagnais à la loterie, je serais sans doute une des bienfaitrices !

Bonne chance pour l’émergence de ce magnifique projet !

Claire Bergeron, enseignante en ÉCR, école secondaire J.H. Leclerc

Granby