La Voix des lecteurs

M. Bonin devrait s’excuser . . .

À la dernière séance du conseil, M. Bonin a fait une sortie publique pour s’excuser de ne pas avoir tenu sa promesse de ne pas piger dans le budget de recherche et de soutien des conseillers, mettant dans l’embarras Mme Tremblay et MM. Duchesneau et Nappert, même s’il n’y avait aucune justification à faire.

Mme Tremblay, en bonne disciple, s’est empressée d’acquitter la somme le lendemain. Cité par La Voix de l’Est (07/03/19), M. Bonin déclarait notamment : « Je suis redevable à la population, surtout quand je promets quelque chose et que je ne livre pas...Quand on dit aux gens que ça va être ça et que ça ne l’est pas, ça alimente le cynisme ». J’ai fait quelques recherches pour constater que M. Bonin aurait dû faire des excuses bien avant aujourd’hui.

M. Bonin devrait s’excuser d’avoir promis de diminuer la dette. La Voix de l’Est (oct./13). La dette en 2013 était de 82.9 M$ et est estimée à 87.7M$ pour 2019. M. Bonin devrait s’excuser d’avoir promis que les budgets pour les organismes municipaux seraient augmentés selon l’indice des prix à la consommation. La Voix de l’Est (déc./13). La réalité, c’est que les budgets ont augmenté en moyenne de 4.9 % par année de 2013 à aujourd’hui, comparativement à l’indice des prix à la consommation qui a été en moyenne de 1.5 %.

M. Bonin devrait s’excuser d’avoir promis qu’il ferait de la consultation populaire, une priorité. Cité par La Voix de l’Est (avril/13), le maire disait vouloir «faire une consultation populaire dans les 10 districts afin de mieux cerner les priorités de la population».

M. Bonin devrait s’excuser qu’après cinq ans, et sans véritable consultation, la Ville n’a pas trouvé une vocation rentable pour les citoyens dans le dossier de la Ferme Héritage Miner. Il ne faut pas perdre de vue que la FHM a englouti autour de 2.5 M$. Depuis 2014, la Ville a injecté 96 454 $ de nos taxes pour un organisme fermé.

M. Bonin devrait s’excuser d’avoir endossé le partenariat entre la Ville de Granby et le Carrefour d’innovation en technologies écologiques (CITÉ) qui s’est avéré un fiasco financier.

L’aventure Protec-Style et Monark Écofibre nous aura coûté à ce jour la rondelette somme de 436 259 $. M. Bonin devrait s’excuser de ne pas admettre à la population de Granby que le réaménagement de l’église Notre-Dame est un gouffre financier.

Au départ, le projet était évalué à 8 M$. La Voix de l’Est (sept./16). Lors de l’ouverture des soumissions, le projet sera majoré de 30 % en partant d’une autre soumission de 9M$ pour atteindre 11.8M$. La Voix de l’Est (sept./17). En juin 2018, le chantier est évalué à 13M$. Après avoir compilé tous les montants des dépenses supplémentaires et tous les frais connexes à la réalisation du projet, j’ai comptabilisé un montant à ce jour de plus de 16.5 M$. Je continue à comptabiliser.

Par manque d’espace, je dois me restreindre à ces faits. À la lumière de ces informations, M. Bonin devrait s’excuser d’alimenter le cynisme des gens.

Richard Dubé

Granby

Je protège l’environnement...si ça ne touche pas mon confort !

La majorité d’entre nous sommes maintenant plus conscientisés de l’importance de protéger l’environnement. Nous constatons les changements climatiques et ce sujet fait maintenant partie des discussions quotidiennes. Nous sommes tous prêts à faire notre part...tant que ça ne touche pas nos habitudes, nos désirs et notre confort. C’est sûrement pour essayer de se donner bonne conscience de ne rien faire que nous pouvons mettre de l’avant un article qui nous dirait que les environnementalistes sont alarmistes et, nous mettrions de côté les centaines de recherches de scientifiques qui disent que nous sommes rendus à minuit moins une....

