Les fossiles

Qui, enfant ou adolescent, ne s'est jamais moulu le petit orteil sur le bord d'un meuble en hurlant « J'y vaaaa ! J'rééépoooooonds ! C'est mooooooiiiiii ! » pour être le premier à décrocher le téléphone avant qu'il ne sonne un deuxième coup ?
De ceux nés avant la magnificence du cellulaire : PARSONNE !
Aujourd'hui, vérifiez pour voir : les orteils (et les oreilles) des jeunes sont indemnes. Le téléphone fixe, ils en ont full-rien-à-foutre. 
La sonnerie du micro-ondes va créer chez eux une réaction. Pas celle d'un combiné qui se balance au bout d'un fil tirebouchonné. Oh que non !
Si l'ancêtre du portable n'a pas encore été effacé du décor Shabby chic de votre demeure, c'est clair qu'il fait office de bibelot. Même les « sans-fils », qu'ils pourraient pourtant confondre avec une manette de télé, sont boudés. 
On est à l'ère où on s'enfarge dans les cellulaires, mais malgré tout, les jeunes ne parlent plus au téléphone ! 
Dans mon temps, on pouvait y rester collés des heures avec nos amies avec qui on venait de passer la journée entière à l'école. Si, à l'époque, joindre mon chum avait été un interurbain, je serais entrée dans ma vie d'adulte avec une généreuse dette à Bell.
Désormais, le téléphone sert à tout, sauf à téléphoner.
Les jeunes sont gênés d'appeler. Donner un coup de fil est devenu trop intime. Trop intrusif. C'est malaisant. Ça demande du temps.
Certains jeunes ne savent même pas comment raccrocher certains appareils fixes ! Et ne demandez pas le numéro de téléphone de son meilleur ami à un ado, il l'ignore. 
Une autre chose très drôle aussi : les jeunes n'ont aucune idée du fonctionnement de ce merveilleux instrument qui a révolutionné le monde en 1876 en transmettant pour la première fois la voix humaine.
Une panne d'électricité au terme du souper la semaine dernière a donné lieu à une discussion déconcertante sur, justement, l'utilisation « préhistorique » du téléphone avec nos filles, soit celle de... parler avec les autres. 
Pour une rare fois, notre grande jasait justement au téléphone (sans fil) avec une amie quand, bang !, pu d'électricité. Quand son amie a rappelé et que le téléphone branché dans le mur a sonné, notre ado ne comprenait plus rien. 
- C'est sur le Wi-Fi ? qu'elle a demandé, en tentant de s'expliquer le phénomène. Ça marche comment le téléphone, hein ?
- Le téléphone marche à l'électricité ? a donc tenté sa petite soeur de bientôt huit ans.
Pauvres petites, on les a perdues dans'brume quand, en passant devant nos cellulaires branchés pour être rechargés (alors qu'il leur restait encore de la batterie !), elles ont vu que ceux-ci fonctionnaient. 
Elles ne comprenaient plus rien à rien.
Une chance qu'au même moment personne n'a tenté de nous Skyper sur la tablette qui traînait sur la table du salon, elles auraient toutes deux perdu connaissance.
Avant de s'installer pour jouer à un jeu de société à la chandelle, on leur a donc expliqué certaines choses.  Elles sont nées dans un univers où le téléphone remplace l'ordinateur, l'appareil photo, le réveil matin et la lampe de poche. Elles évoluent dans une époque où la tablette se substitue à la télé, aux journaux, à la radio et aux livres. 
C'est clair qu'elles vont considérer le téléphone à roulette comme un fossile. Comment faire autrement ?
Ça vient peut-être de là cette curiosité récurrente de notre petite à savoir s'il y avait des dinosaures quand son père et moi étions petits.
Ceci dit, non, on n'a pas abordé avec elle l'utilisation des signaux de fumée pour communiquer...