Manque d’écoute à la mairie de Granby

LA VOIX DES LECTEURS / Cette semaine, les administrateurs du projet de ressource pour « père-enfant en situation précaire » annonçaient abandonner l’achat d’une maison d’hébergement sur la rue Déragon. Dans toute cette affaire, la modification du zonage du quartier était nécessaire à l’achat de la maison.

Les citoyens directement concernés et ceux, plus largement, du secteur ont manifesté un holà aux nombreux changements qui transforment leur quartier en ce qu’appelle monsieur le maire « un quartier de service santé ». L’hôpital, le CLSC, le Centre Marie-Berthe Couture, la résidence Jules-Crevier pour maladie d’Alzheimer, deux CHSLD, une résidence pour déficient intellectuel, tout ça sur un petit périmètre entourant la rue Saint-Antoine, Déragon, Saint-Hubert entre le boulevard Leclerc et l’avenue des Érables.

Notre quartier a grandement changé depuis 20 ans et les gens n’ont jamais été consultés. Il n’y a pas eu de réelle écoute des conseillers et du maire qui voulait se rendre jusqu’au référendum avec ce projet de zonage. Pire : notre conseiller de quartier, M. Robert Vincent, était absent à la soirée de consultation et en vacances à la soirée du conseil. À ce qu’on sache, il ne s’est jamais prononcé sur le sujet.

On aimerait bien que nos élus viennent passer du temps dans notre périmètre qui est aussi devenu un grand parking pour services de santé. Peut-être seraient-ils plus à l’écoute avant de nous mettre une étiquette « Santé ». On a atteint la limite raisonnable.

Daniel Beauregard, résident de la rue Deragon

Granby