Il y a plein de gestes simples que l’on peut faire en tant que citoyen. Il est certain que si on se voit simplement en tant qu’individu, on va se dire que peu importe les gestes que je vais poser, je ne suis qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais si je me vois comme un individu faisant partie d’une grande société composée de milliards d’individus qui tout comme moi posent eux aussi des gestes, alors mon geste prend de l’importance. Si, par exemple, je cesse d’utiliser un produit qui a des répercussions nocives sur l’environnement, ça ne change pas grand-chose. Si des milliers d’individus cessent d’utiliser ce même produit, ce ne sera pas long que la compagnie qui possède le produit va l’adapter à des normes environnementales acceptables.

Parfois, un geste posé en amène un autre sans difficulté si on se « botte » un p’tit peu le derrière ! Lorsque c’est possible, utilisez le transport en commun ; et non, vous ne mourrez pas d’être en contact avec des gens ! Si ce n’est pas possible et que vous utilisez votre voiture, cessez d’utiliser le démarreur à distance, le moteur d’une voiture n’a pas besoin d’être réchauffé plus de 30 secondes, vous devez simplement partir lentement pour que toutes les composantes se réchauffent. Ne vous inquiétez pas, personne n’est mort d’hypothermie en prenant la route avec une voiture qui était froide. En chemin, si vous allez chercher votre café, évitez d’aller au service au volant, car le moteur de votre voiture tourne inutilement et parfois l’attente est longue. Entrez plutôt, avec votre tasse réutilisable pour aller chercher votre café. Vous posez ainsi plus d’un geste pour protéger l’environnement ! Si vous avez oublié votre tasse, assurez-vous au moins de déposer votre verre vide dans un organi bac (bac brun) et de déposer le couvercle au recyclage. 

Que ce soit l’utilisation de la voiture, du transport en commun ou de l’avion, vous pouvez compenser pour vos gaz à effet de serre en achetant des arbres. Vous pouvez trouver, en ligne, des organismes qui s’engagent à planter les arbres pour vous et à assurer que ces arbres ne seront pas coupés avant 25 ans. Ces arbres captent le CO2 et aident à diminuer, un peu, l’impact sur l’environnement.

Concernant l’alimentation, on peut commencer en supprimant le plus possible les aliments contenant de l’huile de palme (les margarines, plusieurs biscuits et barres tendres, céréales, etc). Chaque jour, ce sont des milliers d’hectares de forêt qui sont brûlés pour faire pousser les palmiers qui produiront l’huile. (...)

Un autre geste facile à poser, avant d’acheter un objet, on peut se demander : « est-ce que j’en ai vraiment besoin ? ». Cette question est vraiment importante pour limiter notre surconsommation, car la surconsommation est responsable d’une grande partie des changements climatiques.

Recyclez et compostez, ces petits gestes ne chamboulent pas toute votre vie, mais ils font toute une différence pour l’environnement. Ce n’est pas qu’aux grosses entreprises de poser des gestes, et de plus, comment pouvons-nous exiger qu’elles cessent de polluer si nous, nous ne faisons rien ? Le 15 mars dernier, des centaines de milliers d’étudiants du monde entier ont demandé à nos dirigeants d’agir. En tant qu’adultes, nous avons le devoir de mettre de la pression sur nos dirigeants, de poser des gestes pour protéger l’environnement et d’enseigner à nos enfants à prendre soin de l’environnement... en prêchant par l’exemple ! (...)

Il faut protéger la planète que nous laisserons à nos enfants et petits-enfants, car ce sont eux qui vivront vraiment avec les conséquences de notre négligence. 

Mes enfants sont ce que j’ai de plus précieux au monde, alors je veux être capable de les regarder dans les yeux en leur disant que j’ai fait ma part pour essayer de leur laisser une planète qui ne les tuera pas.


Marie-Hélène Gagnon

Saint-Césaire