Entre recevoir et accueillir

À cette même époque il y a cinquante ans, nous vivions les derniers jours d'Expo 67, tout à fait heureux - grâce à l'initiative et la ténacité du maire Jean Drapeau de Montréal - d'ouvrir nos portes au monde entier !
Si le printemps plutôt frais se comparait à celui que nous avons connu cette année, l'été au contraire se fit absolument généreux de soleil et de beau temps. À la Cité-du-Havre, tout près du fréquenté labyrinthe, du pavillon de la Santé et d'Habitat 67, nous étions une quarantaine d'hôtesses choisies parmi 400 candidates de partout au Canada pour vanter les industries du Québec. Défilant sur un tapis bleu aux multiples méandres représentant le Saint-Laurent, nous vantions, dans l'une ou l'autre des deux langues officielles, les mérites de chacun des 26 exposants, dont le « clou » était bien sûr Hydro-Québec et ses saisissantes images de la Manic... dont le refrain inondait les ondes.
Nous avions la fougue de la vingtaine, la Révolution tranquille en était à ses balbutiements, l'amour des mots et de la culture insufflé par les chansonniers nous motivait, et le cinéma, qui faisait aussi peau neuve, martelait : « Tout le monde était beau, tout le monde était gentil ! » ... Nous y avons cru, l'espace de ces six mois où on ne percevait que sourires, amour et bonheur de vivre !
Actuellement, des milliers d'étrangers dont les « différences » nous agacent quelque peu franchissent nos frontières ! Il y a un monde entre RECEVOIR pour un temps et ACCUEILLIR pour toujours autant de personnes aux moeurs diverses. Puissions-nous retrouver l'esprit de partage d'alors et ouvrir véritablement nos coeurs aux changements de société qu'une démarche de cette envergure implique...
Jeannine Mailloux
Granby