Gabrielle Bouchard est la présidente de la Fédération des femmes du Québec.

Lettre à Gabrielle Bouchard

LA VOIX DES LECTEURS / Je ne pouvais laisser passer sous silence l’injure faite récemment par Gabrielle Bouchard, présidente de la Fédération des femmes du Québec et ceci à tous les hommes hétérosexuels du Québec. Cette dame prétend que les relations de couples de ces personnes sont normalement violentes. J’ai souvent pensé que dans ces groupes dits féministes, certaines veulent défendre leur cause en alimentant la haine des hommes et en voici une preuve.

Mme Bouchard, j’ai été marié pendant 43 ans et probablement que nous avons dû faire l’amour, car j’ai aujourd’hui deux grands garçons qui m’ont donné des petits-enfants. La plus jeune aime bien me dire : « Je t’aime mon grand-papa Yvon ! » Malheureusement, mon épouse est décédée d’un cancer il y a quatre ans et non, Mme Bouchard, je ne l’ai pas tuée.

Vous réclamez une interdiction et une abolition de je ne sais trop quoi. Est-ce à dire que vous réclamez que les futurs enfants d’ici ne puissent plus dire « Je t’aime papa et Je t’aime maman » ?

Vous avez sûrement fait une mauvaise lecture de l’expression « faire l’amour ». Je ne sais pas si vous avez des enfants et si oui, j’espère que ce ne sont pas des garçons hétérosexuels, car ils pourraient croire qu’ils viennent d’être agressés verbalement par leur mère.

Arrêtez donc de prétendre et d’essayer de prouver que tous les hommes sont pareils à des hommes violents. Vous vous êtes excusée publiquement de cette bévue, probablement pour sauvegarder votre poste ou la subvention gouvernementale, mais si vous l’avez dit, c’est que vous le pensiez.

Yvon Lavoie

Granby