Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault

L’élection de la CAQ

COURRIER DES LECTEURS / Au Québec depuis des décennies, on vote contre, contre un gouvernement qu’on veut sortir et on élit l’autre parti disponible.

Il n’y a pas de projet de société, de projet rassembleur et encore moins à cette élection-ci. On a eu droit à une panoplie de promesses saupoudrées au fil des jours. On a mis la CAQ au pouvoir en se disant que ce parti est vierge, qu’il n’a jamais été au pouvoir.

Mais attention, son chef François Legault, lui, a déjà été au pouvoir et il connait très bien les coupures. Il a été ministre dans le gouvernement de Lucien Bouchard qui a fait le déficit zéro. Il a été ministre de l’Éducation et ministre de la Santé dans ce gouvernement qui a utilisé tous les surplus de régimes de retraite publics pour envoyer à la retraite en même temps tous les membres du personnel les plus expérimentés des ministères, du réseau de la santé et du réseau de l’éducation pour diminuer les dépenses. En plus, toujours pour le déficit zéro, ce gouvernement a diminué les admissions dans les facultés de médecine et dans les écoles d’infirmières, compressions que le gouvernement de Jean Charest s’est empressé d’annuler à son arrivée au pouvoir en 2003. Le 1er octobre, on a semblé oublier ces grands faits d’armes de M. Legault.


Alain Boudreau

Granby