La voix des lecteurs

L’expérience citoyenne d’abord !

En janvier dernier, le conseil municipal a entériné la décision d’embaucher une firme de Montréal, pour dresser son plan stratégique pour les prochains quatre ans. Une des visées du projet est celle d’améliorer « l’expérience client », a-t-on pu lire. Mais qu’en est-il de « l’expérience citoyenne » au cœur de notre ville ? Cette question, les élus doivent se la poser à un temps où plus de 50 % des citoyens ne sont pas allés voter en novembre dernier.

Autre aspect de cette « expérience citoyenne », est celui apporté par la nouvelle loi 122 adoptée en juin 2017. On y prévoit au Chapitre II.2, article 80.3, paragraphe 2, que les municipalités consultent leurs citoyens en amont des décisions. La ville n’est pas un commerce privé qui vend des produits à des clients et en tire profit. La ville est une démocratie redevable à ses citoyens. L’« expérience citoyenne » est plus que celle d’être un client dans les commerces et autres lieux de plein air privés de la ville ou au Zoo.

L’« expérience citoyenne » est inclusive de tous les aspects de la vie des résidents dans notre ville. Ceci comprend les activités qui contribuent à la vie privée, au bien-être et à la santé de chacun de ses citoyens. Ceci inclut aussi l’habitation, tels un milieu de vie adéquat et un droit fondamental. Mais encore, l’expérience citoyenne comprend notre intégration sociale et notre vie culturelle à chacun, l’accessibilité à l’éducation, aux loisirs, à la vie communautaire, ainsi que la facilité de circulation et la sécurité qui y est reliée.

L’« expérience citoyenne » peut encore être un citoyen qui va au micro au conseil municipal, un citoyen qui participe à son conseil de quartier, un citoyen qui écrit un article d’opinion dans la presse locale, et d’une façon plus discrète, un citoyen qui adresse une lettre à un élu.

Le 25 janvier, La Voix de l’Est nous informait de deux réunions de la ville qui ont eu lieu pour régler la congestion routière aux abords du Zoo. On y lit que les commerces à proximité ont été consultés, mais rien sur la consultation citoyenne dans le secteur n’est écrit. Y en a-t-il eu une ? Les commerces tirent profit des visiteurs du Zoo, mais les citoyens subissent les contraintes de la circulation congestionnée.

Parmi les pistes d’action à planifier pour les prochains quatre ans, y mettre une meilleure consultation citoyenne, et le respect de leur vie privée. Et encore, l’édification d’une Politique d’habitation, dans sa vision urbanistique et de logement accessible à chacun. La rétention des jeunes et leur retour à Granby après leur formation technique ou universitaire, est aussi cruciale. Avoir des entreprises qui polluent moins en gaz à effet de serre et en déchets non recyclés est aussi indiqué. Un marché public, harmonisé au développement de l’agriculture urbaine et à l’agriculture de proximité, est un atout pour rencontrer les normes de l’ONU, soient celles d’avoir pour 2050, 45 % des aliments produits en ville.

Une invitation est donc lancée à tous les citoyens et citoyennes à dire son mot et à exprimer ses besoins dans une perspective démocratique !

Luce S. Bérard

Granby

ET NOUS?

Pour une fois, notre maire nous dit que nous sommes la première ville à avoir passé un règlement pour pouvoir indexer leurs allocations de dépenses si le gouvernement les taxes. Wow ! Habituellement, on est des suiveux, pas les premiers, genre, une telle ville a fait telle chose, alors nous aussi ont fait comme eux. Mais pour l’argent, on est les premiers… En plus de nos augmentations de taxes et de vos augmentations de salaire. Chez nous, j’ai un p’tit cochon où je ramasse mes sous pour me payer des cafés glacés à l’été. Le voulez-vous aussi ?

Notre maire ose dire : « qui aimerait faire couper son salaire de 10 % » ? Et nous, les citoyens cochons payeurs, on va refiler ça à qui ? Notre patron va-t-il augmenter ses employés aussi ? Et si oui, qui paiera plus cher ce qu’il achètera ?

Bravo monsieur le maire. Comme le dit si bien la chanson : adieu, monsieur le professeur, nous aussi « on ne vous oubliera jamais ».

Pauline Hamel

Granby


UN PREMIER MINISTRE ÉTERNEL ADOLESCENT

Encore et encore, notre clown national de premier ministre fait du tourisme familial à nos frais et tout ceci afin de compléter son album photo. Mon épouse et moi aurions aussi aimé fêter notre quarante-cinquième anniversaire de mariage devant le Taj Mahal, mais elle est décédée avant.

Même si cet éternel adolescent est père de famille, il ne veut pas vieillir et il a même réussi à convaincre une population qu’il fallait légaliser la consommation de cannabis. Par contre, moi je croyais que les premiers ministres des provinces étaient eux et elles des adultes. Je me dois de constater aujourd’hui que non, car ils se sont tous et toutes mis à genoux devant cet amuseur public. Pourquoi l’ont-ils fait, malheureusement pour l’argent ? La vente de cette drogue peut rapporter beaucoup au trésor public et au diable les conséquences !

Si ce produit sera contrôlé et vendu dans les succursales de la SAQ, pourquoi ne pas rapatrier également la vente exclusive de la cigarette ? Nous saurions ainsi où est l’une des principales vaches à lait du Québec. Dernière question, combien y a-t-il de clowns élus au Canada ?

Yvon Lavoie

Granby


À PROPOS DES HAUSSES DE SALAIRE DE GRANBY

À titre de citoyen payeur de taxes, j’aimerais savoir quelle a été l’augmentation de nos élus l’an passé et maintenant, par quel manque de considération ils osent demander d’aussi fortes hausses quand moi-même, je ne bénéficie que d’une augmentation de ma rente de 1,5 % et d’un rendement de placements d’argent durement gagné à 5,7 %, ce que mon planificateur qualifie d’exceptionnel ?

Savent-ils que la population de Granby est majoritairement à faible revenu ou vieillissante ? Que le salaire moyen est de 33 914 $, que les hausses de salaire sont estimées à 2,6 % pour 2018 ?

Chers élus, ayez s’il vous plaît un peu de respect pour ma capacité de payer et celle de vos citoyens, pour qui vous travaillez en quelque sorte. Monsieur le maire, dans votre parcours de simple travailleur, combien de fois avez-vous bénéficié de hausses de 15 % ?

Nicole Gamache

Granby

P.S. Et que dire des négociations à venir avec tous les employés/fonctionnaires municipaux ? Ne leur fournissez-vous pas déjà tous les arguments pour qu’ils se bâtissent une belle liste de cadeaux de Noël ?