La jeune militante écologiste suédoise, Greta Thunberg.

Greta a bien raison de crier

LA VOIX DES LECTEURS / Des personnes de mon entourage ont sollicité mon avis d’enseignant du secondaire (37 ans) concernant le discours de Greta Thunberg. «A-t-elle pété les plombs?» Non! Elle dit à tous du haut de ses 16 ans que depuis 50 ans le pétrole ($) contrôle le monde.

Que le pétrole est la raison de catastrophes économiques et écologiques. (En des mots différents). Que les puissants et les riches volent aujourd’hui l’avenir de nos jeunes de 1 à 30 ans. Que dans 30 ans, elle devra vivre avec les catastrophes engendrées par le réchauffement climatique nié par Trump et cie. Qu’à ce jour, aucun des quatre grands pollueurs (USA, Chine, Inde et le Brésil par sa déforestation en accéléré de l’Amazonie) n’a pris d’engagement pour être carboneutre ni reconnaître l’erreur dans leurs actions.

Greta a raison de crier que l’on vole l’avenir des jeunes. Nous ne serons pas là pour voir les conséquences de l’inaction des gouvernants des 30 dernières années.

J’espère que ce vendredi 27 septembre, les étudiants universitaires, cégépiens et jeunes du secondaire descendront en masse dans les rues des grandes et petites villes du monde.

J’espère que les 18 à 30 ans prendront conscience de leur force s’ils se rendaient massivement voter lors des élections. Se rendre aux urnes à plus de 90% pour ce groupe va changer la face de la planète s’ils veulent sa survie, et la leur.

Un coup de barre s’impose face aux riches et nantis, face aux multinationales et leurs lobbyistes. Ceux-ci n’ont aucun respect des lois, et quand elles ne sont pas à leur goût, ils les font changer et voter par des politiciens prêts à recevoir l’argent de ces meneurs internationaux.

Cela est encore plus vrai aux États-Unis qu’au Canada! Les plus beaux exemples ont comme noms: Lavalin, Bombardier, Monsanto, Cadbury, Apple, Google et cie qui ne paient ni taxes ni impôts.

Il y a aussi les requins des places financières de Londres, en passant par New York et Tokyo, et de nombreuses autres qui drainent l’argent de la classe moyenne vers les paradis fiscaux du monde engendrés par des politiciens qui se trouvent à leur solde. La majorité de ces paradis émanant de la couronne britannique en Angleterre!

Sortons le vendredi 27 septembre, et que les jeunes électeurs prennent d’assaut les urnes du Canada en octobre pour donner un premier exemple de la force de la nouvelle génération des verts. Ensuite, ce sera au tour des Américains des États-Unis, si les républicains ne les enlèvent pas des listes électorales de 2020.

Jean R. Petit - Granby