Pour bien des personnes qui ont passé à travers leur secondaire, le bal est la cerise sur le sundae d’une étape importante de leur jeune vie. C’est aussi un événement qui permet à plein de jeunes gens de s’exprimer par le biais de leur tenue.

Le bal, la cerise sur le sundae

Pour bien des personnes qui ont passé à travers leur secondaire, le bal est la cerise sur le sundae d’une étape importante de leur jeune vie. C’est aussi un événement qui permet à plein de jeunes gens de s’exprimer par le biais de leur tenue et/ou du moyen de transport choisi pour l’occasion.

C’est un peu un concours de qui va flasher le plus. C’est pas toujours clair comme ça, mais secrètement, ou pas, bien des ados veulent être plus hot que quelqu’un qui leur en a fait baver pendant des années ou qu’une autre personne qui pognait plus. Certaines personnes veulent passer sous le radar et juste avoir du plaisir, assurément, mais d’autres tiennent à flasher et certaines personnes en profite pour sortir de leur zone de confort, de leur anonymat. Le bal, je pense que tu le sais, c’est presque un spectacle.

À LIRE AUSSI: Il voulait aller à son bal en robe

En 1998, c’était mon tour de faire mon show ! Je cherchais par tous les moyens à exprimer mon côté créatif qui m’avait valu la deuxième place des personnes les plus flyées dans l’album de finissant.e.s. En 1998, on était hyper influencé.e.s par le cinéma et je rivalisais avec une réplique quasi parfaite de la robe de bal jaune de Belle (La Belle et la bête), quelques garçons en kilt (Braveheart), un duo en fortrel bleu poudre et orange (La Cloche et l’idiot) et notre bon président qui s’était fait faire un habit sur mesure en tissu lamé argent (Ça, c’était juste lui).

Juste derrière la longue limousine noire de Monsieur le Président, arrivaient mes ami.e.s et moi-même dans un camion de pompier. C’est avec la chevelure de Leeloo Dallas (Cinquième élément) et un bouquet de ballons multicolores que j’ai interrompu son arrivée. En 1998, j’ai flashé pas à peu près. 

Si en 2019, c’est ton tour de mettre la cerise sur le sundae de ton adolescence, je parie que tu as le goût de fêter ça à la hauteur de ta personne. Je te souhaite d’avoir toute la liberté dont j’ai bénéficié pour exprimer l’étendue de ta créativité et de ta personnalité. Je te souhaite d’être entouré.e de gens bienveillants qui ne jugeront pas ta tenue, mais qui constateront à quel point tu rayonnes et as l’air épanoui.e.

Je te souhaite aussi de pouvoir y aller avec la personne de ton choix et EN la personne de ton choix, comme la personne que tu ressens au fin fond de toi-même. Je souhaite que, si tu as choisi le bal de finissant.e.s pour te révéler au monde, le monde te reçoive sans avoir peur de ton courage et de ta force. Je souhaite que tu sois entouré.e d’allié.e.s qui comprennent ta soif d’être toi.

En 2019, on comprend de plus en plus que les vêtements ne sont que du tissu et qu’ils n’appartiennent pas à un genre en particulier. En 2019, on comprend de plus en plus que le genre est un spectre et que l’expression de celui-ci n’a plus besoin d’être boulonnée dans des stéréotypes désuets. En 2019, on comprend que l’amour, c’est l’amour et que ça n’a rien à voir avec ce qui se cache dans le secret de nos sous-vêtements. 

Toi et moi, on comprend, mais il y en a pour qui c’est moins clair… ne les laisse pas voler la cerise sur ton sundae.

Bon bal mon ami.e.

Pal Green - Granby