La Voix des lecteurs

Pénurie d’enseignantes et d’enseignants à la CSVDC. Vraiment ?

Depuis quelques mois, la CSVDC prétend qu’il y a une pénurie d’enseignantes et d’enseignants. Cette situation l’oblige à avoir recours à des mesures d’urgence, par exemple, avoir recours à des enseignants non légalement qualifiés et octroyer des périodes de suppléance à du personnel non enseignant (technicien en éducation spécialisée, surveillants d’école, éducatrice en service de garde, secrétaire, etc.).   

Toutefois, ce que la CSVDC ne dit pas, c’est qu’il y a des enseignantes et enseignants d’expérience, en arrêt de travail, qui sont aptes à effectuer un retour au travail. Les médecins de ces enseignants considèrent que ceux-ci pourraient effectuer un retour au travail progressivement ou à temps partiel. Vous en conviendrez certainement, ça tombe bien, surtout en temps de pénurie ! Toutefois, certains représentants des ressources humaines de la CSVDC leur mettent des bâtons dans les roues afin de rendre impossible leur retour à l’enseignement. Une représentante de la CSVDC, notamment, ne se gêne pas, bien qu’elle ne soit pas médecin, de remettre en question certains diagnostics de médecins qui indiquent que l’enseignante ou l’enseignant en question est apte à effectuer un retour au travail de façon progressive.   

N’oubliez pas que lorsqu’une technicienne en éducation spécialisée, par exemple, effectue de la suppléance, elle ne peut pas donner les services aux élèves qui en ont besoin. De plus, il arrive que des orthopédagogues soient appelés aussi à effectuer de la suppléance. Lorsque cela se produit, les élèves qui devaient avoir une période d’orthopédagogie n’en ont pas.

Difficile de comprendre comment un employeur peut décider qu’il est plus avantageux de maintenir des enseignants d’expérience en arrêt de travail à temps plein, avec assurance-salaire aux frais de l’employeur, alors que ceux-ci sont aptes à effectuer un retour à temps partiel ou de façon progressive !


Martin Laboissonnière

1er vice-président du syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska (SEHY)